"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


Affichage des articles dont le libellé est vote. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est vote. Afficher tous les articles

vendredi 21 avril 2017

Quelques repères pour voter




J'aime beaucoup ma carte d'électeur. J'aime voter. L'important c'est de voter. Nous avons ce droit et ce devoir en France. Tant de citoyens d'autres pays ne l'ont pas ou pas totalement, pas vraiment librement.
Alors votons et surtout en choisissant un candidat et un projet. 
Ce n'est pas toujours simple de choisir et nos évêques ont publié un texte pour aider au discernement : « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ».
De même l'encyclique du pape François, Laudato Si' peut être d'une aide précieuse.
On peut lire aussi l'éditorial d'Anne Ponce, directrice de la rédaction du Pèlerin qui raconte sa méthode et rappelle qu'il n’y a pas de vote chrétien mais il y a une manière chrétienne de voter.

Pour lire l'éditorial d'Anne Ponce, cliquer ici
Pour lire Laudato Si', cliquer ici
Pour le texte des évêques, cliquer ici

 


jeudi 24 mai 2012

Le vote FN expliqué par la sociologie



En fait, encore et toujours l'angoisse liée à un manque d'espérance. "Aimez-vous les autres" a dit Jésus il y a 2000 ans... Il pourrait le dire dans ces villages. C'est à nous de le dire maintenant.

dimanche 20 mai 2012

S'engager

S'engager c'est aussi accepter de participer au débat politique en se présentant à des élections :

samedi 12 mai 2012

http://houchard2012.fr/



Une de mes camarades d'EELV a lancé sa campagne sur la 4ème circonscription de Meurthe et Moselle pour EELV et le PS : 



 

Nous vaincrons dans l'union ! Cette circonscription que je connais bien à titre personnel le mérite !

L’élection de François Hollande est une victoire pour tous les écologistes !

Les thèmes pour lesquels Marie-Neige concentrera son énergie, ENFANCE, ENVIRONNEMENT et DÉMOCRATIE : expérimentation, recherche et mise en place de moyens de faire participer réellement, sans démagogie, les habitants de la circonscription à l’élaboration des projets et aux prises de décision.

 

lundi 7 mai 2012

La Croix ou ... le Figaro ?



L'éditorial de la Croix de ce jour laisse pantois.

Ce journal, devenu l'un des meilleurs journaux d'information de notre pays surprend en devenant un Figaro confessionnel.

En effet, la prise de position de l'éditorialiste dévoile une ligne – politique et non religieuse – qui étonne puisqu'elle défend de façon à peine voilée le bilan du président Sarkozy et ses « réformes impopulaires, menées sans doute à la hussarde, mais pourtant nécessaires ».

Le peuple a justement dit hier ce qu'il pensait de ces réformes, n'en déplaise à une certaine frange du catholicisme traditionnel. Si les réformes étaient impopulaires, c'est peut-être parce qu'elles n'étaient pas bonnes et qu'elles ont donné l'impression trop souvent fondée de n'être accomplies que pour le meilleur profit des puissants. Le peuple n'en a plus voulu !

Et en démocratie, le peuple a raison !

Étonnant aussi de voir cette inversion des causes et des conséquences : ce ne sont pas les votes pour les extrêmes qui pourraient nous entraîner dans « la désespérance et la division », c'est bien la politique menée depuis cinq ans sinon dix qui a écarté notre pays de l'espérance.

Quant aux mises en garde sur une éventuelle arrogance de la gauche au pouvoir, elles donnent envie de sourire. Hier soir, il n'y a pas eu de Fouquet's, pas plus que n'est prévue une croisière sur le yacht d'un milliardaire.

Il y a cinq ans, la Croix a-t'elle réagi face à cette arrogance et cet étalage de luxe, au culte de l'individu-guerrier et compétitif, jamais malade et s'enrichissant à coup d'heures supplémentaires, tous ces signes annonciateurs de toutes les déceptions du quinquennat ? Pas vraiment. Elle a fermé les yeux ou ne les a pas beaucoup ouverts sur ces nouveaux veaux d'or.

Contrairement à ce qu'affirme la Croix en écho aux conservateurs voire aux hérauts du tradiland, ce n'est pas le projet socialiste qui menace la cohésion du pays ou la famille (réduire le projet socialiste à des "certitudes idéologiques" est pour le moins curieux) : 
n'oublions pas qu'une des plus grandes remises en cause de la famille, c'est le chômage, ou le travail lui-même quand il est rendu obligatoire le dimanche, ou qu'il envahit toute la vie des personnes à coup d'heures supplémentaires (retrouve t-on la doctrine sociale de l’Église dans le slogan « travailler plus pour gagner plus » ?). 
On ne peut être asservi par un système économique et  mener une vie de famille normale dans le même temps.

Avoir ou être ? Gagner plus en travaillant plus ou bien travailler moins pour travailler tous et vivre mieux ? l'argent ou Dieu ? 
La réponse à ces alternatives a été ces « réformes impopulaires mais pourtant nécessaires » comme dit la Croix.

Elles ne seront pas poursuivies car le peuple en a décidé autrement, majoritairement, puisque le peuple a bien vu que les « réformes impopulaires, menées sans doute à la hussarde, mais pourtant nécessaires » ont amené plus de dettes et plus de chômage.

L’Église ou celles et ceux qui disent parler en son nom doivent entendre ce message du peuple.

On pouvait s'attendre à une crispation droitière (cf. le blog de René Poujol), la surprise vient du fait qu'elle s'opère dès la victoire de la gauche et qu'elle déborde le tradiland ou le catholicisme conservateur. 
 
Il serait dramatique pour notre Église qu'avec ces élections, la nouvelle évangélisation soit comprise, vécue et menée dans notre pays comme une opposition politico-confessionnelle contre le nouveau pouvoir politique. C'est pourtant ce chemin qu'elle semble désormais emprunter avec celles et ceux qui donnent de la voix sur les points dit non négociables
Il ne faudrait pas non plus dans ce contexte que Diaconia 2013 soit à la doctrine sociale de l’Église ce que le green washing est à l'écologie...

Il ne faudra pas s'étonner après si nos églises continuent à se vider de leurs fidèles.

Mais continuons à espérer, après tout, cette année est aussi l'anniversaire du concile Vatican II (50 ans !) qui est loin d'avoir porté tous ses fruits.

" N'ayez pas peur !" (Jean 6,20)

jeudi 26 avril 2012

Retour sur un scrutin




je n'ai pas été étonné par le score du FN, il n'est pas si nouveau que cela. Ce qui me choque c'est que ceux qui avaient des propositions originales sur les vrais sujets, je pense aux écologistes, dont je suis, ont fait un score ridicule au regard des enjeux et n'ont donc pas réussi à se faire entendre et à convaincre...

Ces résultats, les 2,3 % d'Eva Joly, presque inespérés, et les 18 % du FN prévisibles et prévus par les sondages (tout comme étaient annoncés la baisse du FGD et l'effondrement du Modem) étaient attendus.

Ce que je regrette c'est que l'écologie politique depuis les années 80 n'ait pas pu devenir la troisième force politique en lieu et place du FN.
Il y a de nombreuses explications, mais je pense que la plupart sont intrinsèques à notre mouvement.
Je pense que si le FN fait 18% c'est entre autres parce que nous sommes incapables de faire plus de 2,3% et non pas l'inverse. Même si l'élection présidentielle est traditionnellement défavorable.
 
La quasi totalité des votants FN ne sont pas d'extrême droite mais des gens dans un tel état de désespérance qu'ils ne peuvent plus faire que donner  un coup de pied dans la fourmilière du jeu politique.
Nous n'avons pas été capable d'entendre et de permettre à leur colère  de s'exprimer à travers le projet écologiste (au fait, cela veut dire quoi Mme Joly, se tromper de colère?). La leur, mais aussi celle de ceux qui ont préféré le Front de gauche ou et ceux qui ont préféré chez eux.

Les écologistes n'ont jamais été capable d'avoir cette fonction tribunitienne qu'a eu en son temps le PCF, le FN maintenant et dans une mesure moindre le FDG. A nous de voir pourquoi.

Tant que nous ne parviendrons pas à prouver que l'écologie sauve et crée des emplois, tout en acceptant la mondialisation et l'ouverture des frontières, nous resterons dans l'impasse.

Nous avons suffisamment connu les ravages des guerres dans notre région et notre pays pour savoir que la fermeture des frontières et le refus de l'étranger sont des voies sans issue.

La solution n'est pas non plus dans certains appels, tests en tous genres des candidats restants en lice.


Je ne fais absolument pas partie des nostalgiques du pacte écologique et du Grenelle de l'environnement (l'écologie vue par l'ultralibéralisme), gentilles déclarations d'intentions, que quelques-uns semblent vouloir remettre au goût du jour suite à l'échec d'Eva Joly .

La taxe carbone (un impôt de plus !) si regrettée par les signataires ne fera qu'alimenter les votes FN (elle posera les mêmes problèmes aux gens modestes que le contrôle technique avec l'automobile par exemple) et est un excellent alibi pour le développement du tout électrique, donc le nucléaire. D'ailleurs le pacte était cohérent, du nucléaire il n'en était pas question...

J'ai quelques difficultés à comprendre les ONG. On dirait qu'elles (ou leurs responsables) ont vécu hors de France depuis 10 ans parce que se poser la question sur le vote du second tour, cela montre que ces personnes sont complètement en dehors de la réalité.


Je comprends mieux la sévérité de l'ouvrage de Fabrice Nicolino (Qui a tué l'écologie politique ?).

Bref, il nous faut être crédibles, réalistes tout en étant rassurants sur le plan économique et social si nous voulons être entendus sur le plan environnemental.

Ce n'est pas un petit objectif mais la difficulté ne doit pas nous arrêter.

jeudi 19 avril 2012

Des Suds au Nord


J'ai "boité" cet après-midi de 15h à 20h. 

Le temps que j'ai passé n'est pas important. 

Je n'ai pas pris de photo.

Ma tête est sans intérêt. Je ne sais pas si cela apportera des voix à ma candidate Eva Joly

En revanche j'ai pu voir, en terme de territoire, d'immenses différences sociales, insoutenables. 
Contrairement à ce que disent certains, il est faux de dire qu'on est privilégié en France. 
Comme disait l'historien Fernand Braudel, il y a des Suds au Nord de la planète. 
J'ai envie d'ajouter que j'ai toujours été bien accueilli par les jeunes que j'ai croisé dans les halls d'immeubles.

mercredi 18 avril 2012

Des points non négociables ?




Les points non négociables n'existent pas dans le message de l’Église catholique. Certains disent s'appuyer sur des propos du Pape notamment lorsqu'il n'était encore que le Cardinal Ratzinger. L'ennui c'est que le Cardinal Ratzinger n'a jamais parlé de trois points non négociables mais de points-clés  (traduction sur le site du Vatican) et bien plus nombreux que trois !  :

la note doctrinale concernant certaines questions sur l’engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique  (2002)


ou de points essentiels (traduction sur le site de la CEF, en pdf)

Cette note doctrinale est relativement complexe,  mais elle est très riche et elle n'a rien à voir avec trois points non négociables, simplistes, en fonction desquels nous devrions nous déterminer pour voter.

Les journalistes n'interrogent plus nos représentants de l’Église qu'en fonction de ces trois points et non plus au sujet de la lettre des évêques d'il y a six mois. C'est sans doute le fruit du lobbyisme, efficace il faut le reconnaitre, de ceux qui ont de nombreux relais médiatiques,  mais cela n'a rien à voir avec le message de l'Eglise contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire.

Une journaliste de La Croix a bien résumé toute cette affaire sur son blog.

Le procédé est également dénoncé sur un blog de La Vie.


On ne peut qu'être gêné sinon scandalisé par le fait que quelques personnes conservatrices (voire ultra conservatrices) déforment le message de l’Église et celui du Pape à des fins politiciennes alors que la Conférence des Évêques de France avait publié une si belle lettre il y a six mois :