"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


Affichage des articles dont le libellé est carême. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est carême. Afficher tous les articles

mardi 11 avril 2017

Le pape François et la Bible




Le pape François évoque souvent la lecture de la Bible.
Ainsi au cours de l'Angélus du 5 mars dernier, le pape explique que la lecture de la Parole de Dieu permet de lutter contre le mal : 

"Pendant les quarante jours du Carême, en tant que chrétiens, nous sommes invités à suivre les traces de Jésus et à affronter le combat spirituel contre le Malin par la force de la Parole de Dieu. Pas par notre parole, c’est inutile. La Parole de Dieu: celle qui a la force pour vaincre satan. C’est pourquoi il faut se familiariser avec la Bible: la lire souvent, la méditer, l’assimiler. La Bible contient la Parole de Dieu, qui est toujours actuelle et efficace. Quelqu’un a dit: que se passerait-il si nous traitions la Bible comme nous traitons notre téléphone portable? Si nous la portions toujours avec nous, ou tout au moins un petit Evangile de poche: que se passerait-il? Si nous revenions en arrière quand nous l’oublions: quand tu oublies ton téléphone portable: «Oh! je ne l’ai pas, je retourne le chercher»; si nous l’ouvrions plusieurs fois par jour; si nous lisions les messages de Dieu contenus dans la Bible comme nous lisons les messages du portable, que se passerait-il? La comparaison est clairement paradoxale, mais elle fait réfléchir. En effet, si nous avions la Parole de Dieu toujours dans notre cœur, aucune tentation ne pourrait nous éloigner de Dieu et aucun obstacle ne pourrait nous faire dévier de la bonne route. Nous saurions vaincre les suggestions quotidiennes du mal qui est en nous et en dehors de nous; nous serions davantage capables de vivre une vie ressuscitée selon l’Esprit, en accueillant et en aimant nos frères, spécialement les plus faibles et les plus démunis, et aussi nos ennemis."

Pour lire l'homélie dans sa totalité, cliquer ici

De même il y a quelques années lors de la parution d'une Bible pour les jeunes en Allemagne, le pape François avait indiqué sa méthode de lecture et le lien qui l'unit à sa Bible personnelle :

 "Mes chers et jeunes amis,

Si jamais vous voyiez ma Bible, il se pourrait qu’elle ne vous impressionne pas tant que cela. Quoi, c’est ça la Bible du Pape ? Un vieux livre tout abîmé… Vous pourriez m’en offrir une nouvelle, une à 1 000 dollars, mais je n’en voudrais pas ! J’aime profondément ma vieille Bible, qui m’a accompagné la moitié de ma vie. Elle a vu mes plus hautes joies, et elle a été mouillée de mes larmes. C’est mon trésor le plus précieux. Je vis d’elle, et pour rien au monde je ne voudrais m’en séparer.[...]
Je souhaite vous dire quelque chose : Aujourd’hui, il y a plus de chrétiens persécutés que dans les premiers temps de l’Église. Et pourquoi sont-ils persécutés ? Ils sont persécutés parce qu’ils portent une croix et se font les témoins de Jésus : ils se retrouvent au tribunal parce qu’ils possèdent une Bible…[...]
Vous avez quelque chose de divin entre les mains : un livre brûlant comme les flammes ! Un livre dans lequel Dieu nous parle. Aussi, comprenez-le, la Bible n’est pas là pour être posée sur une étagère. Elle est là pour que vous l’ayez dans les mains, pour que vous la lisiez souvent, tous les jours, seuls ou à plusieurs. Vous faites bien du sport ensemble, ou du shopping : pourquoi ne liriez vous pas la Bible ensemble à deux, trois ou quatre ? Dehors, dans la nature, dans la forêt, sur la plage, le soir à la lueur des bougies… Vous feriez une expérience prodigieuse !

Ou peut-être avez vous peur, devant une telle proposition, de vous ridiculiser aux yeux des autres ?

Et puis lisez attentivement : ne restez pas à la surface comme lorsqu’on lit une bande dessinée. Il ne faut jamais survoler la parole de Dieu, mais demandez vous : Qu’est-ce que ça dit à mon cœur ? Que me dit Dieu à travers ces mots ? Me touche-t-il dans la profondeur de mes aspirations ? Que dois-je faire en réponse ?
Ce n’est que de cette manière que la force de la Parole de Dieu peut prendre toute sa dimension. Ce n’est qu’ainsi que notre vie peut changer, devenir grande et belle.

Je souhaite vous dire à quel point je lis ma vieille Bible ! Souvent je la prends ici, je la lis un peu là, puis je la pose et je me laisse regarder par le Seigneur. Ce n’est pas moi qui Le regarde, c’est LUI qui me regarde. Oui, IL est là. Je Le laisse poser les yeux sur moi. Et je sens, sans sentimentalité aucune, je sens au plus profond de moi ce que le Seigneur me dit.
Parfois aussi, Il ne parle pas. Je ne sens rien, juste du vide, du vide, du vide… Mais je reste patient, et j’attends. Je lis, et je prie. Je prie assis parce que ça me fait mal de me mettre à genoux. Parfois même je m’endors en priant, mais ça ne fait rien : je suis comme un fils avec son père, et c’est ce qui est important.

Voulez vous me faire une joie ? Lisez la Bible !
Votre pape François"

Que dire de plus ? Bonne lecture au cours de cette Semaine Sainte !

mardi 21 mars 2017

Une relecture originale de la desctruction de Sodome

Toujours dans la série de Carême, initiée par le magazine Croire.com : 3mn avec la Bible, voici une relecture intéressante et originale de la destruction de Sodome.




dimanche 5 mars 2017

A propos du Carême 2017





A propos du Carême, j'aime beaucoup cette prière de Zabou the terrible : 

Seigneur, vivifie-moi par Ton Esprit Saint : qu'Il brûle tout en moi, surtout les mauvaises herbes ;
Seigneur, apprends-moi à me laisser aimer par Toi
Et redresse ce qui est faussé pour être modelée un peu plus à Ta ressemblance. 

Pour lire la totalité de son texte, cliquer ici


J'apprécie également cette belle initiative du site Croire  : 

En s'inscrivant, du 1er mars au 16 avril, on reçoit par mel gratuitement chaque jour une animation exclusive sur les grands récits fondateurs de l’Ancien Testament, un témoignage de croyants d’aujourd’hui et des prières adaptées aux jours saints.  

Heureux Carême à toutes et à tous !

 

samedi 20 février 2016

40 jours dans le désert...

Une musique pour le carême...







samedi 28 mars 2015

vendredi 27 mars 2015

Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite




Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu !
Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.

Les liens de la mort m’entouraient,
le torrent fatal m’emportait ;
des liens infernaux m’étreignaient :
j’étais pris aux pièges de la mort.

Dans mon angoisse, j’appelai le Seigneur ;
vers mon Dieu, je lançai un cri ;
de son temple il entend ma voix :
mon cri parvient à ses oreilles.

 © AELF

samedi 21 mars 2015

Carême 2015, la joie de la conversion

Article publié sur le site de ma paroisse. Merci à  Edouard pour les illustrations.




« Je ne réalise pas le bien que je voudrais, mais je fais le mal que je ne voudrais pas. » Lorsque le baptisé partage ce constat de Saint Paul (Ro 7, 19), il est prêt à recevoir le sacrement de la réconciliation.
Confession et sacrement de réconciliation sont souvent confondus.
La première fait souvent appel à d’anciennes représentations : le prêtre et le fidèle dans un confessionnal sombre.
Or, la confession n’est qu’un élément d’un sacrement complexe et essentiel dans la vie du baptisé.
L’habitude fait qu’il n’est désigné que par l’un de ses éléments.
Ce sacrement est une grâce pour nous et les autres, et permet au croyant d’être absous de ses péchés et de revenir à la communion avec Dieu.
Pour comprendre de quoi il s’agit, il convient de définir ce qu’est le péché.
Le péché, un manquement à l’amour
C’est l’incapacité à pardonner, à nous réconcilier avec nous mêmes, avec les autres et avec Dieu. Le péché est toujours un manquement à l’amour, à l’amour qui nous vient de Dieu ou à l’amour envers notre prochain et envers nous-mêmes.
Ce manque d’amour est conscient et volontaire.
C’est une rupture qui blesse son auteur, son entourage et sa relation à Dieu.
Le sacrement de la conversion, de la confession, du pardon, de la pénitence et de la
réconciliation. 

Tous les termes ont leur importance :
la conversion car c’est une démarche pour revenir vers le Père dont on s’est éloigné.
La confession car c’est l’aveu de nos péchés à Dieu devant le prêtre.
La pénitence car c’est la reconnaissance d’une démarche personnelle en Église qui permet de recevoir le pardon par la rencontre entre le prêtre et le pénitent, qui symbolise la rencontre personnelle du pécheur avec Dieu.
La réconciliation car il donne au pécheur l’amour de Dieu qui réconcilie.



Comment recevoir le sacrement de réconciliation ?
C’est la parole de Dieu qui révèle le besoin de bénéficier de la miséricorde de Dieu. L’examen de conscience personnel et le regret des péchés commis sont la première étape, puis il suffit de s’adresser à un prêtre.
Il n’y a ni horaires, ni lieux officiels ou obligatoires pour recevoir ce sacrement.
La règle intangible est le secret.
Le prêtre est là pour guider la démarche et les « comment faire », « comment dire » ne doivent pas être des obstacles.
L’important est la sincérité de la démarche, plus que la récitation des formules.
Il s’agit ensuite de dire ses péchés.
Si le croyant a l’impression de n’avoir rien à dire, c’est le signe qu’il y a quelque chose à changer dans sa relation avec Dieu. La formule du pardon est toujours la même : « Je te pardonne tous tes péchés, au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. » Elle fait écho à la formule prononcée définitivement lors du baptême : « Je te baptise au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. »
Le prêtre propose ensuite une pénitence, début de la réparation, le plus souvent une prière ou une méditation d’un passage de l’Évangile, ou une conduite à tenir. Il invite enfin à repartir dans la paix.
Et après ?
Par ce sacrement, le Christ fait en nous œuvre de guérison et de salut, par l’Esprit Saint il réactive la force de notre baptême. Il permet de cheminer dans la paix et la joie dans le service des autres :
« Laissez-vous réconcilier avec Dieu ! » (2 Co 5, 20).

Crédits photos : Catholic Church (England and Wales) / Foter / CC BY-NC-SA

lundi 9 mars 2015

Comme un cerf altéré cherche l’eau vive

Albert Bierstadt - Scene in Yosemite Valley



Mon âme a soif de Dieu,
le Dieu vivant.
Comme un cerf altéré
cherche l’eau vive,
ainsi mon âme te cherche,
toi, mon Dieu.

Mon âme a soif de Dieu,
le Dieu vivant ;
quand pourrai- je m’avancer,
paraître face à Dieu ?


© AELF

jeudi 5 mars 2015

Il sera comme un arbre, planté près des eaux



Béni soit l’homme
qui met sa foi dans le Seigneur,
dont le Seigneur est la confiance.
Il sera comme un arbre, planté près des eaux,
qui pousse, vers le courant, ses racines.
Il ne craint pas quand vient la chaleur :
son feuillage reste vert.
L’année de la sécheresse, il est sans inquiétude :
il ne manque pas de porter du fruit.


© AELF

dimanche 1 mars 2015

vendredi 20 février 2015

Retr@ite Carême 2015


La Bible, c'est la Parole de Dieu


Extrait d'une des lectures du jour, profondément actuelle.
S'il fallait démontrer que la Bible, c'est la Parole de Dieu, qui s'adresse aux hommes, à ceux qui étaient là avant nous, à nous aujourd'hui et à ceux qui viendront après nous...  
deo gratias !

Lecture du livre d'Isaïe (Is 58, 6-9a)

Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci :
faire tomber les chaînes injustes,
délier les attaches du joug,
rendre la liberté aux opprimés,
briser tous les jougs ?
N’est- ce pas partager ton pain avec celui qui a faim,
accueillir chez toi les pauvres sans abri,
couvrir celui que tu verras sans vêtement,
ne pas te dérober à ton semblable ?
Alors ta lumière jaillira comme l’aurore,
et tes forces reviendront vite.
Devant toi marchera ta justice,
et la gloire du Seigneur fermera la marche.
Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ;
si tu cries, il dira : « Me voici. »


mercredi 18 février 2015

Mercredi des Cendres 2015

Aujourd'hui est un jour particulier pour ce blog placé sous le patronage de Bernadette Soubirous.
C'est en effet lors d'un pèlerinage à Lourdes que j'ai souhaité ouvrir ce blog.
Aujourd'hui nous sommes le 18 février, c'est la fête de Sainte Bernadette.



C'est aussi en ce jour le début du Carême. Voici un site qui nous aide à cheminer vers Pâques :

Bonne entrée en Carême !

Psaume 27
Seigneur, mon rocher, c'est toi que j'appelle :
ne reste pas sans me répondre,
car si tu gardais le silence,
je m'en irais, moi aussi, vers la tombe. [...]
Le Seigneur est ma force et mon rempart ;
à lui, mon coeur fait confiance 



samedi 23 mars 2013

Diocèse de Nancy - denier de l'Eglise


Page du site du diocèse de Nancy  :



affiche2web.png
Que je donne… c’est l’air de la foi

« On a tous quelque chose en nous de Jésus-Christ » ou « Allumer la foi et voir grandir la flamme dans tes yeux » disent les slogans de la campagne 2013 du denier de l’Église en Meurthe-et-Moselle, en parodiant les paroles de chansons célèbres.
Ces paroles résonnent en écho à d’autres paroles, celles de l’Évangile, reconnues par chaque catholique, qu’il soit plus ou moins proche de l’Église.

Retenir les paroles de l’Évangile

Voici venir, le temps du denier de l’Église. Pour TOUS les catholiques, c’est un moment important qui revient régulièrement comme un air connu que l’on prend plaisir à fredonner parce que l’on connaît les paroles. Quand revient le temps du denier, la générosité des catholiques se met en mouvement.
L’Église en Meurthe-et-Moselle est vivante. C’est par son dynamisme qu’elle répond au défi de l’évangélisation dans notre société, au partage des valeurs et de la foi à la suite de Jésus Christ. Pour faire entendre la parole de l’Église, plus loin, plus fort, chaque catholique prend sa responsabilité de baptisé en donnant de son temps et de son argent.

En donnant au denier, vous rendez possible l’annonce de la Bonne Nouvelle par tous ceux qui sont en mission au service de notre diocèse : religieuses et religieux, diacres permanents, prêtres, évêque, laïcs salariés et bénévoles.

 http://www.catholique-nancy.fr/rubriques/haut/donner-a-leglise/le-denier-de-leglise/

mardi 5 mars 2013

Chrétiens Sans Frontières N° 53 est paru !

J'ai eu le plaisir de signer l'éditorial de ce nouveau numéro du journal du secteur paroissial du Pays-Haut. 
Le thème est l'écologie vue à travers cette période de Carême.
Au sommaire des pages centrales : 
- le portrait d'un catho écolo
- le message du pape Benoit XVI du 1er janvier 2010 sur l'écologie humaine
- des conseils pratiques tiré de l'ouvrage de la conférence des évêques de France "Enjeux et défis écologiques pour l'avenir"
- la présentation du Groupe d’achat solidaire des pays lorrains (GASPL)
- une interview des fondateurs de l'association "Mieux Vivre"
- la présentation d'une entreprise spécialisée dans le recyclage des déchets électroniques.

Signalons aussi en dernière page l'entretien avec le docteur Jacques Fabrizi sur la question de la fin de vie, ainsi que des articles sur la Journée mondiale du migrant et du réfugié et sur l'ouverture d'une boutique Rhodain à Longwy.

Pour lire ou télécharger Chrétiens Sans Frontières, cliquer sur l'image : 






samedi 16 février 2013

Quelle entrée en Carême !

Nous nous souviendrons du Carême 2013 !

On apprend que dans des plats préparés on peut manger du cheval alors qu'on s'attend à manger du bœuf.
Les farines animales sont de nouveau autorisées pour nourrir des poissons.

Dans le même temps, le pape "vert" renonce mais on peut penser que son engagement en faveur de l'écologie  va certainement permettre une relecture refondatrice de la doctrine sociale de l’Église.

En attendant, l’Église catholique de France propose de vivre le Carême de façon inédite, et surtout en adaptée aux problèmes d'actualité cités plus haut et qui touchent à la santé publique. 
L'Église ne pouvait pas apporter de meilleure réponse puisque c'est un "Carême sans viande ni poisson" qui est proposé en soutenant l'initiative des « Chrétiens unis pour la Terre » , dans un esprit tout à fait écologiste : 

Être attentif à l'environnement et aux conséquences de nos actes de consommation demande un accompagnement. Le livret offre une aide autant spirituelle et éthique, que pratique. D'abord, des textes écrits par Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes, président de Pax Christi France ; Jane Stranz, Pasteure et responsable du service œcuménisme de la Fédération Protestante de France ; et le père Philippe Dautais, directeur du centre orthodoxe Sainte-Croix, redonnent sens au jeûne dans une perspective de partage et de prière.
Des explications sur les enjeux écologiques suivent ces réflexions, avec une interpellation sur les conséquences de l'augmentation de la consommation de viande comme la déforestation et la disparition de la biodiversité, l'élevage industriel et le dérèglement climatique. L'énumération de pratiques sur la maltraitance des animaux ainsi que des chiffres sur la production industrielle alertent sur la relation des consommateurs avec la Création. Après ces constats, quelques conseils pratiques pour bien se nourrir avec des suggestions de menus et de recettes invitent à participer à un Carême engagé.

Télécharger le livret :  
http://chretiensunispourlaterre.files.wordpress.com/2013/01/careme-24janv2-web.pdf

La page dédiée sur le site de l’Église catholique :
http://www.eglise.catholique.fr/foi-et-vie-chretienne/la-celebration-de-la-foi/les-grandes-fetes-chretiennes/paques/careme/un-careme-sans-viande-ni-poisson-15768.html