"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


Affichage des articles dont le libellé est Zabou The Terrible. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Zabou The Terrible. Afficher tous les articles

dimanche 5 mars 2017

A propos du Carême 2017





A propos du Carême, j'aime beaucoup cette prière de Zabou the terrible : 

Seigneur, vivifie-moi par Ton Esprit Saint : qu'Il brûle tout en moi, surtout les mauvaises herbes ;
Seigneur, apprends-moi à me laisser aimer par Toi
Et redresse ce qui est faussé pour être modelée un peu plus à Ta ressemblance. 

Pour lire la totalité de son texte, cliquer ici


J'apprécie également cette belle initiative du site Croire  : 

En s'inscrivant, du 1er mars au 16 avril, on reçoit par mel gratuitement chaque jour une animation exclusive sur les grands récits fondateurs de l’Ancien Testament, un témoignage de croyants d’aujourd’hui et des prières adaptées aux jours saints.  

Heureux Carême à toutes et à tous !

 

mercredi 22 février 2017

Foi, fidélité, amour, Dieu



Je m'aperçois que j'ai quelque peu délaissé mon blog, de plus en lui conférant une orientation politique un peu trop poussée... Je vais tenter de rééquilibrer cela en réécrivant un petit peu (la stratégie des petits pas...).
L'affaire qui préoccupe les catholiques ces derniers jours est celle de ce prêtre lyonnais qui va quitter son ministère pour se marier avec la femme qu'il aime.
Les débats et les réactions que cela suscite sont assez rudes et souvent empreints de jugements.
Pourtant qui sommes-nous pour juger...

Au milieu de tumulte, deux beaux textes ont été publiés. Je ne peux qu'inviter à les lire. 
Il s'agit d'un billet que René Poujol a publié sur son blog. En substance, il demande  
"Que l’on accorde à l’observateur de pouvoir au moins formuler une alternative susceptible une sortie de l’impasse : soit pouvoir élargir les conditions d’accès au sacerdoce au-delà des seuls hommes célibataires, soit honorer le sacerdoce commun des baptisés en conférant à certains laïcs des responsabilités pouvant aller jusqu’à administrer les sacrements du baptême, du mariage et des malades. Objecter qu’en l’état actuel du droit canonique rien de cela ne serait possible est pour le présent une évidence et pour l’avenir une réponse irrecevable."

A lire ici

Il s'agit également du billet de la blogueuse Zabou the terrible qui explique que
 "La fidélité, c’est un combat pour que la grâce mène chaque jour plus le bon combat de l’Amour en nous : et c’est valable pour les personnes mariées comme pour tous les consacrés célibataires. 

En disant cela, loin de moi l’idée de juger celui qui est parti et j’aime penser à lui en sachant que Dieu ne cessera jamais de lui faire confiance puisqu’Il ne cesse de l’aimer. Mais j’ai la conviction que nous avons à nous entraider sur ce chemin de la fidélité selon notre état de vie, qu’il soit doux ou rugueux selon les jours car Dieu ne saurait se faire girouette de bonheur, pour être vraiment là où Lui et nous, après discernement, avons engagé notre Foi. 

Finalement, il me semble que, dans ces événements si complexes, il y a probablement mieux à faire que chercher des poux dans la tête de tel ou tel, il y a à prier."

A lire ici

Je partage ce qui est dit dans ces deux textes, merci à leurs auteurs.

mardi 15 mars 2016

Qui suis-je pour juger ? Diocèse de Lyon...



Je n'aime pas les lynchages médiatiques, le bashing, l'hallali, le taïaut. On sait ce que cela a donné en d'autres temps, je pense à l'affaire Salengro,  plus récemment à l'affaire Bérégovoy.
Ou plus récemment encore les délires publiés sur le net sur Vincent Peillon accusé de "tuer le catholicisme", les insultes racistes contre Christiane Taubira, les rumeurs contre Najat Vallaud-Belkacem, ou encore tout ce qui a pu être dit, écrit sur Virginie Tellenne alias Frigide Barjot par exemple.
Ce qui me pose problème c'est cette forme de pseudo justice associant populisme, médias, politique politicienne et surtout la bêtise se nourrissant de toutes les haines et instrumentalisant des drames humains.

Dans le cas présent, l'affaire dite "Barbarin",  je me retrouve dans ces trois articles : celui d'Isabelle de Gaulmyn qui explique que "l’Église doit aussi écouter les victimes", de François Vercelletto qui ne hurlera pas avec les loups et du Vatican qui appelle à attendre le résultat de l'enquête de la Justice française.

Surtout, j'ai envie de méditer cette parole du pape François  : "qui suis-je pour juger ?
ou celle de Jésus (Mathieu 7, 1-5): 

"Ne vous posez pas en juge, afin de n’être pas jugés ; car c’est de la façon dont vous jugez qu’on vous jugera, et c’est la mesure dont vous vous servez qui servira de mesure pour vous. Qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’œil de ton frère ? Et la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ?  Ou bien, comment vas-tu dire à ton frère : “Attends ! que j’ôte la paille de ton œil” ? Seulement voilà : la poutre est dans ton œil ! Homme au jugement perverti, ôte d’abord la poutre de ton œil, et alors tu verras clair pour ôter la paille de l’œil de ton frère."

 A lire aussi, cette belle page sur le site de Taizé.
Lire aussi ce billet lucide et inspiré de la blogueuse Zabou The Terrible.

Addendum du 19 mars :
cette affaire commençait à me mettre très mal à l'aise, oscillant entre interrogations, malaise, écoeurement, colère, ne sachant plus trop que penser. Surtout je voyais le visage du Christ, son Eglise, celle du pape François de façon de plus en plus brouillée avec toutes ces prises de positions, surmédiatisations partant dans tous les sens.
Par son texte, Patrice de Plunkett m'a ouvert les yeux ou a éclairé le chemin en rappelant l'essentiel. Qu'il en soit remercié et béni.

Et aussi ce texte de Virginie Tellenne sur son blog :

Catholique engagée dans la défense des droits des enfants, des femmes et des homosexuels, je commence moi-même en demandant pardon aux enfants et aux adultes victimes d’agressions sexuelles par des prêtres, les assurant de toute ma compassion de mère et de toute ma prière de croyante.
Je sais que seule cette demande de pardon  – et non d’improbables manifestations – faite par et pour toute mon Eglise à la faveur de la Semaine Sainte, sera le point de départ de l’indispensable travail de transparence et de réparation, de pénitence et de réconciliation, que les persécutés, comme tous les laïcs et les clercs innocents, attendent avec espérance, depuis déjà bien longtemps.

 

Addendum du 3 août 2016 : L'enquête pour "non-dénonciation" d'abus sexuels sur mineurs et "non-assistance à personne en danger" qui visait le cardinal Barbarin a été classée sans suite. 

 Mon commentaire : la Justice dans notre République est la même pour tous, ses décisions ont donc à être respectées. Cette décision doit permettre à tous d'avancer, dans l'intérêt des victimes. C'est me semble t-il le sens de la réaction du Cardinal Barbarin, à écouter et à lire ici.