"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


samedi 29 avril 2017

Un dessin plutôt qu'un long discours


https://hippolyte.viewbook.com/


J'ai découvert ce dessin et son commentaire sur Facebook. Appréciant beaucoup l'oeuvre du professeur Laborit ainsi que le film d'Alain Resnais, "Mon oncle d'Amérique", j'ai souhaité le partager ici.

Commentaire de Pierre-Michel Robert : "Cette image me rappelle le livre de Laborit, Eloge de la fuite, qui avait servi de trame au film d'Alain Resnais, Mon oncle d'Amérique. Laborit expliquait que les humains - comme les rats de laboratoire - ont en toute circonstance le choix entre trois comportements : la lutte, la fuite ou l'inhibition. Il soulignait d'ailleurs que la fuite est parfois un comportement rationnel, de sauvegarde, devant un adversaire trop puissant, trop malin, etc. L'image d'Hippolyte montre clairement ces trois comportements : le pêcheur à la ligne a pris la fuite, celui qui vote blanc est dans l'inhibition, il n'arrive pas à choisir même s'il peut considérer que ne pas choisir est un choix en la circonstance, et celui qui vote Macron est dans la lutte contre Le Pen, sans avoir, au second tour, le choix des armes."



mercredi 26 avril 2017

France insoumise : Consultation sur le 2e tour de l'élection présidentielle

Un résultat historique !

Chères insoumises, chers insoumis,
Dimanche, la France Insoumise et son candidat Jean-Luc Mélenchon, ont réuni plus de 7 millions de voix, soit 19,58 %, au premier tour de l'élection présidentielle.
Bravo à toutes et à tous pour cette fabuleuse campagne. Ne nous arrêtons pas en si bon chemin !
Amitiés insoumises,
L'équipe JLM2017

mardi 25 avril 2017

La nuit américaine, ou le piège du deuxième tour





La nuit américaine est un procédé cinématographique qui simule la nuit alors que la scène est tournée en plein jour. C'est une illusion et ce n'est pas le réel.

Patrick Pique explique son vote du premier tour, tire les conséquences des résultats et dit pourquoi et pour qui il votera le 7 mai.

[article initialement rédigé pour le blog "A la table des chrétiens de gauche"] 





J'ai voté pour le programme porté par Jean-Luc Mélenchon

Lors du premier tour, j'ai voté pour un candidat de gauche. 
La campagne réussie, novatrice et ambitieuse, porteuse d'espérance a été à la hauteur des enjeux auxquels nous sommes confrontés depuis des décennies, en particulier la crise sociale et écologique. 
Elle a permis de faire découvrir un projet dans la lignée de celui qui avait permis à François Mitterrand de remporter l'élection présidentielle le 10 mai 1981. Plus encore, ce projet, par la méthode, par sa compréhension des enjeux et des propositions présentées rappelle le programme porté par les écologistes lors de la campagne de 1981, un projet qui portait le beau nom de « Pouvoir de vivre ». Il s'agissait de mettre en avant l'essentiel, la vie et non le pouvoir d'achat. Ce livre-programme a été certainement l'ouvrage fondateur de mes engagements futurs, j'avais 16 ans. 
Rappelons qu'au début de son premier septennat, François Mitterrand et la gauche ont mis en place la retraite à 60 ans, augmenté le SMIC et les allocations familiales, réduit le temps de travail avec le passage à la semaine de 39 heures et une cinquième semaine de congés payés, abolit la peine de mort,…

Le chaos et l'apocalypse ne sont pas survenus, pas plus qu'on a vu l'arrivée des chars russes. 
Rappelons en revanche que le revirement de 1983 et toutes les politiques libérales ou néo-libérales qui ont suivi n'ont jamais permis de résoudre le fléau du chômage qui continue de progresser inexorablement. Ces politiques n'ont pas davantage enrayé la crise écologique.

Rappelons aussi que toutes ces décennies ont vu le règne sans partage de deux forces politiques à peine différentes puisque s'accordant sur le programme économique, ce qui a provoqué une fracture durable et profonde avec une partie croissante de l'électorat qui se réfugie avec constance dans le vote d'extrême-droite.

Hier ce bipartisme a été mis à mal avec l'émergence de quatre forces de poids équivalents. L'épisode calamiteux des primaires et la réforme funeste du quinquennat ont achevé de rendre caduques les institutions de la Vème République. Celle-ci a été créée pour et par le Général de Gaulle, sous la plume de Michel Debré. Elle a fait son temps.

Rappelons encore que les écologistes en 1981 proposaient dans leur programme le passage à une VIème République comme Jean-Luc Mélenchon dans l'Avenir en commun.

Donc j'espérais un deuxième tour qui aurait opposé les deux seuls véritables projets constructifs s'intéressant à l'avenir de notre pays et de ses habitants : le programme libéral « En Marche » d'Emmanuel Macron et le programme écologiste et social « l'Avenir en commun » de Jean-Luc Mélenchon.

En lieu et place, ce sera Emmanuel Macron contre Marine Le Pen.




Un scénario américain pour le second tour

Le face à face entre M. Macron et Mme Le Pen n'augure rien de bon sur les court et moyen termes.

Il faudrait peut-être avoir à l'esprit l'élection américaine car pour l'instant elle est en train d'être rejouée...

La victoire – probable - du leader d'En Marche risque d'être comprise comme le plébiscite de son projet libéral. Or ce n'est que la poursuite de ce que nous connaissons depuis des décennies avec la droite et la gauche de gouvernement sans oublier les écologistes d'EELV qui s'y sont ralliés. Il existe un vrai risque de catalyser la progression du FN dans son accession au pouvoir en 2022. 
D'autant que cette progression est la conséquence de l'échec des politiques libérales qui ont provoqué colère et souffrances dans les classes populaires. N'oublions jamais que le libéralisme avec ses dogmes financiers et comptables et le FN sont les deux faces d'une même pièce. Ils se nourrissent l'un l'autre, l'un pour exister, l'autre pour se maintenir au pouvoir.

Pour le court terme et donc le deuxième tour, qu'avons-nous vu ce dimanche 23 avril ? Le vote d'Emmanuel Macron au Touquet, lieu de villégiature au passé prestigieux pour la bourgeoisie du Nord, des Parisiens et des Anglais. La sortie d'Emmanuel Macron en automobile qui ressemblait à un cortège présidentiel de soir de victoire de deuxième tour… Un repas dans un restaurant qui en a rappelé un autre de 2007 – c'était certes différent mais la symbolique est là - , un sondage en apparence prometteur pour le 7 mai.

Pendant ce temps, Marine Le Pen a voté a Hénin-Beaumont, ville ouvrière du bassin minier du Pas-De-Calais. Elle a fêté sa réussite dans une salle municipale. Mme Le Pen a déjà annoncé la couleur, le deuxième tour sera un référendum sur l'Europe et la mondialisation.

Le piège est donc grand ouvert. Marine Le Pen sera la candidate des victimes de la mondialisation.

Dimanche soir, tous les leaders politiques – sauf Jean-Luc Mélenchon - se sont désistés en faveur d'Emmanuel Macron pour « faire barrage ». « Faire barrage » est devenu l'unique et dernier fondement de toute pensée politique libérale de droite et de gauche. Mais « faire barrage » n'est pas un projet. La candidate du FN s'est évidemment engouffrée dans cette brèche pour dénoncer une atteinte à la démocratie, qui par ailleurs est fortement ressentie par ses électeurs. Je ne peux qu'appeler à la prudence avec cette notion de front ou d'arc républicain.

Donc, il faut regarder ce qui s'est passé aux États-Unis. Le candidat qui ne pouvait pas gagner l'élection l'a remportée. Pourtant d'après les commentateurs du monde entier, Hillary Clinton ne pouvait pas perdre, c'était impossible, inimaginable. Elle a perdu. Car ceux qui ne se sentaient pas concernés par ce duel Trump/Clinton ne sont pas allés voter. Ceux qui préféraient la victoire d'Hillary Clinton mais sans donner leur voix ont une lourde responsabilité dans la victoire de Donald Trump.

Il me sera rétorqué que nous ne sommes pas aux États-Unis. Pourtant depuis au moins la présidence de Nicolas Sarkozy, la vie politique française s'est fortement rapprochée des habitudes d'Outre-Atlantique : abstention, primaires, bipolarisation à outrance.

Je ne crois pas en un plafond de verre protecteur. D'ailleurs, La France n'a pas été en état de choc à l'annonce des résultats, Emmanuel Macron accepte – contrairement à ce qu'avait fait Jacques Chirac avec Jean-Marie Le Pen en 2002 – le débat du deuxième tour avec Marine Le Pen.

J'ajouterai que Jacques Chirac avait emporté l'élection avec plus de 80 % des suffrages contre moins de 18 % pour son adversaire. Le premier sondage publié sur le duel Macron/Le Pen annonce une victoire du premier avec seulement un peu plus de 60 % et un peu moins de 40 % pour la seconde.

Il n'y a plus l'effet de sidération de 2002. Souvenons-nous des manifestations populaires massives notamment lors du 1er mai 2002. Nous n'en sommes plus là. Le Front national fait désormais partie du paysage politique français. 
Tout peut se produire en deux semaines. 
D'autant que les reports de voix qui se sont portées sur les différents candidats perdants du premier tour, n'iront pas automatiquement ni systématiquement à Emmanuel Macron. Ce n'est pas parce qu'un leader politique se désiste qu'il est suivi dans son choix par ses électeurs.

La victoire de Marine Le Pen est donc possible.



 Voter pour Emmanuel Macron ou voter blanc ?

Comme l'a dit Jean-Luc Mélenchon au soir du 1er tour, « en conscience chacun, chacune sait quel est son devoir ».

Il faut rappeler ce que signifie le vote blanc. Voter blanc c'est refuser de prendre parti et dire qu'aucun des deux candidats ne convient au point de les renvoyer dos à dos. S'en laver les mains en quelque sorte. De fait, sur le plan de l'arithmétique, c'est donner de fait une demie voix à chacun des deux.

Sur mon blog, je me présente comme un écologiste, je ne peux donc imaginer la fermeture de nos frontières, la sortie de l'Union européenne alors que le projet européen est le fondement de la paix depuis la fin de la seconde guerre pour les pays qui l'ont rejointes. Le programme du FN est le plus nucléariste avec celui de François Fillon. La question de l'autre, du réfugié, du pauvre est aux antipodes de ce qui est demandé par le pape François dans l'encyclique Laudato Si'.

Je me présente également comme un citoyen et un catholique.

Parce que j'aime profondément la République, sa devise, Liberté, Égalité, Fraternité, parce que je suis chrétien, je prendrai mes responsabilités lors du deuxième tour et il est de mon devoir d'aller voter pour le candidat le plus proche - ou plus exactement le moins éloigné - de mes convictions c'est-à-dire Emmanuel Macron.

Ceci est ma décision personnelle et même si j'ai réfléchi aux arguments des uns et des autres, je n'ai pas besoin de consigne - ou l'absence de consigne - de vote des leaders politiques.

Je souhaiterais terminer ce billet par deux conseils de lecture. Ces propos de Jean-Pierre Denis *, directeur de rédaction de l'hebdomadaire La Vie, que je fais miens "Même si le projet d’Emmanuel Macron peut soulever de fortes interrogations sur sa gauche comme sur sa droite, celui de Marine Le Pen entraînerait la France dans le déclin et le chaos. Même si ce que représente Emmanuel Macron peut laisser les chrétiens dubitatifs, ce que porte Marine Le Pen s’oppose fortement à ce que nous comprenons de l’Évangile. En un mot, si la politique que mènera Emmanuel Macron semble encore floue, la réponse des électeurs doit être la plus nette possible. Le second tour offre aux Français l’occasion de montrer au monde que la trumpisation des démocraties n’est pas une fatalité, que la raison démocratique peut reprendre son cours, que leur pays a encore de la ressource et du ressort. Impossible d’hésiter."

Et cette analyse d'Hervé Kempf **, rédacteur en chef du quotidien Reporterre : « L’écologie, cependant est bien vivante et présente, et elle a pleinement pénétré la gauche, c’est-à-dire le mouvement de ceux pour qui la justice sociale est une condition vitale de la paix civile. Il n’en reste pas moins un goût amer de la voir dévoyée par ceux qui s’en proclamaient les porteurs historiques. 

Ce qu’il faut retenir, c’est que le mouvement continue, et que l’écologie reste plus que jamais au cœur du renouveau des politiques. »

Ces deux tweets du pape François viennent à point nommé pour être médités :

Pape François (@Pontifex_fr): « Si Christ est ressuscité, nous pouvons regarder avec des yeux et un cœur nouveaux chaque événement de notre vie, même les plus négatifs. »

« Lorsque nous avons touché le fond de notre faiblesse, Christ ressuscité nous donne la force de nous relever. »




* Macron-Le Pen : À question simple, réponse claire, Jean-Pierre Denis, éditorial publié dans La Vie le 23 avril 2017



** La faillite du parti écologiste, Hervé Kempf, éditorial publié dans Reporterre du 24 avril 2017


vendredi 21 avril 2017

Quelques repères pour voter




J'aime beaucoup ma carte d'électeur. J'aime voter. L'important c'est de voter. Nous avons ce droit et ce devoir en France. Tant de citoyens d'autres pays ne l'ont pas ou pas totalement, pas vraiment librement.
Alors votons et surtout en choisissant un candidat et un projet. 
Ce n'est pas toujours simple de choisir et nos évêques ont publié un texte pour aider au discernement : « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ».
De même l'encyclique du pape François, Laudato Si' peut être d'une aide précieuse.
On peut lire aussi l'éditorial d'Anne Ponce, directrice de la rédaction du Pèlerin qui raconte sa méthode et rappelle qu'il n’y a pas de vote chrétien mais il y a une manière chrétienne de voter.

Pour lire l'éditorial d'Anne Ponce, cliquer ici
Pour lire Laudato Si', cliquer ici
Pour le texte des évêques, cliquer ici

 


En attendant dimanche soir...




Il est encore temps de lire ce projet de Jean-Luc Mélenchon et ses développements à travers les livrets thématiques.
Il est possible d'aller à l'essentiel avec le programme en trois minutes.

Le projet l'Avenir en commun : cliquer ici
Les 27 livrets thématiques : cliquer ici
Le programmes en 3 minutes : cliquer ici









mardi 18 avril 2017

EN DIRECT - MÉLENCHON : MULTI-MEETING HOLOGRAMME - #LaForceDuPeuple




dimanche 16 avril 2017

Pâques 2017

The Disciples Peter and John Running to the Sepulchre on the Morning of the Resurrection by Eugène Burnand

« Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts » (Jn 20, 1-9)
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ;
c’était encore les ténèbres.
Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
    Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple,
celui que Jésus aimait,
et elle leur dit :
« On a enlevé le Seigneur de son tombeau,
et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
    Pierre partit donc avec l’autre disciple
pour se rendre au tombeau.
    Ils couraient tous les deux ensemble,
mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre
et arriva le premier au tombeau.
    En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ;
cependant il n’entre pas.
    Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour.
Il entre dans le tombeau ;
il aperçoit les linges, posés à plat,
    ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus,
non pas posé avec les linges,
mais roulé à part à sa place.
    C’est alors qu’entra l’autre disciple,
lui qui était arrivé le premier au tombeau.
Il vit, et il crut.
    Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris
que, selon l’Écriture,
il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

 © AELF


MESSAGE URBI ET ORBI
DU PAPE FRANÇOIS
PÂQUES 2017
Loggia centrale de la Basilique vaticane
Dimanche 16 avril 2017


 
Chers frères et sœurs,
Bonne fête de Pâques !

Aujourd’hui, dans le monde entier, l’Église renouvelle l’annonce pleine d’étonnement des premiers disciples : « Jésus est ressuscité ! »- « Il est vraiment ressuscité, comme il l’avait dit ! »
L’antique fête de Pâques, mémorial de la libération du peuple hébreu de l’esclavage, atteint ici son accomplissement : par sa résurrection, Jésus Christ nous a libérés de l’esclavage du péché et de la mort et nous a ouvert le passage vers la vie éternelle.
Nous tous, quand nous nous laissons dominer par le péché, nous perdons la bonne route et nous allons errant comme des brebis égarées. Mais Dieu même, notre Pasteur, est venu nous chercher, et pour nous sauver, il s’est abaissé jusqu’à l’humiliation de la croix. Et aujourd’hui, nous pouvons proclamer : « Il est ressuscité le bon Pasteur qui pour son troupeau est allé à la rencontre de la mort, alléluia ! » (Missel Romain, IV° dimanche de Pâques, Antienne de la communion).
A travers les temps, le Pasteur ressuscité ne se lasse pas de nous chercher, nous ses frères égarés dans les déserts du monde. Et par les signes de la Passion – les blessures de son amour miséricordieux – il nous attire sur son chemin, le chemin de la vie. Aujourd’hui aussi, Il prend sur ses épaules beaucoup de nos frères et sœurs opprimés par le mal sous ses différentes formes.
Le Pasteur Ressuscité va chercher celui qui est égaré dans les labyrinthes de la solitude et de la marginalisation ; il va à sa rencontre à travers des frères et des sœurs qui savent s’approcher avec respect et tendresse et faire entendre à ces personnes sa voix, une voix jamais oubliée, qui les rappelle à l’amitié avec Dieu.
Il prend en charge tous ceux qui sont victimes des anciens et des nouveaux esclavages : travaux inhumains, trafics illicites, exploitation et discrimination, graves dépendances. Il prend en charge les enfants et les adolescents qui sont privés de leur insouciance pour être exploités ; et qui a le cœur blessé par les violences subies à l’intérieur des murs de sa propre maison.
Le Pasteur Ressuscité se fait compagnon de route de tous ceux qui sont contraints de laisser leur terre à cause de conflits armés, d’attaques terroristes, de famines, de régimes oppressifs. A ces migrants forcés, il fait rencontrer des frères sous tous les cieux, pour partager le pain et l’espérance sur le chemin commun.
Dans les histoires complexes et parfois dramatiques des peuples, que le Seigneur Ressuscité guide les pas de qui cherche la justice et la paix ; et qu’il donne aux responsables des Nations le courage d’éviter l’expansion des conflits et d’arrêter le trafic des armes.
En ces temps, de façon particulière, qu’il soutienne les efforts de tous ceux qui s’emploient activement à apporter soulagement et réconfort à la population civile en Syrie, Syrie bien aimée et martyrisée, victime d’une guerre qui ne cesse pas de semer horreur et mort. Encore hier, un dernier et ignoble attentat contre les réfugiés en fuite a provoqué de nombreux morts et blessés. Qu’il donne la paix à tout le Moyen Orient, à commencer par la Terre sainte, comme aussi en Irak et au Yémen.
Que la proximité du Bon Pasteur ne manque pas aux populations du Sud Soudan, du Soudan, de la Somalie et de la République Démocratique du Congo, qui souffrent de conflits qui se perpétuent, aggravés par la très sérieuse famine qui frappe certaines régions de l’Afrique.
Que Jésus ressuscité soutienne les efforts de tous ceux qui, spécialement en Amérique latine, s’engagent à garantir le bien commun des sociétés, parfois marquées de tensions politiques et sociales qui dans certains cas aboutissent à la violence.
Qu’on puisse construire des ponts de dialogue, en persévérant dans la lutte contre la plaie de la corruption et dans la recherche de solutions valables et pacifiques aux controverses, pour le progrès et la consolidation des institutions démocratiques, dans le plein respect de l’Etat de droit.
Que le Bon pasteur aide la bien-aimée terre d’Ukraine, encore affligée par un conflit sanglant, à retrouver la concorde et accompagne les initiatives en vue d’adoucir les drames de tous ceux qui en souffrent des conséquences.
Que le Seigneur ressuscité, qui ne cesse pas de combler le continent européen de sa bénédiction, donne espérance à tous ceux qui traversent des moments de crise et de difficultés, spécialement en raison du manque de travail surtout pour les jeunes.
Chers frères et sœurs, cette année comme chrétiens de toute confession, nous célébrons ensemble la Pâque. Ainsi, d’une seule voix dans chaque partie de la terre résonne l’annonce la plus belle : « Le Seigneur est vraiment ressuscité, comme il l’avait dit ! ». Il a vaincu les ténèbres du péché et de la mort, qu’il donne la paix à notre temps.
Bonne fête de Pâques !



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana

samedi 15 avril 2017

#RDLS25 : MÉDIAS, ALLIANCE BOLIVARIENNE (ALBA), EAU MORTELLE, LILLE, HOLOGRAMMES






Dans ce 25e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon analyse l'ambiance glauque qu'essaient de répandre certains médias au moment où la France insoumise mobilise de plus en plus autour du programme «L'Avenir en commun». Il répond ensuite sur le fond aux attaques caricaturales sur l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) avant de parler de la très dense semaine de campagne écoulée, où tous nos outils numériques et physiques sont mobilisés pour convaincre les indécis dans la dernière semaine avant le premier tour. Enfin, Jean-Luc Mélenchon aborde un problème majeur, dont personne ne parle : la pollution de l'eau aux matières fécales, qui concerne 2 milliards d'individus selon l'OMS et provoque chaque année la mort de 500 000 personnes.

***TOUTES LES INFOS SUR LES PROCHAINS ÉVÈNEMENTS***
➡️ Agenda de Jean-Luc Mélenchon avec tous les RDV (dates, lieux) et les moyens de s'y rendre (bus) : http://f-i.jlm2017.fr/agenda_melenchon

***SOMMAIRE***
00:00 : Introduction
00:54 : L'ambiance glauque dans les médias et la calomnie
05:10 : Qu'est-ce que l'ALBA ? Que peut-elle nous apporter ?
15:18 : La campagne s'accélère ! Les outils pour y participer.
18:09 : Le meeting de Lille
19:34 : Les prochains rendez-vous et notamment les meetings holographiques
20:14 : Les multiples manières de faire campagne : l'exemple de deux amis qui font campagne de manière autonome
21:45 : Deux milliards de personnes touchées par l'eau polluée aux matières fécales

***LES LIENS***
- Le point 62 du programme l'avenir en commun qui contient (parmi d'autres) la proposition d'adhérer à l'ALBA : https://laec.fr/section/62/construire...
- Le 20h de France 2 : http://melenchon.fr/2017/04/07/france...
- On n'est pas couché : http://melenchon.fr/2017/04/10/invite...
- Le meeting de Marseille : http://melenchon.fr/2017/04/09/meetin...
- Le meeting de Lille : http://melenchon.fr/2017/04/14/meetin...
- Le jeu Fiscal Kombat : http://fiscalkombat.fr/
- La webradio insoumise : https://jlm2017.fr/radio/
- Le mélenphone : https://melenphone.fr/
- Le site matériel (pour commander affiches, tracts, bus...) : https://materiel.jlm2017.fr
- Deux milliards de personnes utilisent de l'eau contaminée par des matières fécales : http://www.lemonde.fr/ressources-natu...
- Toutes les infos sur le meeting de TOULOUSE le 16 avril : http://f-i.jlm2017.fr/meeting_toulouse
- Toutes les infos sur le meeting de DIJON le 18 avril : http://f-i.jlm2017.fr/meeting_dijon
- Toutes les infos sur le meeting holographique de CLERMONT-FERRAND le 18 avril : http://f-i.jlm2017.fr/meeting_hologra...
- Toutes les infos sur le meeting holographique de NANCY le 18 avril : http://f-i.jlm2017.fr/meeting_hologra...
- Toutes les infos sur le meeting holographique de NANTES le 18 avril : http://f-i.jlm2017.fr/meeting_hologra...
- Toutes les infos sur le meeting holographique de GRENOBLE le 18 avril : http://f-i.jlm2017.fr/meeting_hologra...
- Toutes les infos sur le meeting holographique de MONTPELLIER le 18 avril : http://f-i.jlm2017.fr/meeting_hologra...
- Toutes les infos sur le meeting holographique du PORT À LA RÉUNION le 18 avril : http://f-i.jlm2017.fr/meeting_hologra...
- Le site de comparaison des programmes des candidats sur l'aide au développement

***RETROUVEZ JEAN-LUC MÉLENCHON SUR***
- Le site de campagne : http://www.jlm2017.fr
- Le blog : http://melenchon.fr
- Facebook : https://www.facebook.com/jlmelenchon/
- Twitter : https://twitter.com/JLMelenchon
- Snapchat : @MelenchonJL
- Instagram : https://www.instagram.com/jlmelenchon/
- Google+ : https://plus.google.com/+jlmelenchon
- Linkedin : http://linkedin.com/in/jlmelenchon
- Periscope : https://www.periscope.tv/JLMelenchon

vendredi 14 avril 2017

Jean-Luc Mélenchon, l'ALBA et la panique du système libéral productiviste



https://avenirencommun.fr/


C'est l'affolement général - du moins à droite - en France. On se croirait revenu en 1981 avec l'annonce de l'arrivée des chars russes en cas de victoire de François Mitterrand.

Rappelons tout de même que le pouvoir "socialo-communiste" une fois élu a mis en place la retraite à 60 ans, augmenté le SMIC et des allocations familiales, réduit le temps de travail avec le passage à la semaine de 39 heures et une cinquième semaine de congés payés, abolit la peine de mort,...

Alors quel est l'origine du vent de panique qui traverse les opposants à la France insoumise ? C'est simple, Jean-Luc Mélenchon propose que la France (en fait la Guyane et les Antilles pour être précis) rejoigne l'Alliance bolivarienne.

Qu'est-ce que l'Alliance bolivarienne ou ALBA ?
L'Alliance bolivarienne est une plate-forme d'intégration pour les pays d'Amérique latine et des Caraïbes qui repose sur la solidarité, la complémentarité, la justice et la coopération.
Il s'agit d'une alliance politique, économique et sociale pour défendre l'indépendance, l'autodétermination et l'identité des peuples qui la composent.

 Les pays qui composent actuellement l'ALBA sont : le Venezuela, Cuba, la Bolivie, le Nicaragua, la Dominique, Antigua-et-Barbuda, l'Équateur, Saint-Vincent-et-les Grenadines et Sainte Lucie.


Plus précisément, 12 principes régissent l'ALBA : 
1. Le commerce et l'investissement ne doivent pas être une fin en soi, mais des instruments pour parvenir à un développement juste et durable.

2. Prise en compte du niveau de développement des différents pays et de la dimension de leur économie pour garantir l'accès de toutes les nations au processus d'intégration.

3. La complémentarité économique et la coopération entre les pays participants et la non concurrence entre pays et productions, de manière à favoriser le développement économique équilibré dans chaque pays, avec les stratégies de lutte contre la pauvreté et la préservation de l'identité culturelle des peuples.

4. La coopération et la solidarité qui se traduisent par des plans spéciaux pour les pays les moins avancés de la région devraient inclure un plan continental contre l'analphabétisme, un plan latino-américain de soins de santé gratuits aux citoyens qui manquent de tels services et un programme de bourses de caractère régional dans des domaines d'intérêt majeur pour le développement économique et social.

5. Création d'un Fonds d'urgence sociale.

6. Développement inclusif des communications et des transports entre les pays d'Amérique latine et des Caraïbes, qui comprend des plans communs de routes, de chemins de fer, de lignes maritimes et de compagnies aériennes, de télécommunications, etc.

7. Actions pour permettre la durabilité du développement qui protègent l'environnement, stimulent l'utilisation rationnelle des ressources et empêchent la prolifération des habitudes de consommation inutiles qui sont étrangères aux réalités de nos peuples.

8. L'intégration énergétique entre les pays de la région, qui assure l'approvisionnement stable en produits énergétiques dans l'intérêt des entreprises latino-américaines et caribéennes.

9. Promotion des investissements en capital latino-américains en Amérique latine et dans les Caraïbes, dans le but de réduire la dépendance des pays de la région aux investisseurs étrangers.

10. Défense de la culture latino-américaine et caribéenne et de l'identité des peuples de la région, avec un respect et une promotion particuliers des cultures autochtones et indigènes.


11. Mesures pour les normes de propriété intellectuelle, tout en protégeant l'héritage des pays d'Amérique latine et des Caraïbes contre la voracité des entreprises transnationales.

12. Coordination des positions dans les domaines multilatéraux et dans les processus de négociation de toutes sortes avec les pays et les blocs d'autres régions.

(source : http://alba-tcp.org/en)

Revenons au programme "L'Avenir en commun", porté par Jean-Luc Mélenchon.

Cette question de l'Alliance bolivarienne n'est qu'une des 8 mesures contenues dans le chapitre 62 concernant l'aide au développement : Un autre monde est possible. Plus juste, plus ordonné, plus écologique et non soumis à la finance. Pour cela, de nouvelles coopérations doivent être engagées et d'autres renforcées. La France doit proposer une nouvelle alliance altermondialiste pour changer le cours du monde.

- En finir avec la Françafrique
- Tenir enfin l'objectif de consacrer 0,7 % du revenu national brut au budget de l'aide publique au développement
- Relancer la politique de codéveloppement et de coopération (scientifique, universitaire, sanitaire…) avec les pays en développement
- Adhérer à la banque de développement des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud NDR) et bâtir une nouvelle alliance altermondialiste avec les BRICS
- Soutenir le projet chinois d'une monnaie commune mondiale pour libérer l'économie mondiale de la domination du dollar
- Appuyer la mise en œuvre d'un mécanisme de restructuration des dettes souveraines dans le cadre de l'ONU
- Multiplier les coopérations avec les pays émergents
-  Instaurer une politique de codéveloppement avec l'Amérique latine et les Caraïbes en adhérant à l'ALBA

L'ALBA n'apparait qu'à la fin alors que la première mesure évoque la Françafrique.

On serait tenté de dire : tout ça pour ça.

Les questions qui méritent d'être posées sont celles-ci : 
pourquoi tant de bruit sur ce dernier point en ignorant les autres ? 
Pourquoi la mise en oeuvre d'une aide au développement réelle est si dérangeante dans notre système libéral productiviste ? 
Peut-être que pour ce système, le développement humain et l’urgence écologique sont intolérables. Pour le système libéral productiviste, ce n'est pas l'humain qui est au centre, c'est l'argent.  D'où l'affolement général de ses porte-voix depuis que les résultats des sondages d'opinion envisagent la présence de Jean-Luc Mélenchon au second tour de la présidentielle et de surcroit sa victoire ...

A suivre



jeudi 13 avril 2017

Famine en Afrique et politiques internationales




20 millions de personnes sont menacées par la famine en Afrique de l'Est d'après l'hebdomadaire La Vie.

Voici ce qu'on peut lire à ce sujet dans un autre article du même journal : 
"Celle-ci a des causes multiples, dont l'échec des politiques locales de souveraineté alimentaire, lié aux politiques internationales – exigences du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, accords commerciaux passés dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) – qui ont privilégié un modèle d'agriculture industrielle et productiviste centrée sur les exportations. Fragilisées, les populations ne peuvent pas faire face aux crises et plongent bien souvent dans un dénuement total. "
Pour lire l'article en totalité, cliquer ici.

N'en déplaise à ceux qui sont "affolés" par le programme de Jean-Luc Mélenchon, refuser de mettre en cause le modèle productiviste agro-industriel productiviste, c'est refuser de construire un monde solidaire fondé sur la coopération entre les peuples au profit d'une compétition de plus acharnée qui ne favorise que les nantis.
Ajoutons que ce modèle productiviste détruit un peu plus chaque jour la maison commune...