"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


lundi 30 novembre 2015

Artisans d’une paix fondée sur la justice


Alors que la COP21 débute à Paris, le pape François se trouve en Afrique. L'auteur de l'encylique écologique "Loué sois-Tu" a bien compris que c'est là-bas que se joue l'avenir du monde  : 

Ici comme ailleurs, tant d’hommes et de femmes ont soif de respect, de justice, d’équité, sans trouver à l’horizon des signes positifs. À ceux-là, il vient faire don de sa justice (cf. Jr 33, 15). Il vient féconder nos histoires personnelles et collectives, nos espoirs déçus et nos souhaits stériles. Et il nous envoie annoncer surtout à ceux qui sont opprimés par les forts de ce monde comme à ceux qui ploient sous le poids de leurs propres péchés : « Juda sera délivré, Jérusalem habitera en sécurité, et voici le nom qu’on lui donnera : ‘‘Le Seigneur-est-notre-Justice’’ » (Jr 33, 16). Oui, Dieu est Justice ! Voilà pourquoi, nous, chrétiens, nous sommes appelés à être dans le monde les artisans d’une paix fondée sur la justice. [...]
A tous ceux qui utilisent injustement les armes de ce monde, je lance un appel : déposez ces instruments de mort ; armez-vous plutôt de la justice, de l’amour et de la miséricorde, vrais gages de paix. Disciples du Christ, prêtres, religieux, religieuses ou laïcs engagés en ce pays au nom si suggestif, situé au cœur de l’Afrique et qui est appelé à découvrir le Seigneur comme le véritable Centre de tout ce qui est bon, votre vocation est d’incarner le cœur de Dieu parmi vos concitoyens. Daigne le Seigneur nous établir tous « fermement dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, pour le jour où notre Seigneur viendra avec tous les saints » (1Th 3, 13). Réconciliation, pardon, amour et paix ! Amen.

Pour lire la totalité de l'homélie de ce premier dimanche de l'Avent, cliquer ici.


Prière de Saint Anselme

Depuis quelques temps, je lis des ouvrages sur le bouddhisme et en particulier les enseignements de Thich Nhat Hanh. Ce qu'il explique au sujet de la compassion, du pardon, de l'amour, est limpide. Surtout je m'aperçois que ce que dit Thich Nhat Hanh, facilite et renouvelle ma compréhension du christianisme. La prière de Saint Anselme, si l'on fait abstraction des adresses, résonne parfaitement avec ce que pourrait dire un bouddhiste, et réciproquement :  

Mon Dieu, tu es toute tendresse pour moi.
Je te le demande par ton Fils bien-aimé
accorde-moi de me laisser emplir de miséricorde
et d'aimer tout ce que tu m'inspires.

Donne-moi de compatir à ceux qui sont dans l'affliction, et d'aller au secours de ceux qui sont dans le besoin.

 Donne-moi de soulager les malheureux, d'offrir un asile à ceux qui en manquent, de consoler les affligés, d'encourager les opprimés.

Donne-moi de pardonner à celui qui m'aura offensé, d'aimer ceux qui me haïssent, de rendre toujours le bien pour le mal, de n'avoir de mépris pour personne, et d'honorer tous les hommes.

Donne-moi d'imiter les bons, de renoncer à la fréquentation des méchants, de pratiquer les vertus et d'éviter les vices.

Donne-moi, Seigneur la patience quand tout va mal et la modération quand tout va bien.

Donne-moi de savoir maîtriser ma langue,
et de poser, au besoin, une garde à ma bouche.

Enfin, mon Dieu, donne-moi le mépris des choses qui passent et la soif des biens éternels.

Saint Anselme (1033-1109)


samedi 28 novembre 2015

Fais-moi connaître ta route

Alors que nous vivons une période particulièrement bouleversée avec les attentats qui ont touché la France, les problèmes économiques, sociaux et écologiques, nous entrons dans l'Avent, moment d'espérance dans le calendrier chrétien qui ouvre une nouvelle année liturgique. Notre nouvel an chrétien en quelque sorte...
J'ai envie de reprendre l'habitude déjà prise lors du Carême de mettre en avant sur ce blog des psaumes en les associant à une image. 
Je vais commencer par le psaume de ce premier dimanche de l'Avent.




Psaume 24

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

Les voies du Seigneur sont amour et vérité
pour qui veille à son alliance et à ses lois.
Le secret du Seigneur est pour ceux qui le craignent ;
à ceux-là, il fait connaître son alliance.


 © AELF



vendredi 27 novembre 2015

#FiersdelaFrance - hommage


#FiersdelaFrance

 Attentats de Paris
Participons tous à l'hommage national Mettez un drapeau bleu blanc rouge à votre fenêtre*
  1. Faites un selfie (ou une photo) en bleu blanc rouge
  2. Publiez-le sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FiersdelaFrance et mettez-le en photo de profil vendredi 27 novembre à 8h00

Montrons que nous sommes #FiersdelaFrance

*Si vous n'avez pas de drapeau bleu blanc rouge, téléchargez-le sur gouvernement.fr/drapeau-francais et imprimez-le

samedi 21 novembre 2015

Aujourd’hui, Jésus pleure




Quelques paroles fortes du pape François, prononcés lors d'une homélie à Sainte Marthe, le 19 novembre 2015 :  

«Mais aussi aujourd’hui, Jésus pleure. Parce que nous avons préféré la voie des guerres, de la haine, des inimitiés. Nous sommes proches de Noël : il y aura des lumières, il y aura des fêtes, des arbres lumineux, aussi des crèches… Mais tout est faussé : le monde continue à faire la guerre, à faire les guerres. Le monde n’a pas compris la voie de la paix.» 

 «Qu’est-ce qu’il reste d’une guerre, de celle que nous sommes en train de vivre. Qu’est-ce qu’il en reste ? Des ruines, des milliers d’enfants sans éducation, tant et tant de morts innocents, et tant d’argent dans les poches des trafiquants d’armes. Une fois Jésus a dit : "on ne peut pas servir deux maîtres : ou Dieu, ou l’argent ». La guerre est justement le choix pour l'argent : "Faisons des armes, comme ça l’économie s’équilibre un peu, et avançons avec nos intérêts". Il y a une parole dure du Seigneur : "Maudits". Parce qu’Il a dit : "Bénis soient les artisans de paix". 

«Ceux qui font la guerre, qui font les guerres, sont maudits, sont des délinquants. Une guerre peut se justifier, entre guillemets, avec tant de raisons. Mais quand le monde entier, comme aujourd’hui est en guerre, le monde entier ! C’est une guerre mondiale, par morceaux : ici, là-bas, là-bas aussi, partout… Il n’y a pas de justification. Et Dieu pleure. Jésus pleure.» 

«Et pendant que les trafiquants d’armes font leur travail, il y a de pauvres artisans de paix qui seulement pour aider une personne, une autre, donnent la vie. » 

«Cela nous fera du bien aussi à nous de demander la grâce des pleurs, pour ce monde qui ne reconnait pas la voie de la paix. Celui qui vit pour faire la guerre, avec le cynisme de dire ne pas le faire. Nous demandons la conversion du cœur. Justement à la porte de ce Jubilé de la Miséricorde, que notre Jubilé, notre joie soit la grâce que le monde retrouve la capacité de pleurer pour ses crimes, pour ce qu’il fait avec les guerres.»

vendredi 20 novembre 2015

Un petit coup de main ? Sterpi & Que du Bonheur



Je connais un guitariste, chanteur, auteur, compositeur qui a le projet d'enregistrer son deuxième album. Il s'agit de Sterpi et de son groupe Que Du Bonheur. Si j'en parle, c'est qu'il est talentueux, autant pour la musique que la guitare - sur scène il est un vrai guitar hero -  et  la voix également et les beaux textes.
Pour ce faire il a besoin de financer son projet à l'aide d'une plateforme de financement participatif ou crowdfunding pour pouvoir enregistrer dans un studio d'enregistrement professionnel.  C'est presque fait. Mais la nuance est dans le "presque". Il ne reste que quelques jours, c'est fait à 88% à l'heure où j'écris ces lignes. Vos contributions vous seront automatiquement remboursées si le projet n'atteint pas son objectif.
Merci à vous de soutenir cet artiste talentueux, cela ne pourra que réjouir nos oreilles.
Pour soutenir Sterpi, merci de cliquer ci-dessous sur le visuel KissKissBankBank : 



jeudi 19 novembre 2015

#NousSommesUnis




J'ai signé la tribune du  collectif « Nous Sommes Unis »  porté par un ensemble de mouvements et de représentants de la société civile.

En savoir plus : cliquer sur l'image ou ici.

dimanche 15 novembre 2015

For Paris - Tears On The City

#PrayForParis
Quelque chose me dit que les terroristes n'aiment pas la guitare électrique, en voici donc quelques notes.
Something tells me that the terrorists do not like the electric guitar, so here are a few notes
Jean-Jacques Goldman said : "with a guitar in hand , I fear nothing..." Musical notes are still the best way for me to express what I feel. Played in "one take" with left hand for guitar, right hand for keyboard:
Comme dit Jean-Jacques Goldman, "avec une guitare à la main, j'ai peur de rien..." Les notes de musique sont encore le meilleur moyen pour moi pour exprimer ce que je ressens. Joué en une fois et enregistré en une prise, main gauche pour la guitare, main droite pour le clavier :

samedi 14 novembre 2015

Prier, toujours prier...





"Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.
Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.
Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.
Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.
Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.
Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.
Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.
Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes.
Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.
Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.
J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter…
Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés. "

- Abbé Pierre


« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.
O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.
Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

- Saint François d'Assise



"Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,
Seigneur, écoute mon appel !  Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière !
Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera ? 
Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.
J'espère le Seigneur de toute mon âme ;  je l'espère, et j'attends sa parole.
Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore."

- Psaume 129

dimanche 8 novembre 2015

Qui nous fera voir le bonheur ?




Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France, a posé cette question en citant le psaume 4 ce 8 novembre lors de son discours de clôture de l’Assemblée plénière d’automne 2015 à Lourdes. 
Extraits : 

Mgr Pontier a articulé son discours autour de plusieurs grands points (en gras) : 
Le chemin de bonheur cherché par toute famille :
[...] Nous avons rendu grâce pour tous ceux qui le trouvent en se laissant illuminer par le visage du Seigneur, par sa présence, sa parole, sa fidélité, ses appels. Nous avons nommé les obstacles que trop de familles rencontrent dans leur vie pour le trouver : celui des guerres actuelles, des grandes pauvretés qui jettent sur les routes trop de familles ; celui des séparations qui sont toujours porteuses de souffrances et de graves conséquences pour les enfants; celui de ceux qui connaissent l’épreuve de la stérilité, du handicap, du veuvage précoce, d’une affectivité blessée ; celui de ceux qui, remariés, cherchent à trouver leur place dans leur environnement comme dans l’Eglise ; celui des familles monoparentales ; celui de tous ceux qui se tournent et se retournent en disant : « Qui nous fera voir le bonheur ? ».

[...]Mgr Pontier a adressé une demande claire aux paroisses et aux pastorales au sujet des familles : apporter soutien et réconfort et demeurer vigilantes sur les politiques familiales.

[...]

La situation tragique de tant de migrants ou de réfugiés qui essaient de franchir la Méditerranée pour venir en Europe : La présence persévérante et fraternelle de tant et tant de bénévoles est un rayon de bonheur dans ce qui est souvent qualifié d’enfer.« Qui nous fera voir le bonheur ? » Sûrement pas les peurs, les rejets, les murs dressés, les replis sur soi. Nous invitons les catholiques et tous les hommes de bonne volonté à choisir l’accueil, la fraternité et la confiance. 
Mgr Pontier les invite également  à s'engager dans des projets adaptés, à  témoigner auprès des responsables politiques pour que des décisions courageuses, humaines et solidaires soient prises dans notre pays et en Europe et à leur rappeler le nécessaire soutien au développement des pays les plus pauvres comme à la recherche de solutions justes et durables aux nombreux conflits.
[...]

Sur la mission en monde rural  :  L’Eglise est attendue pour susciter des espaces de paroles et de vie spirituelle, avec une attention particulière pour les agriculteurs et tous les acteurs du rural en souffrance.

[...]

Redire où se trouve le chemin du bonheur : Il se trouve dans le respect de la dignité inviolable de l’homme créé à l’image de Dieu ; il se trouve dans le choix de sociétés où le souci du petit et du pauvre prime sur les intérêts des plus fortunés. Il est des inégalités qui font honte à l’humanité. Il se trouve, ce chemin du bonheur, dans le choix du dialogue et du respect entre personnes et peuples aux convictions et aux religions diverses. Il se trouve dans la logique de l’amitié et de l’estime entre les peuples. Il se trouve dans le respect de la création, dans le souci de la maison commune, dans le choix de modes de vie respectueux des besoins d’aujourd’hui et de ceux de demain. Il se trouve encore et surtout dans l’ouverture spirituelle à la connaissance et à l’amour de Dieu qui nous rend libres et nous tient en confiance.
[...]
Les élections à venir : 
Nous portons de l’estime à l’engagement politique quand il est vécu dans la recherche du bien commun. Avons-nous autre chose à dire à nos fidèles que d’aller voter ? Sûrement. Nous voulons ajouter : pensez au sort des petits et des humbles ; pensez à l’accueil, pensez au respect de la vie et de la dignité de la personne humaine ; pensez aux politiques sociales et familiales, à l’éducation des jeunes ; pensez au dialogue entre les religions et avec tous les courants de pensée. N’oubliez pas le bien profond de votre région ni son développement. Fuyez la violence sous toutes ses formes, la violence verbale n’étant pas la moindre. Pensez encore à la paix chez nous, en Europe ; regardez de près les programmes. 
[...]
Le chemin du bonheur : Jésus Christ.
 Il n’a ajouté aucune violence. Au contraire il est venu pour la vaincre par une puissance d’amour infinie à laquelle nos égoïsmes, nos inconsciences et nos peurs ont du mal à croire. La violence, il l’a subie jusqu’au sang ; la haine, il en a souffert au plus profond de son cœur ; la mort injuste il l’a vaincue par la résurrection bienheureuse, source de toute espérance. Oui, nous voulons redire qu’il est là le chemin du bonheur, dans la suite du Christ, dans l’amour de ses frères, dans la confiance, dans l’engagement auprès de ceux qui souffrent violence. Sa vie extérieure a été résumée en peu de mots : « Il est passé en faisant le bien ». Avoir le souci des autres, celui du bien commun, celui du vivre ensemble, celui d’une écologie intégrale, celui d’une humilité confiante, celui de la bonté et de la fraternité, voilà bien le chemin du bonheur ! 

Avant de conclure Mgr Pontier a évoqué le rapport annuel publié par le Secours catholique sur la pauvreté dans notre pays et ses formes nouvelles et le drame vécu depuis trop longtemps par les populations du Moyen-Orient, des chrétiens particulièrement. [...] Le véritable enjeu est que les chrétiens puissent envisager de demeurer sur leur terre ancestrale.[...]

La feuille de route pour l'année à venir

Retrouver les fidèles de nos communautés, pour entrer dans ce jubilé de la miséricorde et pour nous préparer encore à vivre les futures Journées Mondiales de la Jeunesse à Cracovie. Nous y poursuivrons notre réflexion sur les sources du bonheur, celles que Jésus nous a données dans les Béatitudes. Et dans ce monde souvent dur, qui ne fait plus place à celui qui a chuté ou est tombé, nous rendrons grâce pour la miséricorde de Dieu, celle qu’il a déployée de toujours à toujours en faveur de l’humanité et tout spécialement en Jésus Christ qui a donné sa vie pour la multitude. Avec le pape François nous avancerons sur le chemin du bonheur en accueillant et en vivant la miséricorde sur une terre marquée voici 70 ans par l’horreur de la Shoah, puis par le joug communiste. C’est là que sera proclamé : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ». Puisse notre monde entrer dans une ère de miséricorde, de tendresse, de fraternité, d’humanité.

Pour lire l'ensemble du discours, cliquer ici.


jeudi 5 novembre 2015

Rapport statistique annuel sur l'état de la pauvreté en France

http://www.secours-catholique.org

Le Secours Catholique-Caritas France publie jeudi 5 novembre son Rapport statistique annuel, avec le soutien de la Fondation Crédit Coopératif. À partir de l’observation sur le terrain de plus de 90 000 situations (sur les 1 425 000 personnes accueillies en 2014), l'association rend compte de l’évolution de la pauvreté en France et propose des solutions.

Télécharger le rapport

Lire le dossier sur le site su Secours Catholique : cliquer ici.


Vivez la révoludon !


Le denier de l’Église contribue pour un tiers au budget de fonctionnement du diocèse de Nancy pour assurer le traitement des prêtres (depuis leur entrée au séminaire jusqu’à leur fin de vie), le salaire versé aux laïcs engagés salariés, la couverture sociale de toutes ces personnes et leur formation initiale et continue.
Quelques chiffres :
En Meurthe-et-Moselle : 187 prêtres ; 48 salariés laïcs (soit 39 équivalents temps plein) ; 7 séminaristes.
Pour assurer à toutes ces personnes une juste rémunération et pour leur permettre de recevoir une formation convenable, 3 381 434 € sont nécessaires.
L’an dernier, ont été célébrés 3070 baptêmes, 658 mariages, 4150 obsèques.
Repères :
1 plein d’essence = 60 €
1 journée pour un prêtre = 40 €
1 journée pour un laïc en mission = 77 €
1 semaine de formation au séminaire = 110 €




mercredi 4 novembre 2015

Une prière



Une prière découverte sur le blog de l'Oratoire. Merci au pasteur Marc Pernot.

Une prière de Kierkegaard :
ô Dieu, nous parlons de toi
comme si tu ne nous avais aimés le premier
qu’une seule fois, dans le passé.
En réalité, c’est tout au long des jours
et tout au long de la vie,
que tu nous aimes le premier.
Quand nous nous éveillons le matin
et que nous tournons notre âme et notre prière vers toi,
tu nous devances, tu nous as aimés le premier.
Quand je m’écarte des distractions,
et recueille mon âme pour penser à toi,
tu m’aimais déjà, tu es encore le premier.
ô Dieu, à toi va notre gratitude :
ce n’est pas une fois que tu nous as aimés le premier,
c’est à chaque instant de notre vie.

mardi 3 novembre 2015

"Je suis"

Je peux faire miens ces propos de Jean-Yves Leloup * : 

[...] "au fond de chacun de nos puits (de chacune de nos traditions), c’est le même fleuve d’eau vive qui s’écoule.
Ni syncrétisme, ni sectarisme, l’enracinement et l’ouverture restent depuis plus de 40 ans ma ligne de conduite. Sans enracinement dans une tradition particulière, notre ouverture peut se diluer en toutes sortes de mélanges, qui n’ont rien à voir avec un chemin d’alliance, de respect et d’union véritable avec l’autre. Sans ouverture, notre enracinement dans une tradition particulière, peut devenir sectaire, peur et enfermement dans des réflexes identitaires. Il se prive des profondeurs de la vérité qui se nourrit d’un dialogue rigoureux et exigeant avec le « différent ››,  « l’autre réalité ››, qui ne brise pas l’unicité du Réel."
[...]
"la spiritualité telle que je la vis n’appartient ni au passé ni à l’avenir, c’est une ouverture au coeur de l’espace et du temps, à ce qui n’appartient ni à l’espace, ni au temps, ni à tout ce qui peut être saisi par le mental. Au cœur de l’instant c’est l’ouverture de tout homme à l’Éternel, sa participation non limitée, non temporelle, au Réel infini, « Je suis ››."

A lire ici

*Jean-Yves Leloup est un écrivain, théologien et prêtre orthodoxe, philosophe.

 


lundi 2 novembre 2015

Veillées funéraires à domicile

Une disposition de la loi "Santé" remettrait en cause les veillées funéraires à domicile : 

 Christian de Cacqueray, directeur du Service Catholique des funérailles  : 
"Il s’agit d’une mesure visant à interdire la pratique des soins de conservation sur le corps des défunts morts à leur domicile. Cette réforme aura pour conséquence de pénaliser la pratique de la veille du défunt à domicile, qui concerne environ 50 000 personnes par an."
[...]
"En plaçant résolument ce qui pourrait passer pour une mesure sans importante, à sa vraie place, à savoir parmi les mesures qui, en s'additionnant dénaturent notre civilisation. Il ne s'agit pas pour moi de faire la promotion d'une technique de conservation des corps post mortem plutôt qu'une autre, mais de dire, en tant qu'accompagnant des obsèques, que le devoir des pouvoirs publics est de faciliter la pratique des rites funéraires et non de l'entraver."

Au sujet de cette disposition de la loi "Santé" : lire ici.

dimanche 1 novembre 2015

Saint Patrick

 
by Harry Clarke : Patrick Preaching to His Disciples



Mémoire de saint Patrice (Patrick), évêque. Né en Grande Bretagne, il fut capturé par des pirates irlandais. Ayant retrouvé sa liberté, il voulut entrer dans le clergé et retourna en Irlande, décidé à consacrer sa vie à l’évangélisation de l’île. Ordonné évêque, il s’employa avec adresse et succès à faire connaître le Christ, en s’adaptant aux conditions sociales et politiques du pays et il organisa solidement l’Église, jusqu’à sa mort à Dunum (Down), en 461.
Martyrologe romain

Tiré du site conseillé par notre prêtre ce dimanche lors de son homélie... :  http://nominis.cef.fr