"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


dimanche 30 août 2015

J'aime la Liberté



Après le coup de cloches du 15 août sur lequel j'ai émis quelques réserves, voici déjà le coup de grâce. A peine deux semaines plus tard. 
Je me demandais quel allait être le coup de com suivant. Et bien c'est fait.

Cette fois il s'agissait de faire plus de bruit médiatique que les Assises Chrétiennes de l'Écologie qui ont lieu à Saint-Étienne.
Comment les torpiller ?   En envoyant les médias ailleurs...
Comment ?
En invitant la tête de la liste FN de la région PACA à l'université d'été catholique de la Sainte-Baume et en le faisant savoir une semaine avant... 

Il est vrai que l'encyclique du pape François qui est au cœur des travaux des Assises de Saint-Étienne a pu décevoir les milieux réactionnaires, traditionalistes, conservateurs, identitaires - d'une façon générale les adorateurs des pseudos points non négociables de Benoit XVI - qui n'ont pas retrouvé leurs petits dans "Loué sois-Tu".

L'initiative du diocèse de Toulon-Fréjus qui a consisté lors de son université d'été à offrir une tribune à la tête de liste FN de la région PACA a profondément divisé les catholiques. On le serait à moins. 
Même si c'est l'initiative d'un évêque et non celle de l’Église, elle va entacher l'ensemble de l’Église de France. C'est pourquoi les catholiques qui condamnent cette initiative doivent le faire savoir. C'est ce que je fais à travers ces quelques lignes.

Tout comme je souhaite définitivement et clairement mettre à distance la théorie des points dits non-négociables, je pense que celles et ceux qui s'opposent aux différentes lois sur l'IVG et la contraception n'ont rien compris ou ne connaissent rien à ce qu'est la vie des hommes et des femmes ou veulent tout simplement imposer leurs croyances aux autres. 
Ce n'est pas à coup de citations mal comprises de la Bible qu'on fait preuve d'expertise en humanité...
Je suis favorable à ces lois qui sont celles de la République, elles sont un progrès immense dans la vie des hommes et des femmes et elles permettent d'éviter bien des drames humains. Et chacun est libre d'y avoir recours, ou pas. 
Et j'aime la Liberté.

Je fais miennes les différentes déclarations ou analyses suivantes qui ont été publiées au sujet de cet université catholique de la Saint Baume, en particulier, le communiqué de Témoignage chrétien : ce catholicisme devient l’un des éléments d’une identité française qui se forge contre les étrangers, contre les musulmans, contre l’Europe, en un mot, contre la fraternité et contre l’universalité, à rebours de toutes les valeurs chrétiennes et évangéliques, en contravention avec l’élan suscité depuis deux ans par le pape François.  
Tout comme je conseille la lecture des billets de Philippe Clanché, René Poujol et Vincent Soulage ainsi que cet article de Bruno Roger-Petit
Je suis reconnaissant envers tous mes frères et sœurs catholiques qui ont eu le courage de se démarquer de cette initiative en le faisant là où ils le pouvaient et comme ils le pouvaient, en particulier sur les réseaux sociaux.

Cinquante ans après et plus que jamais, le concile de Vatican II est à appliquer et le pape François doit être assuré de notre soutien.




dimanche 23 août 2015

Espérance



Je découvre depuis quelques jours l'existence et les écrits du pasteur Charles Wagner.
En particulier, cet ouvrage intitulé "Devant le témoin invisible".
C'est une collection de textes assez courts, qui tiennent à la fois de la prière, de la méditation, de la réflexion.
D'une façon générale, je dirais que ce sont des textes qui accompagnent et aident à vivre.
Je ne résiste pas à l'envie d'en partager un extrait.

"Espérance"
Un jour tout ce but lointain vers lequel nous marchons à travers tant d'obscurités douloureuses sera réalisé : les sentiers abrupts seront gravis, les précipices franchi, les erreurs expliquées...
Dis-toi cela souvent quand le chemin se complique et que les horizons se voilent.
Je ne demande rien de plus aux jours les plus mauvais.

(extrait de "Devant le témoin invisible", p.222, Charles Wagner, éd. Fischbacher, 1961)

Ces mots que j'ai découverts à l'âge de 50 ans m'en rappellent  d'autres que j'écoutais souvent lorsque j'étais jeune.
Il s'agit d'une chanson qui se trouve au milieu d'un long morceau instrumental de Mike Oldfield, intitulé "Taurus II". Le titre évoque très certainement la naissance du musicien, celui-ci étant né au mois de mai et étant donc du signe du Taureau, et plus globalement sa vie.
Pour revenir à cette chanson, elle ne dit pas autre chose que ce que dit le pasteur.
Est-ce un grand écart ? je le pense pas.
Derrière la foi d'un pasteur ou l'inspiration d'un musicien, il y a la même source : Dieu, ou ..., peu importe le nom donné. La source, mais aussi le chemin vers Dieu, ou ... .
Ce que je veux dire c'est que cette musique et ces paroles de l'un sont aussi importantes pour moi que le texte de l'autre. L'un et l'autre peuvent apporter à l'être humain bien plus que tous les corps doctrinaux et les lectures fondamentalistes de textes que l'être humain qualifie de sacrés.
Merci donc à tous ceux qui éclairent nos vies et nous transmettent l'espérance.

The deep deep sound

Hush now baby made a start, 
There's a jewel in your heart, 
And a star that shines for you, 
Watching everything you do, 
Don't you cry though it may seem, 
You were born into a dream, 
There's another race to run, 
You were not the only one, 
Standing in the morning sun, 
Waiting though it had begun, 
May you never run aground, 
Or fall into the deep, deep sound, 
Stormy weather turns to blue, 
Here's a song to take with you

(C) 2013 Mike Oldfield under exclusive licence to Mercury Records Ltd

Pour écouter, cliquer sur l'image ci-dessous : 

mercredi 19 août 2015

Fabrice Nicolino, le communisme, l'écologie

Fabrice Nicolino dans une long billet où il explique pourquoi il condamne tout autant le communisme que le capitalisme,  donne aussi sa vision de l'écologie, qui n'a pas besoin d'adjectif  :
Elle contient le meilleur de l’expérience humaine, et trace les contours d’une construction enfin universelle. Dans ce monde possible et souhaitable, un ouvrier ne vaudra jamais 25 000 paysans et un Bill Gates sera traité à l’égal d’un paysan du Gange ou des plateaux andins. Ni plus ni moins. Quant à l’homme – tous les hommes -, il sera remis à sa place, ce qui donnera de l’espace et de l’espoir à toutes les espèces vivantes que nous jetons gaiement au tombeau.
Pour lire le billet dans sa totalité, cliquer ici.

mardi 18 août 2015

Les cloches du 15 août



[Billet publié également sur le site "A la table des chrétiens de gauche"] 

Je dois avouer que j'ai manqué de courage pour dire que j'ai été mal à l'aise avec le "coup de com" des cloches du 15 août.
Les seules questions que j'ai posées avant l'événement m'ont valu d'être suspecté de polémiquer sur une initiative qui ne pouvait visiblement pas être discutée mais uniquement imposées aux diocèses et à leurs fidèles.

Je me demandais ce que recouvre l'expression 'Chrétiens d'Orient". Après avoir regardé une carte je me disais : 
des cloches sonneront en signe de solidarité. Avec qui ? 
En solidarité avec des citoyens irakiens, syriens, turques, égyptiens,etc,.. de confession chrétienne. Mais la solidarité avec les citoyens de ces mêmes pays et qui ne sont pas de confession chrétienne mais qui sont tout autant victimes des conflits ?...

C'est justement ce que vient de rappeler de façon salutaire et courageuse l'évêque de Poitiers, Mgr Wintzer.
En lisant sa déclaration, je m'aperçois qu'une note du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France du 17 juin dernier interpelait déjà vivement les catholiques sur la question des migrants.

Surtout les diocèses avec les associations et les pouvoirs publics font déjà beaucoup pour un problème humanitaire connu depuis longtemps : 
Cela fait déjà plusieurs années que les diocèses, dont celui de Poitiers, avec le Secours catholique, l’Œuvre d’Orient, d’autres associations, avec des familles et en concertation avec les pouvoirs publics, participent à l’accueil de familles de réfugiés
C'est le même constat dans mon diocèse. 

Mgr Wintzer s'interroge également sur la pression des réseaux dit sociaux, pour reprendre son expression :  Ils sont une manière d’exercer une pression qui fait fi des médiations et des responsabilités. 
Surtout cette opération de communication  ne doit pas faire oublier que les enjeux en cause sont d’une autre gravité : il en va de la vie de personnes et de la paix de nombreux pays.
Car nos actes et nos paroles, à nous qui disposons de la liberté d’expression, doivent être responsables et ne rien faire qui oppose les populations les unes aux autres. Après les conflits, il faut qu’arrive les jours de la réconciliation, et celle-ci n’est vraie et complète que dans la mesure où des populations diverses, dans les cultures, les religions, les philosophies, etc., peuvent partager un même sort et œuvrer au même projet de société.

Le catholique que je suis est infiniment reconnaissant  à Mgr Winter d'avoir exprimé ce que j'ai ressenti lors de ce 15 août.
Comme j'avais déjà eu l'occasion de l'écrire par ailleurs, c'est l’Église que j'aime.

Pour lire la déclaration de Mgr Wintzer, cliquer ici.

lundi 17 août 2015

PAX CHRISTI : Journée de la Création 2015, diocèse de Reims


http://www.catholique-reims.cef.fr/spip.php?article8735

Cette journée aura lieu le :
 

samedi 17 Octobre 2015 de 10 h 00 à 17 h 00
à l’Ermitage de St Walfroy - Margut (Ardennes)
Cette année, cette journée a été préparée en collaboration avec : l’église protestante unie de Reims Épernay ; le chapelain et directeur de l’Ermitage de St Walfroy ; le Vicaire Général et aumônier de PAX CHRISTI ; le responsable de la formation permanente du clergé et des laïcs ; des représentants de la Fraternité Franciscaine ; les délégués diocésains à PAX CHRISTI ; le CMR et le CCFD-Terre Solidaire.

Cette journée de la création verra la participation de Dominique Lang, journaliste au Pèlerin et aumônier national de Pax Christi et de Martin Kopp, Doctorant en théologie protestante à Strasbourg, chargé de plaidoyer pour la justice climatique pour la Fédération luthérienne mondiale.

Téléchargez le bulletin d’inscription
 



 

 


samedi 15 août 2015

Pat Pik - Distant Earth

Un hommage à deux de de mes guitaristes préférés : David Gilmour et Mike Oldfield.
Pour écouter, cliquer sur l'image.

« Accroche-toi à ton chapelet »




Texte rédigé pour le numéro 62 de Chrétiens Sans Frontières, journal du secteur pastoral du Pays Haut



« Accroche-toi à ton chapelet »



C'est par cette exhortation que le Père Guy Gilbert nous invite à prier le Rosaire :

« Accroche-toi à ton chapelet. Tu verras combien ces Ave Maria t'apporteront une joie immense. Ils toucheront le Cœur de Marie.[...] J'appelle cela les « sourires de Marie ». Attends-toi à ce qu'elle te comble de grâces. »

Bernadette Soubirous disait quant à elle : « je ne savais que mon chapelet. »



De quoi s'agit-il ?

C'est la récitation d'une succession d'une dizaine de « je vous salue Marie », ponctuée d'un « Notre Père » et d'un « Gloire à Dieu ».

C'est également l'objet qui permet de pratiquer cette prière.

Son origine est la grande dévotion de saint Dominique envers la Vierge Marie.



Rosaire ou chapelet ?

C'est la même chose, mais  pour être précis, le rosaire est la récitation de trois chapelets, un chapelet étant la récitation de cinq dizaines d'Ave Maria.

Pour certains, cette prière peut sembler répétitive, désuète, mais tous les papes la recommandent. Ainsi Saint Jean-Paul II (1) : « Le Rosaire est ma prière préférée. C'est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur [...]  sur l'arrière-fond des Ave Maria défilent les principaux épisodes de la vie de Jésus Christ. [...]. En même temps, nous pouvons rassembler dans ces dizaines du Rosaire tous les événements de notre vie individuelle ou familiale, de la vie de notre pays, de l'Église, de l'humanité, c'est-à-dire nos événements personnels ou ceux de notre prochain, et en particulier de ceux qui nous sont les plus proches, qui nous tiennent le plus à cœur. C'est ainsi que la simple prière du Rosaire s'écoule au rythme de la vie humaine »



Les principaux épisodes de la vie du Christ

Chaque dizaine permet de méditer un mystère qui correspond à une série d'épisodes de la vie du Christ. Il y a ainsi les mystères joyeux (naissance du Christ), glorieux (résurrection du Christ), douloureux (mort du Christ) et lumineux (vie publique du Christ). Lorsqu'on a récité la totalité du rosaire, on a traversé tout l’Évangile. C'est pour cette raison que Benoit XVI  (2) « invite les fidèles à réciter le Chapelet individuellement, en famille ou en communauté, et à se mettre ainsi à l’école de Marie qui nous conduit au Christ, le cœur de notre foi ». L’Église recommande de prier tous les jours le chapelet : les mystères joyeux, le lundi et le samedi, les mystères douloureux le mardi et le vendredi, les mystères glorieux le vendredi et le dimanche et les mystères lumineux le jeudi.



Le pape François (3) va plus loin encore. Le chapelet est un instrument de lutte contre le Mal : « Marie nous accompagne, elle lutte avec nous, elle soutient les chrétiens dans le combat contre les forces du Mal. La prière avec Marie, en particulier le Rosaire [...] a aussi cette dimension agonistique, c'est-à-dire de lutte, une prière qui soutient dans la bataille contre le malin et ses complices. Le Rosaire aussi nous soutient dans la bataille ».



Un pèlerinage, des équipes

Un pèlerinage, le plus important de France  a lieu chaque année à Lourdes au moment de la fête de Notre Dame du Rosaire (7octobre). Il est géré par l'ordre des Dominicains et le thème de cette année est « la joie de la mission ».

Les Équipes du Rosaire, fondées en 1955 insistent sur le double aspect marial et missionnaire de la prière du Rosaire. Une équipe se réunit en moyenne une fois par mois, chez l'un de ses membres, pour prier ensemble le Rosaire, mais aussi lire et méditer un texte de la Bible, prier pour le monde, pour les proches, etc.










Pour aller plus loin :

eglise.catholique.fr, rubrique « approfondir sa foi »






------------------------------------------------------------------------------------------







Récite ton chapelet, dit Dieu,

et ne te soucie pas de ce que raconte tel écervelé:

que c’est une dévotion passée et qu’on va abandonner.

Cette prière-là, je te le dis

est un rayon de l’Evangile :
on ne me le changera pas.

Ce que j’aime dans le chapelet, dit Dieu,

c’est qu’il est simple et qu’il est humble.

Comme fut mon Fils.

Comme fut sa Mère.



Récite ton chapelet : tu trouveras à tes cotés

toute la compagnie rassemblée en l’Évangile :

la pauvre veuve qui n’a pas fait d’études

et le publicain repentant qui ne sait plus son catéchisme,

la pécheresse effrayée qu’on voudrait accabler,

et tous les éclopés que leur foi a sauvés,

et les bons vieux bergers, comme ceux de Bethléem,

qui découvrirent mon Fils et sa Mère...



Récite ton chapelet, dit Dieu,

il faut que votre prière tourne, tourne et retourne,

comme font entre vos doigts les grains du chapelet.

Alors, quand je voudrai, je vous l’assure,

vous recevrez la bonne nourriture,

qui affermit le cœur et rassure l’âme.

Allons, dit Dieu, récitez votre chapelet

et gardez l’esprit en paix



                               Charles Péguy

jeudi 13 août 2015

Pat Pik - Hymn To Life

Pour écouter, cliquer sur l'image :

Pat Pik - Song for Marie

Pour écouter, cliquer sur l'image.

Esclaves du travail




Pape François, le 12 août 2015

Le vrai temps de la fête suspend le travail professionnel. Il est sacré parce qu’il nous rappelle que nous sommes faits à l’image de Dieu qui n’est pas esclave du travail, mais Seigneur. 
Et donc, nous aussi nous ne devons jamais être des esclaves du travail. Par contre, nous savons qu’il y a des millions d’hommes et de femmes et même d’enfants qui sont esclaves du travail. Cela va contre Dieu, contre la dignité de la personne. Le temps du repos, surtout dominical, nous est donné pour que nous puissions jouir de ce qui ne s’achète pas et ne se vend pas. 
Or nous voyons que l’idéologie du profit veut aussi manger la fête. Le temps de la fête est sacré parce que Dieu l’habite de manière spéciale. L’Eucharistie lui apporte toute la grâce de Jésus Christ, et toute réalité reçoit ainsi son plein sens. La famille est dotée d’une compétence extraordinaire pour comprendre et soutenir l’authentique valeur du temps de la fête qui est un cadeau précieux que Dieu fait à la famille humaine. Ne l’abîmons pas.

A lire sur le site du Vatican.

jeudi 6 août 2015

Pat Pik : Here And Now

Pour écouter, cliquer sur l'image :


Hiroshima et Nagasaki, 1945-2015


A Hiroshima et à Nagasaki, l'Humanité a achevé de perdre son âme...
A nous désormais d'essayer de la retrouver...

Nous vivons dans la peur du guerre nucléaire, apocalyptique, comme en témoignent de nombreux films de science-fiction ou d'anticipation.

C'est oublier un peu vite que la guerre nucléaire, industrielle, technologique a déjà eu lieu : c'est la seconde guerre mondiale.
Nous devons avoir ce fait à l'esprit. Si l'Humanité a été capable d'utiliser cette arme à deux reprises, il n'y a aucune raison pour qu'elle ne l'utilise pas à nouveau (cf. tous les débats autour des pays qui souhaitent développer l'énergie nucléaire...). 

Comme l'a dit le Dalaï-Lama : "Nous devons travailler à abolir l'usage des armes nucléaires, mais nous devons aussi construire la confiance et l'amitié entre les nations, ce qui nécessite d'engager le dialogue."
L’Église catholique du Japon a lancé l’initiative « dix jours de prière pour la paix », du 6 au 15 août.

Après l'explosion de la bombe l'un des membres de l'équipage de l'avion qui a largué la bombe, s'est écrié : « Mon Dieu, qu’avons-nous fait ? »
A Hiroshima et à Nagasaki, l'Humanité a achevé de perdre son âme...
A nous désormais d'essayer de la retrouver...
Quand, le 8 août 1945, Albert Camus, dans un éditorial de Combat, constate qu’« il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l’utilisation intelligente des conquêtes scientifiques », il se fait, sans le savoir, l’écho de l’effroi du général américain Thomas Farrell, qui, sidéré par l’explosion du 16 juillet, au Nouveau-Mexique, évoqua « un coup de tonnerre (…) qui nous révéla que nous étions de petits êtres blasphémateurs qui avaient osé toucher aux forces jusqu’alors réservées au Tout-Puissant ». Ce que Kenneth Bainbridge, directeur du test, avait commenté de façon nettement moins littéraire : « A partir de maintenant, nous sommes tous des fils de pute. »

A lire dans Le Monde.



Que voulez-vous vraiment ?

Une vidéo largement diffusée sur le net et en particulier les réseaux sociaux. Même si elle a déjà été vue et même revue,  ça fait toujours du bien, infiniment plus que de lire les fadaises des intégristes de ma religion (protestants, catholiques,...) qui sont persuadés de détenir la vérité en lisant un livre de façon fondamentaliste...
Et surtout tout le monde ne l'a pas encore vue, alors pourquoi se priver de la partager encore et encore ! 
(Sous-titres en français sur la première vidéo, en anglais sur le seconde)








Migrants : il est temps pour nous de nous réveiller

Sur la situation des migrants à Calais, une réflexion de Monseigneur Stenger, Evêque de Troyes, Président de Pax Christi France : 

"nous avons à faire à des êtres humains qui ont une histoire et une dignité."
 
"Ce que les violences à Calais révèlent" : 
- le manque de cohérence dans nos politiques d’accueil et nos législations du travail sur ce continent.
- notre difficulté à prendre les moyens financiers et humains pour accueillir ces populations.
- l’existence de flux d’exils de populations de zones de conflits et de non-droit .
- l’existence de réseaux de passeurs qui organisent ces filières de la misère, par la contrainte, la violence et le vol.

"Sommes-nous sûr de faire assez, en termes de diplomatie, de négociations et de décisions pour cesser d’alimenter les trafics d’armes ou de ressources naturelles qui entretiennent ces filières et sèment l’anarchie dans ces terres d’émigration ?"

Pax Christi France rend hommage et soutient les initiatives des "nombreuses personnes sur place qui luttent, à leur mesure, pour donner à manger, offrir une douche ou un lieu de repos à ces personnes en exil"  et qui " développent des projets nouveaux pour aider ces personnes à trouver leur place parmi nous".

mardi 4 août 2015

Dans le jardin

Ce que j'aime dans le jardin, ce sont les détails, les jeux de lumière inattendus, fugaces,... qui font rêver, méditer ou prier,...