"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


jeudi 28 août 2014

Résister

La droite catho s'énerve sur les réseaux sociaux. C'est normal la politique qu'elle soutient habituellement est appliquée par la gauche au pouvoir. C'est rageant...

Sur le plan religieux, ça ne va pas mieux : comme le rappelle Patrice de Plunkett la vedette politique mondiale la plus proche des positions du pape François est... une protestante pentecôtiste 
[...]dominant aisément Mme Rousseff, l'Amazonienne (Marina Silva NDR) a démontré l'absurdité de sacrifier la justice sociale aux "lois de l'économie". D'où ce paradoxe : la vedette politique mondiale la plus proche des positions du pape François est... une protestante pentecôtiste.
Pour lire le billet en entier, cliquer ici.

Tout comme ce sont des protestantes qui ont donné tout son sens au verbe "résister" en le gravant sur une pierre dans leur prison pour lutter contre l'absolutisme de l'époque. 
Pour en savoir plus, cliquer ici.

La droite catho ferait bien de s'en souvenir avant de donner des leçons d'usage de ce mot.




mardi 26 août 2014

Communiqué de Nouvelle Donne sur le remaniement

http://www.nouvelledonne.fr/communiques/le-gouvernement-change-le-chomage-monte

Le gouvernement change, le chômage monte

La ligne politique choisie par François Hollande est une erreur et de plus en plus de socialistes, comme Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti ont eu le courage de le dire publiquement. Mais que de temps perdu depuis deux ans !
A Nouvelle Donne nous nous réjouissons de voir que notre constat est de plus en plus largement partagé. Oui, « les politiques d’austérité sont absurdes, injustes et inefficaces » oui, « l’entêtement est absurde » et encore une fois oui, « il y a un autre chemin à trouver ».
Un autre chemin existe déjà pour nos concitoyens et Nouvelle Donne l’expose sans relâche depuis sa création en novembre 2013. Malheureusement, ce nouveau remaniement, marqué symboliquement par l’arrivée d’un banquier à l’Économie, confirme que l’exécutif est en totale déconnexion avec ce que vivent les Français. Il éloigne un peu plus notre pays du changement radical de politique économique, sociale et écologique dont il a besoin.
L’entêtement persiste et le mur se rapproche : il y a urgence à reprendre la main avec des idées neuves.
Isabelle ATTARD
Députée du Calvados
Co-présidente de Nouvelle Donne

lundi 25 août 2014

Le pape François et l'Irak

Ce qu'a dit très exactement le pape François lors son retour de Corée au sujet de l'Irak : 

"Dans ces cas où il y a une agression injuste, je peux seulement dire qu’il est licite d’arrêter l’agresseur injuste. Je souligne le verbe : arrêter. Je ne dis pas bombarder, faire la guerre, mais l’arrêter. Les moyens par lesquels on peut arrêter, devront être évalués. Arrêter l’agresseur injuste est licite. Mais nous devons aussi avoir de la mémoire ! Combien de fois, avec cette excuse d’arrêter l’agresseur injuste, les puissances se sont emparées des peuples et ont fait une vraie guerre de conquête ! Une seule nation ne peut juger de la façon d’arrêter un agresseur injuste. Après la Seconde Guerre Mondiale, est venue l’idée des Nations-Unies : là, on doit discuter, et dire : « Est-ce un agresseur injuste ? Il semble que oui. Comment l’arrêtons-nous ? ». Seulement cela, rien de plus. En second lieu, les minorités. Merci pour ce mot. Parce que l’on me dit : « Les chrétiens, pauvres chrétiens… » Et c’est vrai, ils souffrent. Les martyrs, oui, il y a beaucoup de martyrs. Mais ici, il y a des hommes et des femmes, des minorités religieuses, pas toutes chrétiennes, et tous sont égaux devant Dieu. Arrêter l’agresseur injuste est un droit de l’humanité, mais aussi un droit de l’agresseur, d’être arrêté pour ne pas faire du mal."

Pour lire l'intégralité de la conférence de presse : cliquer ici.

© Copyright - Libreria Editrice Vaticana


dimanche 24 août 2014

Edwy Plenel et le pape François, mêmes combats ?

Edwy Plenel, invité des journées d'été de Nouvelle Donne, a donné un interview au Courrier Picard dans laquelle il livre son analyse sur ce qui se passe sur notre planète. Sa vision du monde n'est pas éloignée de celle de notre pape François...

Voici quelques citations de cet entretien : 
A propos du journaliste américain James Foley, assassiné par les djihadistes : 
"C'est un homme qui honorait son métier, tout comme Daniel Pearl. Il prenait des risques pour essayer de comprendre le monde. Son sacrifice montre la nécessité d'un journalisme qui ne se laisse pas entraîner par la passion de la haine dans une humanité qui se détruit."

Au sujet de conflits actuels en Syrie, en Irak, en Ukraine : 
"Nous vivons une immense période de transition qui peut basculer dans un désastre général. Par sa folie et son aveuglement, l’Europe a inventé des armes de destruction massive et des génocides, il y a 100 ans, en 1914. On doit s’en souvenir.  [...]  
L’Europe est comptable de tout ça et doit accepter d’être modeste et humble face à la fragilité du monde. Quel est le bilan des interventions en Afghanistan, en Irak et en Libye ? Elles n’ont rien résolu, juste ajouté du malheur au malheur. On ne trouvera pas de solution sans dialoguer avec l’Iran et la Turquie. L’enjeu de civilisation est d’être capable d’inventer une nouvelle politique en s’intéressant d’abord aux injustices. Derrière les désordres, il y a souvent des injustices."

Ce qu'il faut souligner dans son analyse c'est le lien qu'établit Edwy Plenel entre ces crises et conflits et la situation écologique de la planète : 
"L’espèce humaine se met en péril. Depuis le mardi 19 août, nous savons que nous avons consommé ce que la terre peut reproduire en une année. On gaspille et l’on fait vivre une alerte immense qui nourrira des haines, des misères et des drames. "

Après avoir rappelé les contradictions des politiques traditionnelles en France, c'est-à-dire une austérité massive touchant les populations alors "la France est championne du monde des reversements de dividendes aux actionnaires avec une augmentation de 30 % en un an", le journaliste  pense que l'avenir c'est le mouvement par la dynamique de l’égalité et c’est le refus des fatalités et des immobilismes".

Lire la totalité de l'interview sur le site du Courrier Picard : cliquer ici.


 


vendredi 22 août 2014

Journée de jeûne et de prière pour les djihadistes de l’État Islamique en Irak et au Levant








Je me demandais quels mots utiliser pour cette intention de prière très particulière. Véronique Belen a trouvé les beaux mots et un passage de la Bible tout à fait adapté.

Je prie aussi que pour les cœurs de haine soient changés en cœurs de paix...

jeudi 14 août 2014

Ebola


Virus Ebola

Dans un article qu'il a publié sur son site ainsi que dans Charlie-Hebdo, le journaliste Fabrice Nicolino revient sur les origines possibles du virus Ebola, et de quelques autres.
L'idée générale est qu'une des causes possibles et probables est la rupture des grands équilibres écologiques à la fois par des politiques d'aménagement irréfléchies et les dérèglements climatiques.
Comme l'humanité ne semble pas consciente de ces problèmes, d'une part nous n'en sommes qu'au début de ces nouvelles épidémies et d'autre part dans notre beau pays tempéré, nous sommes loin d'être à l'abri.

Fabrice Nicolino : "l’essentiel du phénomène viendrait de « changements dans le couvert végétal et l’utilisation des terres, notamment les variations du couvert forestier (en particulier la déforestation et la fragmentation des forêts), ainsi que l’urbanisation et l’intensification de l’agriculture ». Les hommes pénètrent toujours plus loin dans les forêts tropicales, sortent virus et autres micro-organismes pathogènes de l’extrême stabilité écologique où ils se trouvaient, entrent au contact d’animaux de toutes sortes – primates, rongeurs, chauve-souris – qui deviennent les vecteurs de ces infections.[...] 
la promiscuité toujours plus grande entre les hommes, les animaux sauvages et les milliards de prisonniers de l’élevage concentrationnaire ne saurait annoncer le printemps. Pour que la situation s’améliore, il faudrait commencer par respecter ces équilibres écologiques qui emmerdent tout le monde, à commencer par les aménageurs-massacreurs. À moins de devenir sages, et même très sages, Ebola n’est qu’un début."

Article à lire ici


mercredi 13 août 2014

Assomption 2014



Une information de la paroisse Saint Martin de Longwy :
"A l’heure où bien des guerres ensanglantent encore notre planète (Israël-Palestine, Irak, Syrie, Ukraine, Libye, Nigeria, Centrafrique …), un temps de prière pour la paix est proposé aux fidèles.
Nous pourrons nous tourner particulièrement vers Marie à l’occasion de la Solennité de l’Assomption.
Vendredi 15 août à 20h15
à l’église St Dagobert ( Longwy-Haut)

chants, témoignages, réflexions, dizaine de chapelet, prière pour la Paix
"
 http://longwy-saint-martin-54.catholique.fr/Veillee-de-Priere-pour-la-paix.html


Un appel de la Conférence des Évêques de France, le Secours Catholique et l’Œuvre d’Orient :

Proche-Orient : prier et agir sans tarder !
Comme d’autres minorités, nos frères du Proche-Orient, dont les pays sont déchirés par les guerres, crient au secours. Entendons-nous leur appel ? Qu’en faisons-nous ?
La Conférence des Evêques de France, bouleversée par les drames qui se déroulent sous nos yeux et dont ont été témoins directs plusieurs d’entre nous, appuie notamment les actions du Secours Catholique-Caritas France et de l’Œuvre d’Orient qui se sont tournés vers elle. Par leur présence sur le terrain, ces organisations d’Eglise sont directement solidaires des chrétiens du Proche-Orient et des victimes des trois conflits majeurs qui secouent la région : Irak, Israël-Palestine et Syrie avec son impact sur les pays limitrophes.
Depuis les tout premiers jours, des équipes Caritas, partenaires du Secours catholique-Caritas France, sont auprès des populations déplacées au nord de l’Irak, des victimes des bombardements à Gaza et des Syriens victimes du conflit dans le pays ou réfugiés en Jordanie et au Liban. Par ailleurs, les prêtres et institutions religieuses sont sur le terrain, au quotidien, aux côtés des familles. Ils leur apportent aides alimentaires, logements, soins et scolarisent les enfants, grâce au soutien de l’Œuvre d’Orient.
Depuis trois ans, le Secours Catholique et l’Œuvre d’Orient ont chacun apporté des sommes très importantes pour financer des actions concrètes. Pour continuer et répondre aux besoins de plus en plus vitaux et de plus en plus urgents, votre soutien est indispensable. Merci pour vos dons et pour votre prière tout spécialement en cette fête de l’Assomption de la Vierge Marie, si chère au cœur des catholiques du monde entier.
Mgr Georges Pontier
Archevêque de Marseille
Président de la Conférence des Évêques de France

Prière d’intercession à la Vierge Marie pour la fête de l’Assomption 2014.
Marie, notre Mère,
nous nous adressons à toi
en cette fête qui nous rappelle que tu es auprès du Père dans la gloire de la Résurrection.
Toi qui étais debout près de la croix de ton Fils,
tu peux, mieux que quiconque, comprendre nos sœurs et nos frères humains qui souffrent
et intercéder pour eux.
Nous voulons te confier aujourd’hui les chrétiens d’Irak et les autres communautés de ce pays, qui vivent un chemin de croix et qui implorent notre aide.
Nous te confions aussi les chrétiens et les autres communautés de Terre Sainte, de Syrie et de tout le Proche Orient.
Prends-les sous ta protection,
Qu’ils puissent découvrir la présence de ton Fils auprès d’eux dans leur détresse.
Intercède pour nous aussi :
Que l’Esprit Saint nous aide à trouver les moyens de leur venir en aide
Et que nous vivions plus intensément la solidarité avec eux dans la prière.

Amen.


mardi 12 août 2014

Déclaration du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux

Déclaration publiée sur le site News.va 

Déclaration du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux

Le monde entier a assisté, stupéfait, à ce qu’on appelle désormais « la restauration du califat » qui avait été aboli le 29 octobre 1923 par Kamal Atatürk, fondateur de la Turquie moderne.
La contestation de cette « restauration » par la majorité des institutions religieuses et politiques musulmanes n’a pas empêché les jihadistes de l’« Etat Islamique » de commettre et de continuer à commettre des actions criminelles indicibles.

Ce Conseil pontifical, tous ceux qui sont engagés dans le dialogue interreligieux, les adeptes de toutes les religions ainsi que les hommes et les femmes de bonne volonté,ne peuvent que dénoncer et condamner sans ambiguïté ces pratiques indignes de l’homme:
-le massacre de personnes pour le seul motif de leur appartenance religieuse;
-la pratique exécrable de la décapitation, de la crucifixion et de la pendaison des cadavres dans les places publiques;
-le choix imposé aux chrétiens et aux yézidis entre la conversion à l’islam, le paiement d’un tribut ( jizya ) ou l’exode;
-l’expulsion forcée de dizaines de milliers de personnes, parmi lesquelles des enfants, des vieillards, des femmes enceintes et des malades;
-l’enlèvement de jeunes filles et de femmes appartenant aux communautés yézidie et chrétienne comme butin de guerre ( sabaya );
-l’imposition de la pratique barbare de l’infibulation;
-la destruction des lieux de culte et des mausolées chrétiens et musulmans;
-l’occupation forcée ou la désacralisation d’églises et de monastères;
-la retrait des crucifix et d’autres symboles religieux chrétiens ainsi que ceux d’autres communautés religieuses;
-la destruction du patrimoine religieux-culturel chrétien d’une valeur inestimable ;
-la violence abjecte dans le but de terroriser les personnes pour les obliger à se rendre ou à fuir.

Aucune cause ne saurait justifier une telle barbarie et certainement pas une religion. Il s’agit d’une offense d’une extrême gravité envers l’humanité et envers Dieu qui en est le Créateur, comme l’a souvent rappelé le Pape François.

On ne peut oublier pourtant que chrétiens et musulmans ont pu vivre ensemble - il est vrai avec des hauts et des bas - au long des siècles, construisant une culture de la convivialité et une civilisation dont ils sont fiers. C’est d’ailleurs sur cette base que,ces dernières années, le dialogue entre chrétiens et musulmans a continué et s’est approfondi.

La situation dramatique des chrétiens, des yézidis et d’autres communautés religieuses et ethniques numériquement minoritaires en Irak exige une prise de position claire et courageuse de la part des responsables religieux, surtout musulmans, des personnes engagées dans le dialogue interreligieux et de toutes les personnes de bonne volonté. Tous doivent être unanimes dans la condamnation sans aucune ambiguïté de ces crimes et dénoncer l’invocation de la religion pour les justifier. Autrement quelle crédibilité auront les religions,leurs adeptes et leurs chefs ? Quelle crédibilité pourrait avoir encore le dialogue interreligieux patiemment poursuivi ces dernières années?

Les responsables religieux sont aussi appelés à exercer leur influence auprès des gouvernants pour la cessation de ces crimes, la punition de ceux qui les commettent et le rétablissement d’un état de droit sur tout le territoire, tout en assurant le retour des expulsés chez eux. En rappelant la nécessité d’une éthique dans la gestion des sociétés humaines, ces mêmes chefs religieux ne manqueront pas de souligner que le soutien, le financement et l’armement du terrorisme est moralement condamnable.

Ceci dit, le Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux est reconnaissant envers tous ceux et celles qui ont déjà élevé leurs voix pour dénoncer le terrorisme,surtout celui qui utilise la religion pour le justifier.

Unissons donc nos voix à celle du Pape François: « Que le Dieu de la paix suscite en tous un désir authentique de dialogue et de réconciliation. La violence ne se vainc pas par la violence. La violence se vainc par la paix!».

lundi 11 août 2014

Proche et Moyen-Orient : que faire ?



Ce billet a été rédigé à la suite d'échanges et de débats sur les réseaux sociaux.
Il est publié sur ce blog et sur celui des chrétiens degauche.
Autant le dire tout de suite, il n'y aura pas de ma part de véritable prise de position sur les conflits du Proche et du Moyen-Orient. Surtout des constats, des questions, des incompréhensions mais aussi une empathie envers les plus fragiles, les plus faibles, peu importe leur nationalité ou leur religion.

Le pape François, après l'Angélus du 10 août :
« Les événements qui se passent en Irak nous laissent dans l'étonnement et dans l'effarement : des milliers de personnes, dont plusieurs chrétiens sont chassés de leurs maisons de manière brutale ; des enfants meurent de faim et de soif pendant leur fuite, des femmes sont séquestrées, des personnes sont massacrées. Il y a des violences de tous types, il y a des destructions de patrimoine, des destructions de maisons, d'édifices religieux et culturels et historiques. Tout cela offense gravement Dieu et l'humanité.

On ne peut pas supporter cette haine faite au nom de Dieu ! On ne fait pas la guerre au nom de Dieu ! Tous, en pensant à cette situation à toutes ces personnes, faisons silence et prions. »


Depuis mon enfance je rêve de visiter la Terre Sainte. Mais je m'interroge de plus en plus sur la notion de Terre Sainte. Jésus a versé son sang non pas pour une terre mais pour sauver l'Humanité.

Une terre aussi assoiffée du sang de ses enfants peut-elle être réellement sainte ?

Je disais plus haut que je ne comprends pas ce qui se passe. Face à des politiques et des stratégies aussi cyniques que machiavéliques, il est difficile de se faire une opinion.
En Israël et en Palestine, je vois des des peuples qui souffrent, qui meurent pendant que ceux qui ont un pouvoir ne pensent qu'à détruire l'autre avec les moyens dont ils disposent. Je constate que des roquettes n'ont cependant pas la même puissance de destruction et de mort qu'un armement sophistiqué.
En Irak, je comprends encore moins. Si, une chose : la seconde guerre du Golfe a créé un chaos plus grand encore que celui existait. A vrai dire, dans cette région du monde, à chaque fois qu'il y a eu recours aux armes, même sous mandat de l'ONU, la situation a toujours empiré, où que ce soit.
Pour moi, le recours à la force militaire ne rend service qu'aux vendeurs d'armes, de tous les camps et toujours au détriment des peuples. Il n'y a aucune guerre juste, la violence s'ajoute à la violence, le sang versé s'ajoute au sang versé pendant que les vendeurs d'armes se frottent les mains.

Des catholiques aux positions ambiguës 

La position du pape François rappelée lors de l’Angélus du 10 août  est claire et n'a pas varié: « j’ai confiance en le fait qu’une efficace solution politique à un niveau international et local puisse arrêter ces crimes et rétablir le droit. »
Mais cette position du chef de l’Église catholique tranche nettement avec celle de Mgr Silvano Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies qui affirme (à titre personnel ou double discours du Vatican?) que le recours à la force peut être nécessaire ( il ne faut pas sous-estimer le sens du verbe « pouvoir » qui n'est pas le verbe « devoir » et l’Église catholique est très précise sur le sens des mots...). Ce qui est regrettable c'est qu'un journal comme La Croix, ainsi que des catholiques confondent l'opinion de ce prélat avec celle de François.

Le mot « génocide » est aussi souvent utilisé mais il est bon de rappeler qu'il s'agit d'une notion créée par un juriste pour les besoins du procès de Nuremberg en 1945 :
Mais ce terme est souvent galvaudé, il pose d'ailleurs problème aux historiens qui ne travaillent pas à partir de grilles de lecture juridiques. Et pour dire si un crime contre l'Humanité est un génocide, il n'y a guère que la Cour Pénale Internationale qui est compétente, n'en déplaise à certains utilisateurs des réseaux sociaux.
Surtout, ce qui me choque c'est cet appel à l'action en Irak qui contraste affreusement avec le silence sur ce qui ce passe à Gaza et dans le reste de la Palestine. L'absence de solidarité ou ne serait-ce que d'empathie de la part de mes coreligionnaires me laisse pantois... Pourtant je ne suis pas loin de penser que la clé de la paix dans la région se situe en Palestine.

Néanmoins le pape François essaie d'attirer l'attention sur ce qui se passe à Gaza :
« A Gaza aussi, après une trêve, la guerre a été reprise. Elle moissonne des victimes innocentes, enfants, et ne fait qu’empirer le conflit entre Israéliens et Palestiniens. » (Angélus du 10 août)

Cela dit, le silence des défenseurs de la Palestine au sujet des crimes dont sont victimes les minorités en Irak ou en Syrie me choque tout autant...
Et il n'y a pas que le Proche et le Moyen-Orient... Et il n'y a pas que les conflits, il y a aussi les épidémies, les drames liés à la pauvreté,...

Le commerce des armes au centre des conflits

Car la recours à la force renvoie au commerce des armes. Or, il n'y a pas plus cynique que ce commerce... D'où vient - en partie - l'armement de l'ex-armée irakienne ? De la France...
La boucle est ainsi bouclée lorsque la France envisage de fournir des armes aux Irakiens kurdes contre les djihadistes de l’État islamique qui se sont emparés des armes de l'ex-armée irakienne...
Au-delà du totalitarisme de certaines idéologies ou religions, cette question des armes est fondamentale.
Sans armes, les djihadistes perdraient largement de leur dangerosité. Or qui finance et fournit cet armement ? Les djihadistes ne l'ont pas fabriqué eux-même... Certes ils se sont « approvisionnés » en prenant les armes des vaincus mais cela ne durera pas.
Il faut donc assécher les sources d'armement mais cela n'arrangerait personne, certainement pas les USA pour lesquels ce qui se passe en Irak permet d'utiliser leur super technologie liée aux drones ( et ça rapporte !), ainsi que tout pays vendeur d'armes comme la France ou la Russie, entre autres.
Enfin ce n'est pas la première fois qu'il y a recours à la force armée en Irak, le résultat n'a pas vraiment été à la hauteur des espérances, sauf pour ceux qui font le commerce des armes.

Mais revenons au niveau local ou régional : ce qui me questionne, c'est ce que veulent les Irakiens ? Veulent-ils continuer à être Irakiens ? Et que veulent les Kurdes irakiens ? Les djihadistes de l'Etat islamique , eux leur projet semble clair...
Je ne pense pas que les Irakiens kurdes soient devenus subitement des défenseurs des Irakiens chrétiens. Ils se défendent d'abord pour eux. Si on les arme ce sera dans quel objectif ? Pour les aider à repousser et détruire le califat mais ensuite ? Pour travailler à un Irak réconcilié ? Ou pour fonder un Kurdistan, ce qui ne se fera pas sans poser de problème dans cette région du monde. Et toutes les autres composantes du peuple irakien ?
Comment les USA peuvent être crédibles alors que la seconde guerre du Golfe a été fondée sur un mensonge aux sujets des armes de destruction massive ? Comment la France peut être crédible alors qu'elle n'a pas bougé pour les habitants de Gaza qui eux aussi étaient désarmés et se font tuer ? Etc,...

Un cercle infernal à briser. N'ayons pas la mémoire courte

Je n'ai qu'une certitude c'est que la violence appelle la violence, c'est ce cercle infernal qu'il faut briser.

Benoît XV, lors du premier conflit mondial, l'avait compris et en quelque sorte prophétisé dès 1915 : "Et que l’on ne dise pas que ce cruel conflit ne peut pas être apaisé sans la violence des armes. Que l’on dépose de part et d’autre le dessein de s’entre-détruire. Que l’on y réfléchisse bien : les nations ne meurent pas ; humiliées et oppressées, elles portent frémissantes le joug qui leur est imposé, préparant la revanche et se transmettant de génération en génération un triste héritage de haine et de vengeance."
Contre la violence et la vengeance, il existe un remède qu'on appelle la défense civile non-violente. Elle est efficace et a déjà fait ses preuves. Elle n'a qu'un défaut : elle ne rapporte rien aux vendeurs d'armes et à ceux qu'on appelle les « chiens de guerre ».

Je suis d'accord aussi avec ce que dit Patrice de Plunkett sur le sujet en citant Gilles Kepel dans ce billet :
"ce diagnostic de Gilles Kepel : « Qui est derrière les djihadistes ? Ceux qui souhaitent affaiblir l'Iran et le pôle chiite dans la région... » En clair : les pétromonarchies sunnites et les intérêts pétroliers américains. "

Tout ceci me rappelle un article de l'historien Arno Mayer rédigé dans les jours qui suivirent les attentats du 11 septembre 2001.
« La riposte de l’Amérique aux attaques terroristes du 11 septembre 2001 risque d’être d’une disproportion et d’une violence extrêmes, parce qu’elles sont vécues comme un coup porté à cet orgueil insolent...
Avec le manichéisme porté haut et fier des deux côtés, les temps vont être une fois encore très sombres pour les êtres pensants et, comme toujours, pour les damnés de la terre. »

Nous y sommes...

Quoiqu'il en soit, je fais mienne, en cette semaine de l'Assomption cette prière du pape François :
« Dieu de la paix suscite en tous un authentique désir de dialogue et de réconciliation. La violence ne peut être vaincue par la violence. La violence ne peut être vaincue que par la paix ! Prions en silence, pour demander la paix ; tous en silence... Marie, Reine de la paix, priez pour nous ! » (Angélus du 20 juillet 2014)

A lire en complément :
- France-Irak : nous nous sommes tant aimés : http://rue89.nouvelobs.com/2014/08/10/france-irak-sommes-tant-aimes-254144
- Aspirants génocidaires : quand l’État islamique en Irak s’applique à massacrer systématiquement certaines minorités : http://www.atlantico.fr/decryptage/aspirants-genocidaires-quand-etat-islamique-en-irak-applique-massacrer-systematiquement-certains-minorites-alexandre-del-valle-1696601.html

A méditer :
- Tu ne tueras pas (Exode 20, 13)
- De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre (Isaïe 2, 4)
- Tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée (Matthieu 26, 52)
- Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu (Matthieu 5, 9)