"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


samedi 31 mai 2014

Elections européennes : au-delà de l’indignation

Foucauld Giuliani : "Depuis longtemps, nous ne sommes plus à la hauteur de cet idéal démocratique qui demande du courage et un certain sens de l’espérance. Il faut que toutes les personnes suffisamment fortes de ce pays s’engagent politiquement d’une façon ou d’une autre. Pas forcément en entrant dans un parti mais au moins en participant à des débats, en intégrant des associations ou des entreprises porteuses d’une vision du bien commun, en choisissant la cause ou les causes principales sur lesquelles engager sa conscience et ne pas transiger. "

Article à lire sur le site "A la table des chrétiens de gauche"

jeudi 29 mai 2014

Il n'y a pas que les élections européennes...

Plus inquiétant que le résultat des élections européennes, celui des élections indiennes...
Fabrice Nicolino nous le rappelle :
"Un extrémiste religieux vient de s’emparer du pouvoir dans un pays clé de l’avenir commun. Ce qui ne peut qu’exacerber les tensions déjà si fortes avec le Pakistan voisin, musulman et propriétaire comme l’Inde d’un copieux arsenal nucléaire. Les deux pays ont déjà été plusieurs fois au bord de l’étripage final. La situation avec la Chine pourrait, elle aussi, se durcir, car Pékin rêve de détourner une partie des eaux descendant de l’Himalaya, qui sont vitales pour des centaines de millions d’Indiens."
Pour lire l'article, cliquer ici.

vendredi 23 mai 2014

Je vote Nouvelle Donne le 25 mai !


http://www.nouvelledonne.fr/web-campagne-a-vous-de-jouer

Déclaration des évêques catholiques en vue des élections européennes 2014






Les évêques catholiques d'Europe ont publié une déclaration dans laquelle ils réaffirment leur soutien au projet européen. Ils encouragent tous les citoyens de l'UE non seulement à se rendre aux urnes du 22 au 25 mai prochains, mais aussi à engager un dialogue constructif, durant la campagne, avec leurs députés européens et ceux qui sont candidats à un mandat au Parlement européen.

[ La mise en gras et les coupes sont de l'auteur du blog]


[...]


Le texte de la déclaration est le suivant:
[...]Il est essentiel que les citoyens de l’UE participent au processus démocratique en votant le jour des élections. Une forte participation renforcera d’autant la nouvelle législature.

[...]
Bien que nous nous adressions en première instance aux citoyens de confession catholique, nous espérons que notre conseil/avis recevra également un accueil favorable auprès des hommes et femmes de bonne volonté qui se soucient du succès du projet européen. Nous espérons que notre voix sera également entendue par les candidats aux élections au Parlement européen.

Pour commencer, nous souhaiterions attirer l’attention sur quelques considérations d’ordre général:

1. Voter est un droit et un devoir pour chaque citoyen de l’UE.[...]

  Nous encourageons nos jeunes à faire entendre leur voix en s’impliquant dans le débat politique et surtout en votant.

2. Il est important que les candidats et les députés qui se représentent pour un mandat au Parlement européen soient conscients des dommages collatéraux causés par la crise économique et bancaire qui a débuté en 2008. Le Pape François a attiré l’attention de l’opinion publique sur la détresse de ceux qui étaient déjà pauvres et vulnérables - les jeunes et les handicapés - sans oublier ceux qui ont été jetés dans la pauvreté par la crise actuelle. Le nombre de « nouveaux pauvres » est en train de croître de manière alarmante.

3. Le message chrétien est un message d’espoir. Nous croyons que le projet européen est inspiré par une vision noble de l’homme. Chaque citoyen, chaque communauté et même chaque Etat-nation doit être capable de mettre de côté ses intérêts particuliers en vue de la poursuite du Bien commun. [...]
 
4. La Tempérance est l’une des vertus naturelles au cœur de la spiritualité chrétienne. Une culture de retenue doit guider l’Economie sociale de marché et les politiques de l’environnement. Nous devons apprendre à vivre avec moins et, par là même, veiller à ce que les personnes qui vivent dans la vraie pauvreté obtiennent une meilleure part.


Nous aimerions également attirer l’attention de nos concitoyens sur certains domaines spécifiques des politiques de l’UE :

1. Il faut veiller à ce que les démarches de plus en plus nombreuses visant à l’unité au sein de l’UE ne sacrifient pas le principe de subsidiarité, qui est le pilier de cette famille d’Etats nations unique au monde que représente l’UE ; ni ne compromettent les traditions bien établies qui prévalent dans tant d’Etats membres.

2. Un autre pilier de l’Union européenne, qui est également un principe de la doctrine sociale de l’Eglise, est celui de la Solidarité. Ce principe devrait guider les politiques menées à tous les niveaux de l’UE, entre nations, régions et groupes de population. Il nous faut construire un monde nouveau, qui soit centré sur la solidarité.

3. Il est fondamental de rappeler qu’à la base de toute politique sociale et économique se trouve une vision de l’homme enracinée dans un profond respect de la dignité humaine. La vie humaine doit être protégée de la conception à la mort naturelle. La famille, qui est la composante de base de la société, doit bénéficier de la même protection.

4. L’Europe est un continent en mouvement et la migration – qu’elle soit interne ou venant de l’extérieur de l’Europe – a un impact sur la vie des personnes et de la société. L’UE a une frontière extérieure commune. La responsabilité de l’accueil et de l’intégration des migrants et demandeurs d’asile doit être partagée proportionnellement entre les États membres. Il est crucial de traiter avec humanité les migrants à leur arrivée et que leurs droits humains soient scrupuleusement respectés, et que par conséquent, tous, y compris les Eglises, s’efforcent de garantir une intégration réussie dans les sociétés d’accueil sur le territoire de l’Union.

5. Nous sommes les gardiens de la création et nous devons accroître notre détermination à respecter et atteindre les objectifs d’émissions de CO2, à promouvoir une conception globale des changements climatiques, à adopter une approche plus écologique et nous devons exiger que la durabilité devienne un élément fondamental de toute politique de croissance ou de développement.

6. La liberté religieuse est un élément fondamental d’une société tolérante et ouverte. Cette liberté comprend la liberté de manifester sa foi en public. Nous nous réjouissons de l’adoption de Lignes directrices de l'Union sur la promotion et la protection de la liberté de religion ou de conviction et nous espérons que le Parlement européen qui sortira des urnes intensifiera ses efforts en la matière.

7. Nous soutenons toutes les mesures qui peuvent être prises pour protéger un jour de repos commun hebdomadaire, qui est le dimanche.

8. Dans les cinq prochaines années, le changement démographique aura un impact encore plus profond sur l’UE. Nous plaidons en faveur de nos concitoyens âgés, afin qu’ils aient accès au niveau et à la qualité de soins auxquels ils ont droit, et nous plaidons aussi pour la mise en place de politiques qui créent de nouvelles opportunités pour la jeune génération.

L’Union européenne est à un tournant. La crise économique déclenchée par la faillite bancaire de 2008 et le poids de la dette publique, a tendu les relations entre les Etats membres. Elle a mis à rude épreuve le principe fondateur de Solidarité au sein de l’Union. Elle a aussi entrainé dans son sillage une vague de pauvreté qui a frappé un grand nombre de nos concitoyens et a brisé les espoirs de beaucoup de jeunes.

Nous, les évêques catholiques, plaidons pour que le projet européen ne soit pas mis en danger ni abandonné sous la pression des contraintes actuelles. Il est impératif que nous tous – hommes et femmes politiques, candidats, parties prenantes – nous contribuions à forger de façon constructive le futur de l’Europe. Nous avons trop à perdre si le projet européen venait à se disloquer.

Enfin, il est essentiel que nous tous, qui sommes des citoyens européens, nous nous rendions aux urnes le 22-25 mai prochains. Nous, les évêques, nous vous enjoignons à voter suivant votre conscience préalablement bien formée.

Pour lire le texte dans sa totalité :  cliquer ici.


Et si on se rencontrait ?

Vous nous suivez peut-être depuis nos débuts, il y a presque deux ans. Vous êtes peut-être arrivés en cours de route. Vous avez sûrement suivi les débats qui ont animé les blogueurs intervenant sur ce blog, vous avez peut-être même participé. Vous venez de nous découvrir et vous vous demandez bien où je veux en venir.


Nous aimerions vous rencontrer. Alors l’invitation part tard, ça tombe sûrement mal mais on ne sait jamais, sur un malentendu, nous pourrions nous retrouver et même trinquer ensemble tout en discutant une fois de plus, des chrétiens, de la gauche, du christianisme, des pensées de gauche… ou même d’autres choses !


RENDEZ-VOUS MERCREDI 28 MAI AUX GLADINES, 11 RUE DES HALLES (Paris 01) A PARTIR DE 19H30


Si vous venez, laissez un petit commentaire dessous ou envoyez-nous un mail à chretiensdegauche@gmail.com, que l’on puisse réserver une place pour vous aussi


Toute l’équipe de la Table des Chrétiens de gauche (tous ceux qui pourront, les autres seront présents par l’esprit)


jeudi 22 mai 2014

Nouvelle Donne Lorraine : Bruno Gaccio et Isabelle Maurer en Moselle



Bruno Gaccio et Isabelle Maurer en Moselle

Bonjour à tous,

Une journée exceptionnelle nous attend ce vendredi, le dernier jour de la campagne pour les élections européennes. Nous comptons sur votre présence - au moins à la réunion publique et festive de 19h.

Bruno Gaccio, co-fondateur du parti Nouvelle Donne vient en Moselle soutenir notre candidate pour le Grand Est, Isabelle Maurer, et sa liste.

- À 11h, Ils tiendront ensemble une conférence de presse devant l’agence Pôle Emploi de Forbach Ville Haute, 1 rue Jean Monnet.

- À partir de 11H30, ils se rendront sur le marché de Forbach, place Aristide Briand.

- À partir de 15H30, Ils iront à la rencontre des citoyens dans la rue piétonne de Thionville.

- À partir de 17H30, ils assureront un tractage dans le centre-ville de Metz.

- À 19h, ils animeront la dernière grande réunion publique de campagne qui se tiendra à la salle capitulaire du Cloître des Récollets, au 1 rue des Récollets, à Metz. Les candidats lorrains et les premiers de liste seront présents.

mercredi 21 mai 2014

Gaël Giraud s'engage pour Nouvelle Donne




En savoir plus sur Gaël Giraud : 
http://www.marianne.net/Gael-Giraud-Le-jesuite-qui-tient-tete-aux-banques_a237004.html

Les deux mamelles de l’écologie politique

 Je suis en accord total avec ces propos de Pierre Larrouturou,  tenus  lors d'une interview donnée au quotidien "Reporterre" :

"Quand j’étais à Europe Ecologie, on m’avait dit que les deux mamelles de l’écologie politique, c’était sortir du nucléaire et de changer de politique énergétique, d’une part, et d’autre part de passer à la semaine de quatre jours pour sortir du chômage et vivre autrement. Dans l’accord signé avec le PS, la question du temps de travail a disparu. Or cela est une question fondamentale. Si le Medef veut ringardiser la question du temps de travail, c’est que le partage actuel profite aux actionnaires ! La question de renégocier la question du temps de travail, tout au long de la vie, est un enjeu fondamental, tant du point de vue anthropologique qu’en ce qui concerne la lutte contre le chômage et le partage de la valeur ajoutée."

Lire l'interview : cliquer ici.


samedi 17 mai 2014

Les chrétiens persécuteurs du IVème siècle - RCF

Je viens d'entendre l'émission en voiture. Elle mérite d'être écoutée. Marie-Françoise Baslez, historienne, interrogée par Véronique Alzieu, va à l'encontre d'idées reçues notamment celle qui consiste à penser qu'un monothéisme, par définition exclusif, serait intrinsèquement intransigeant, voire fanatique.
En particulier, j'ai pu apprendre que le film "Agora" est truffé de contre-vérités historiques.

Chrétiens persécuteurs - Destructions, persécutions et violences religieuses au IVème siècle Sous la direction de Marie-Françoise Baslez Albin Michel, 2014



jeudi 15 mai 2014

Nouvelle Donne : Parlons des Paradis Fiscaux







La jupe, ou comment se voiler la face

 File:Black watch kilt.JPG

Parler de l’École uniquement à travers une expérimentation limitée à quelques établissements scolaires - et dont la présentation a été déformée par quelques militants anti gender -  est aussi pertinent que de limiter la mission de l’Église catholique à ses interdits sur la contraception et l'avortement tout en ignorant sa doctrine sociale.
Les Écossais, pourtant catholiques, portent le kilt. 
Les cathos de droite français vont-ils protester auprès d'eux en hurlant à la confusion des genres ? Après tout, ils n'en sont plus à une posture ridicule près.
J'aurais aimé les entendre aujourd'hui sur la catastrophe minière qui a lieu en Turquie qui rappelle les problèmes posés par l'utilisation des énergies fossiles, ou les voir s'intéresser au problème numéro 1 qui touche les Français : le chômage. 
Mais non, ce qui intéresse les cathos de droite, c'est la jupe. 
Finalement, cette jupe est pour eux comme un cache-sexe, un voile posé sur les vrais problèmes.
Franchement pour les hérauts des points non négociables, cela fait mauvais genre...

Billet publié également sur le blog "A la table des chrétiens de gauche"

mercredi 14 mai 2014

1000 milliards pour sauver le climat

Pour sauver les banques, on a mis 1.000 milliards sur la table. Pourquoi ne pas en faire autant pour sauver le climat ?

lundi 12 mai 2014

Nouvelle Donne : Emploi

 Nouvelle Donne logo

EMPLOI : ADAPTER LE PARTAGE DU TEMPS DE TRAVAIL AUX EVOLUTIONS TECHNIQUES

Le monde vit une vraie révolution : les machines, les logiciels, les robots, les algorithmes et maintenant les imprimantes 3D remplacent de plus en plus de travaux
humains.
Si on ne réagit pas, il y aura de plus en plus de chômage : l'économie a besoin de moins en moins de gens pour produire, du fait des gains de productivités qui s’accumulent.
Que peut-on faire quand l'économie a besoin de moins de travail ? Soit on accepte toujours plus de chômeurs, et c’est la catastrophe ; soit on accepte que toujours plus de gens ne travaillent qu’à temps partiel, et c’est une société de précarité ;
soit on choisit une troisième voie : chacun travaille un peu moins, et il y a du travail pour tous.
Aujourd’hui, nous ne sommes pas assez nombreux à travailler. C’est un drame humain, et ça nous coûte très cher.
Nouvelle Donne propose, au lieu de financer l’inactivité des chômeurs, d’utiliser cet argent pour que les entreprises puissent les embaucher sans surcoût.
Le partage actuel du travail entre les désœuvrés et les surmenés est stupide et ne profite qu'aux actionnaires. Il est urgent de négocier un nouveau partage du travail tout au long de la vie, un nouvel équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Cela permettra aussi de rééquilibrer les comptes sociaux, avec moins de prestations à verser et plus de personnes qui cotisent.
Pour agir vite, Nouvelle Donne propose de s’appuyer sur les expériences déjà menées avec succès en France, au Danemark, au Canada ou en Allemagne.

La Marseillaise, la République, la Ministre

 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3c/Drapeau_fran%C3%A7ais.PNG

La Marseillaise, ça se chante, ça se déclame, avec le coeur et avec les tripes mais correctement, sans la massacrer comme ont pu le faire certains hommes politiques par le passé qui n'avaient ni la voix, ni la connaissance exacte des paroles. A l'inverse, il est infiniment plus digne de l'écouter avec respect et recueillement, comme savent le faire les Américains main sur le coeur avec leur hymne.

La polémique actuelle qui prend pour cible Christiane Taubira est indigne de républicains. Mais ceux qui l'attaquent sur cette question le sont-ils ? C'est tout le problème.
Autant je n'ai pas été d'accord avec la Ministre avec son combat pour le mariage pour tous, en revanche les lignes qu'elles a écrites sur sa page Facebook sur la Marseillaise sont magnifiques.
Les voici, en intégralité :

Tribune : Halte au rapt !

Ils se sont lassés. Assez vite, ma foi. J’allais presque dire dommage, les ayant connus plus durablement hargneux.
Le crime ? Je n’ai pas chanté la Marseillaise ce 10 mai place du général Catroux, belle figure républicaine et résistante, lors de la cérémonie en hommage au général Dumas, glorieux héros méconnu. Pour leur pleine information, et désolée pour ceux qui voudraient me soumettre à la gégène, j’avoue n’avoir pas chanté le même jour, le même après-midi lors de la cérémonie officielle au jardin du Luxembourg.
Luxembourg. Quand, à la note exacte, au-dessus de l’orchestre, la voix de la soliste se détache…j’écoute. Et j’écoute jusqu’au bout. A la fin, ayant salué l’orchestre de la tête, je félicite la cantatrice, qui glisse dans la conversation être d’origine haïtienne mais n’avoir jamais vécu à Haïti.
Place Catroux. Quand, dans le premier silence de l’orchestre, monte la voix, masculine cette fois, bravant le crachin, j’écoute. Est-ce la technique est-ce l’acoustique, la voix, par moments, tressaille. J’en parle avec quelqu’un qui me dit que d’où il était, il n’entendait que par à-coups, ‘c’est sûrement la sono, madame’.
Lorsque, en fin de réunion publique, emportés par une ferveur désordonnée, nous entamons la Marseillaise, chacun y va de son lot de dissonances et le chant le plus maltraité de France retentit, revigoré par ces centaines, ces milliers de voix qui disent, plus encore que le souvenir enflammé des grandes heures du passé, l’exaltation du moment vécu ensemble là, conjurant les difficultés, l’inquiétude, la peur, criant confiance en l’avenir. J’y vais alors gaillardement de ma part de fausses notes.
Sinon, j’écoute. Le timbre, la tonalité, la première note et là où elle mènera le chant.
Déjà, pour le bicentenaire de la Révolution, lorsque, sur la place de la Concorde, place de réconciliation après la Terreur, après les tambours, puis les instruments à vent, puis les cuivres et la flûte traversière, un silence, et s’élève la voix sublime et fougueuse de la soprano Jessye Norman entonnant le sixième couplet, Amour sacré de la patrie… Liberté liberté chérie… c’est soudain le courage, la force, la puissance, et tout d’un coup l’ardeur et la vaillance de ceux qui allèrent au combat en tutoyant la mort, qui envahissent l’espace et l’esprit. J’écoute.
Il arrive que le chœur de foule, à contretemps des choristes, s’il trouve son tempo et sa tessiture, basse contre voix ténor, aigüe contre voix alto, dégage une harmonie singulière. Le résultat est rare.
Mais certaines circonstances appellent davantage au recueillement… qu’au karaoké d’estrade.
Ainsi de ce 8 mai quand la chorale militaire entonne la Marseillaise, puis le chant des Partisans, deux chants suprêmes, souverains, témoins d’époques d’extrême violence, le Chant de guerre pour l’armée du Rhin et le Chant de ralliement des Résistants. Des deux la chorale fait une œuvre d’art…qu’elle achève dans ce murmure poignant des partisans, ouvriers et paysans. J’écoute. Solennellement. Demain c’est la journée de l’Europe. Quel chemin parcouru ! Mais quels périls encore !
Jessye Norman avançait superbement drapée dans une robe bleue blanche et rouge. Car le drapeau aux trois couleurs fut, à sa naissance, l’emblème de la révolte contre l’oppression et l’inégalité, la bannière d’espoir pour une société meilleure, puis devint l’étendard de la devise, la fraternité magnifiant la liberté et l’égalité.
Halte donc au rapt ! Sur l’hymne, le drapeau, la Nation, la République. Halte au holdup sur l’Histoire par celles-là et ceux-là qui se vautrent dans leur confort de classe, prêchent l’exclusion et le repli, et qui, par ces intimidations et ces traques, affichent des pratiques de miliciens.
Ils jouent, en ricanant, la même partition sur l’Europe. Les voilà champions des désespérés. Repus de rente électorale, ils moissonnent sans effort la fureur de ceux que l’économie malmène, qui ne croient plus en eux-mêmes, ne savent plus de quelle grandeur ils furent capables et, désorientés par ces sirènes, se perdent dans le ressentiment et la mésestime de soi.
On dirait la défaite des Lumières. Mais comme pour la défaite de Platon, ce n’est qu’une illusion d’optique. Ni l’exhibitionnisme pseudo-patriotique, ni le tapage de ceux qui se prennent pour les régisseurs de nos émotions, ni même cette florissante industrie de prestidigitation électorale n’ont pouvoir de raturer l’Histoire de ce pays, les conquêtes de la raison, l’empire de la volonté, l’intelligence des situations. Et le sursaut viendra. Des veines palpitantes de ce pays, de sa matière grise, de son énergie, de son génie. Et de nos combats.
Aussi sûr que ‘la lucidité est la blessure la plus proche du soleil’. René Char

Christiane Taubira