"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


dimanche 31 mars 2013

Garder toute la création et faire fleurir la justice et la paix


MESSAGE URBI ET ORBI
DU PAPE FRANÇOIS
PÂQUES 2013
Dimanche 31 mars 2013

Chers frères et sœurs de Rome et du monde entier, bonne fête de Pâques ! Bonne fête de Pâques !
C’est une grande joie pour moi de pouvoir vous faire cette annonce : le Christ est ressuscité ! Je voudrais qu’elle arrive dans chaque maison, dans chaque famille, spécialement là où il y a plus de souffrance, dans les hôpitaux, dans les prisons…
Surtout je voudrais qu’elle atteigne tous les cœurs, parce que c’est là que Dieu veut semer cette Bonne Nouvelle : Jésus est ressuscité, c‘est l’espérance pour toi, tu n’es plus sous la domination du péché, du mal ! L’amour a vaincu, la miséricorde a vaincu ! La miséricorde l’emporte toujours !
Nous aussi, comme les femmes disciples de Jésus, qui allèrent au tombeau et le trouvèrent vide, nous pouvons nous demander quel sens a cet événement (cf. Lc 24, 4). Que signifie : Jésus est ressuscité ? Cela signifie que l’amour de Dieu est plus fort que le mal et que la mort elle-même ; cela signifie que l’amour de Dieu peut transformer notre vie, faire fleurir ces zones de désert qui sont dans notre cœur. Et cela l’amour de Dieu peut le faire !
Ce même amour par lequel le Fils de Dieu s’est fait homme et est allé jusqu’au bout du chemin de l’humilité et du don de soi, jusqu’aux enfers, jusqu’à l’abîme de la séparation de Dieu, ce même amour miséricordieux a inondé de lumière le corps mort de Jésus, l’a transfiguré, l’a fait passer dans la vie éternelle. Jésus n’est pas retourné à la vie d’avant, à la vie terrestre, mais il est entré dans la vie glorieuse de Dieu et il y est entré avec notre humanité, il nous a ouvert à un avenir d’espérance.
Voilà ce qu’est Pâques : c’est l’exode, le passage de l’homme de l’esclavage du péché, du mal à la liberté de l’amour, du bien. Parce que Dieu est vie, seulement vie, et sa gloire c’est nous : l’homme vivant (cf. Irénée, Adversus haereses, 4, 20, 5-7).
Chers frères et sœurs, le Christ est mort et ressuscité une fois pour toutes et pour tous, mais la force de la Résurrection, ce passage de l’esclavage du mal à la liberté du bien, doit se réaliser en tout temps, dans les espaces concrets de notre existence, dans notre vie de chaque jour. Que de déserts, aujourd’hui encore, l’être humain doit-il traverser ! Surtout le désert qui est en lui, quand manque l’amour de Dieu et du prochain, quand manque la conscience d’être un gardien de tout ce que le Créateur nous a donné et nous donne. Mais la miséricorde de Dieu peut aussi faire fleurir la terre la plus aride, peut redonner vie aux ossements desséchés (cf. Ez 37, 1-14).
Alors, voici l’invitation que j’adresse à tous : accueillons la grâce de la Résurrection du Christ ! Laissons-nous renouveler par la miséricorde de Dieu, laissons-nous aimer par Jésus, laissons la puissance de son amour transformer aussi notre vie ; et devenons des instruments de cette miséricorde, des canaux à travers lesquels Dieu puisse irriguer la terre, garder toute la création et faire fleurir la justice et la paix.
Et demandons ainsi à Jésus ressuscité, qui transforme la mort en vie, de changer la haine en amour, la vengeance en pardon, la guerre en paix. Oui, le Christ est notre paix et par lui implorons la paix pour le monde entier !
Paix pour le Moyen-Orient, en particulier entre Israéliens et Palestiniens, qui ont du mal à trouver la route de la concorde, afin qu’ils reprennent avec courage et disponibilité les négociations pour mettre fin à un conflit qui dure désormais depuis trop longtemps. Paix en Irak, pour que cesse définitivement toute violence, et, surtout, pour la Syrie bien-aimée, pour sa population blessée par le conflit et pour les nombreux réfugiés qui attendent aide et consolation. Que de sang a été versé ! Et que de souffrances devront encore être infligées avant qu’on réussisse à trouver une solution politique à la crise ?
Paix pour l’Afrique, théâtre encore de conflits sanglants. Au Mali, afin qu’il retrouve unité et stabilité ; et au Nigéria, où malheureusement ne cessent les attentats qui menacent la vie de tant d’innocents et où de nombreuses personnes, même des enfants, sont retenues en otage par des groupes terroristes. Paix dans l’est de la République Démocratique du Congo et en République Centrafricaine, où nombreux sont ceux qui sont contraints à laisser leurs maisons et vivent encore dans la peur.
Paix en Asie, surtout dans la Péninsule coréenne, pour que soient surmontées les divergences et que murisse un esprit renouvelé de réconciliation.
Paix au monde entier, encore si divisé par l’avidité de ceux qui cherchent des gains faciles, blessé par l’égoïsme qui menace la vie humaine et la famille, égoïsme qui continue la traite des personnes, l’esclavage le plus répandu en ce vingt-et-unième siècle ; la traite des personnes est vraiment l’esclavage le plus répandu de ce vingt-et-unième siècle ! Paix au monde entier, déchiré par la violence liée au trafic de drogue et par l’exploitation inéquitable des ressources naturelles ! Paix à notre Terre ! Que Jésus ressuscité apporte réconfort aux victimes des calamités naturelles et fasse de nous des gardiens responsables de la création !
Chers frères et sœurs, à vous tous qui m’écoutez de Rome et de toutes les parties du monde, j’adresse l’invitation du Psaume : « Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! Éternel est son amour ! Oui, que le dise Israël : ‘ Éternel est son amour !’ » (Ps 117, 1-2).

Salutation finale
Chers frères et sœurs, rassemblés de toutes les parties du monde sur cette Place, cœur de la chrétienté, et vous tous qui êtes reliés à travers les moyens de communication, je renouvelle mes vœux : Bonne fête de Pâques !
Apportez dans vos familles et vos pays le message de joie, d’espérance et de paix, que chaque année, en ce jour on renouvelle avec force.
Le Seigneur ressuscité, vainqueur du péché et de la mort soit votre soutien à tous, en particulier aux plus faibles et aux plus nécessiteux. Merci pour votre présence et le témoignage de votre foi. Une pensée et un merci tout particulier pour le don de ces très belles fleurs qui viennent des Pays-Bas. A tous je répète affectueusement : que le Christ ressuscité guide chacun de vous et l’humanité tout entière sur les sentiers de la justice de l’amour et de la paix.
 
© Copyright 2013 - Libreria Editrice Vaticana

Ma prière de Pâques





Ce matin j'ai prié pour quelqu'un que je ne connais pas vraiment. 

Cette personne a tenté de me provoquer depuis hier sur ma foi en m'accusant de prosélytisme. 

Aucune importance. 

J'ai prié pour cette personne qui se reconnaitra, puisque nous sommes en lien avec Facebook seulement depuis hier... 

Je n'ai pas demandé sa conversion, j'ai seulement demandé qu'il lui advienne le meilleur. C'est tout. 

 Est-ce utile ? Je ne sais. 

Ce dont je suis certain, c'est que j'ai progressé dans ma foi. Je ne me suis pas laissé emporté par la colère, je n'ai pas usé d'ironie en disant que j'allais prier pour cette personne à laquelle j'ai pensé pendant la presque totalité de la célébration de Pâques. 

Moi je sais que j'ai ce privilège d'avoir la foi, de la vivre pleinement, d'être pratiquant et d'être engagé dans ma paroisse. 

Ce bonheur que j'ai la chance de connaitre (deo gratias), je ne l'impose à personne, mais je le souhaite à tous.



Pâques

Noli me assisi

Evangile selon Saint Jean 20, 11 à 18

Marie Madeleine restait là dehors, à pleurer devant le tombeau. Elle se penche vers l'intérieur, tout en larmes,  et, à l'endroit où le corps de Jésus avait été déposé, elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l'un à la tête et l'autre aux pieds.  Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé le Seigneur mon Maître, et je ne sais pas où on l'a mis. »  Tout en disant cela, elle se retourne et aperçoit Jésus qui était là, mais elle ne savait pas que c'était Jésus.  Jésus lui demande : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le gardien, elle lui répond : « Si c'est toi qui l'as emporté, dis-moi où tu l'as mis, et moi, j'irai le reprendre. »  Jésus lui dit alors : « Marie ! » Elle se tourne vers lui et lui dit : « Rabbouni ! » ce qui veut dire : « Maître » dans la langue des Juifs.  Jésus reprend : « Cesse de me tenir, je ne suis pas encore monté vers le Père. Va plutôt trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »  Marie Madeleine s'en va donc annoncer aux disciples : « J'ai vu le Seigneur, et voilà ce qu'il m'a dit. »

vendredi 29 mars 2013

Les deux âmes de l'écologie, de Romain Felli

Dans un contexte où le mot "écologie" est particulièrement mis en avant, sinon galvaudé, dans des initiatives pour le moins confuses, voici un ouvrage salutaire de Romain Felli* pour faire la différence entre ce qu'est véritablement l'écologie et ce qui relève du greenwashing au service d'intérêts particuliers :

 

" le développement durable est aussi une doctrine politique, qui nie la possibilité d'une transformation radicale, se repose sur le pouvoir de l'Etat, développe une conception technocratique de l'écologie et qui porte la possibilité d'une confiscation du pouvoir par les experts. Pourtant, il existait au moins une autre manière de mener le combat pour l'environnement. Cet ouvrage essaie de dégager, au-delà de l'hégémonie de " l'écologie par en haut " (incarnée aujourd'hui par le développement durable), la possibilité d'une " écologie par en bas ". Cette dernière, écologie politique, oppose au développement durable les valeurs d'autonomie, de transformation radicale, de critique de la technique et, surtout, de démocratie."

*Romain Felli, "Les deux âmes de l'écologie : Une critique du développement durable", L'Harmattan, 2008

Vendredi Saint

Semur - Mise au tombeau

Jean 18, 42 : c'est là qu'ils déposèrent Jésus.


 

Quelle est la centrale nucléaire française la plus proche de chez vous ? - Sciences et Avenir

Testez l'application de Sciences et Avenir pour le savoir.il suffit d'entrer le nom de votre résidence pour découvrir à combien de kilomètres se trouve le site nucléaire le plus proche.

 

 

jeudi 28 mars 2013

L'écologie humaine, une nouveauté ?

On lit depuis quelque temps ici ou là qu'un courant d'écologie humaine est en train de naître comme si l'écologie n'était pas à l'origine un humanisme. 

Il y a quelques années, en 2006, Pierre Rabhi* lançait cet appel : 
"Au-delà des catégories, des nationalismes, des idéologies, des clivages politiques et de tout ce qui fragmente notre réalité commune, c’est à l’insurrection et à la fédération des consciences que je fais aujourd’hui appel, pour mutualiser ce que l’humanité a de meilleur et éviter le pire. Cette coalition me paraît plus que jamais indispensable compte tenu de l’ampleur des menaces qui pèsent sur notre destinée commune, pour l’essentiel dues à nos grandes transgressions. Par « conscience », j’entends ce lieu intime où chaque être humain peut en toute liberté prendre la mesure de sa responsabilité à l’égard de la vie et définir les engagements actifs que lui inspire une véritable éthique de vie pour lui-même, pour ses semblables, pour la nature et pour les générations à venir."

Nous sommes bien en présence d'une écologie "humaine".

De son côté, Alain de Swarte** dans la revue "Combat Nature" écrivait : 
"Les écologistes estiment que l'acceptation et la poursuite du programme énergétique français est inadmissible puisque nous refusons cette croissance de gaspillages et de pollution qui provoque le chômage en France et la famine pour un tiers de l'humanité.
Nous consommons actuellement dix fois plus d'électricité qu'en 1950. Sommes-nous dix fois plus heureux ?
Ceux qui appellent progrès la course indéfinie à la production et à la consommation "d'objets" veulent nous imposer leur conception d'un type de civilisation.
Demain, toujours plus tard, ce sera le bonheur...
En attendant, le travail de plus en plus parcellisé, robotisé devient une nouvelle forme d'esclavage aseptisée qui mène au chômage.
La course à la productivité nécessite des rythmes destructeurs.
Aller de plus en plus en vite.
Stocker de plus en plus d'informations.
Changer sans cesse.
Créer du nouveau en apparence et non pas dans la réalité de la vie.
Travail, repos, vacances, sont chronométrés, industrialisés et dénaturés.
Nous réclamons l'une des libertés les plus fondamentales qui soit : le droit de choisir notre rythme de vie afin de pouvoir respirer, travailler, nous reposer, flâner, contempler, rêver un peu."

Ce texte a été écrit il y a plus de trente ans et il n'a pas pris une ride. L'être humain est bien au cœur des préoccupations de l'auteur de ces lignes qui signait là un éditorial en faveur du vote écologiste en mai 1981.

Le projet des écologistes*** s'appelait "Le Pouvoir de vivre" par opposition au pouvoir d'achat. Cet ouvrage de près de 300 pages était le fruit d'une réflexion collective. Je reviendrai sur son contenu.
Sans remonter jusqu'à Henry David Thoreau, l'écologie a bien pour centre d'intérêt l'être humain et elle est loin d'être une nouveauté rien qu'en ce qui concerne la période contemporaine.



* Pierre Rabhi, Manifeste pour la terre et l'humanisme : Pour une insurrection des consciences, Actes Sud, 2008



** Combat Nature n°44 - Mai 1981
cf. le portrait d'Alain de Swarte sur ce blog.

*** Le Pouvoir de vivre, Aujourd'hui l'écologie, 1981

Méditation du Jeudi Saint

Méditation du Jeudi Saint : Sortir de l’esclavage pour se mettre au service

Le Jeudi Saint, nous faisons mémoire à la fois de la sortie d’Égypte  et du lavement des pieds (qui précède l’institution de l’Eucharistie). Je vous propose de lire dans ces textes le projet de Dieu de nous libérer de l’esclavage pour nous appeler, à la suite de Jésus, à nous mettre au service de nos frères.

Chapiteau roman du lavement des pieds (ND-en-Vaux, source : Wikimedia commons)
Chapiteau roman du lavement des pieds (ND-en-Vaux, source : Wikimedia commons)

Une belle méditation, par Vincent Soulage, à lire sur le blog des chrétiens de gauche : 

mercredi 27 mars 2013

24 mars, une manif ratée

 Par Vincent Soulage

La Manif pour tous de janvier avait été un succès par l’ampleur de sa mobilisation et sa capacité à limiter la récupération par la droite et les excès homophobe. On ne peut pas en dire autant de celle de dimanche 24 mars. Ses initiateurs doivent rectifier le tir.
L’image véhiculée dans les médias est celle d’une manifestation de la droite, émaillée d’incidents, et qui ne fait que renforcer la détermination gouvernementale. Les initiateurs de la manif pour tous doivent réagir pour sortir de cette opposition frontale et stérile car il est temps d’avancer : des questions importantes (PMA, GPA) vont se poser à la suite du vote (inévitable) de la loi et l’issue de ces débats à venir n’est pas encore écrite.

Lire la suite sur le blog des chrétiens de gauche :  

lundi 25 mars 2013

Le 4 avril, rendez-vous à Tours pour parler tous ensemble du nouvel élan catholique : Patrice de Plunkett : le blog

Le 4 avril, rendez-vous à Tours pour parler tous ensemble du nouvel élan catholique : Patrice de Plunkett : le blog


Vers une "révolution chrétienne" ?
Sobriété heureuse, écologie humaine et environnementale,
économie solidaire, nouvelles communautés sociales et culturelles, larges alliances avec tous les défenseurs des réalités humaines : 
des pistes neuves dans l'Eglise
Jeudi 4 avril à 20 h 30, église Saint-Julien, rue Colbert à Tours
(avec la Fraternité des chrétiens indignés et la librairie La Procure)
Patrice de Plunkett vous invite à cette conférence-débat.
affiche-conférence-PP-Tours.jpg

samedi 23 mars 2013

Diocèse de Nancy - denier de l'Eglise


Page du site du diocèse de Nancy  :



affiche2web.png
Que je donne… c’est l’air de la foi

« On a tous quelque chose en nous de Jésus-Christ » ou « Allumer la foi et voir grandir la flamme dans tes yeux » disent les slogans de la campagne 2013 du denier de l’Église en Meurthe-et-Moselle, en parodiant les paroles de chansons célèbres.
Ces paroles résonnent en écho à d’autres paroles, celles de l’Évangile, reconnues par chaque catholique, qu’il soit plus ou moins proche de l’Église.

Retenir les paroles de l’Évangile

Voici venir, le temps du denier de l’Église. Pour TOUS les catholiques, c’est un moment important qui revient régulièrement comme un air connu que l’on prend plaisir à fredonner parce que l’on connaît les paroles. Quand revient le temps du denier, la générosité des catholiques se met en mouvement.
L’Église en Meurthe-et-Moselle est vivante. C’est par son dynamisme qu’elle répond au défi de l’évangélisation dans notre société, au partage des valeurs et de la foi à la suite de Jésus Christ. Pour faire entendre la parole de l’Église, plus loin, plus fort, chaque catholique prend sa responsabilité de baptisé en donnant de son temps et de son argent.

En donnant au denier, vous rendez possible l’annonce de la Bonne Nouvelle par tous ceux qui sont en mission au service de notre diocèse : religieuses et religieux, diacres permanents, prêtres, évêque, laïcs salariés et bénévoles.

 http://www.catholique-nancy.fr/rubriques/haut/donner-a-leglise/le-denier-de-leglise/

mardi 19 mars 2013

Nature ?

Danz plat


Cet article de Fabrice Nicolino mérite d'être lu en totalité. Comme l'a dit le pape François tout récemment :
"en ce moment nous avons aussi avec la création une relation qui n’est pas très bonne, non ?"

C'est très exactement ce que dit le journaliste à propos de la Loire :  
"Les chercheurs démontrent en fait une contamination généralisée. Les animaux « sauvages » de la Loire sont des décharges vivantes, dont les tissus contiennent des PCB - interdits depuis 1987 -, du mercure, des pesticides organochlorés et organophosphorés, des radionucléides. C’est un empoisonnement, et il est universel."

Sa conclusion est claire même si la plupart de nos contemporains préfèrent plonger leur tête dans le sable : 
"voilà le point central du combat écologique tel que je le conçois : il faut accepter d’affronter le système lui-même, la matrice, le fondement de la destruction du monde. Le cadre que je propose est vaste, qui inclut l’organisation même de l’économie, le partage des pouvoirs, l’idée de pouvoir elle-même, le capital et ses délires, toutes les classes politiques, toutes les anciennes manières de penser l’Homme et tous les êtres qui paient le prix de sa folie actuelle. Je m’arrête, car on m’aura compris : il faut une révolution intellectuelle et morale au regard de laquelle 1789 serait une ride à la surface d’une goutte d’eau. C’est à cela qu’il faut se préparer, même si cela ne devait jamais arriver. Tout le reste ne nous enfoncera jamais qu’un peu plus dans le désastre."


samedi 16 mars 2013

CCFD - Carême de partage 2013


Habemus papam ! Bienvenue au pape François !

Crédits : VINCENZO PINTO / AFP


Je ne pouvais évidemment pas rester silencieux au sujet de l’élection du pape François. J'ai essayé d'exprimer de façon toute simple ce que j'ai ressenti en faisant la connaissance de notre nouveau pape. 


Qui est le Cardinal Bergoglio ?
Mercredi soir, je rentrais chez moi, en écoutant RCF et en espérant être là assez tôt pour découvrir le visage du nouveau pape. Je me disais qu'une élection aussi rapide devait être sans doute celle d'un des papabili. Arrivé à temps, quelle ne fut pas ma surprise en voyant qu'il n'en était rien. Avant même l'apparition au balcon, je « googlelisais » ce cardinal qui m'était parfaitement inconnu. Je dois dire que mes recherches furent globalement vaines, à part un article payant de La Croix dans lequel on peut voir la photographie du cardinal et ce titre « l'ascète proche des pauvres ».
Sur cette photographie, Jorge Mario Bergoglio apparaît très grave, très sérieux. Je n'étais pas plus avancé.
Mais voilà qu'il se montrait déjà au balcon. Avec ce même air grave et sérieux, immobile, jusqu'à ce qu'il s'adresse à la foule.

Je n'en dirai pas plus que ce qui a déjà été écrit par d'autres mieux informés que moi.
Je ne me perdrai pas en conjectures sur son passé, j'en sais trop peu. Ceux qui se sont déjà déchaînés sur le cardinal Bergoglio ont bien démontré leur ignorance, leur inculture ou tout simplement leur bêtise. Guy Konopnicki a publié une mise au point lapidaire à ce sujet :

Il y a aussi cette question des « premières fois » :
le fait qu'il ne soit pas européen ? Qu'il vienne d'un pays émergent ? Est-ce si important ? Il est désormais le pape de l’Église Universelle.
Progressiste, conservateur ? Un peu des deux ? A vrai dire, cette grille de lecture est-elle pertinente ?

Le plus important finalement c'est qu'on reconnaît un arbre à ses fruits.

Du nouveau ? Ce qui me surprend ?
Jorge Mario Bergoglio est jésuite. Je pense que ceci a son importance, sans doute plus que l'origine géographique. La spiritualité ignatienne est un bel antidote à notre monde de tumulte, de bruit, de vitesse et de fureur. Pour celles et ceux qui ne sont pas forcément au fait de cette spiritualité – c'était mon cas avant d'être un chrétien recommençant - on peut s'en faire une idée à travers ce site qui propose des retraites en ligne, « Notre Dame du Web » : http://www.ndweb.org/
 La relation de chacun avec Dieu est mise en avant par la spiritualité ignatienne. Ce sera sans doute la nouveauté véritable de ce pontificat.

Le prénom de François est nouveau. Cela compte également. Tous les commentateurs ont bien vu la référence, évidente, à Saint François d'Assise, d'autres moins nombreux ont vu aussi une référence à Saint François de Sales ou Saint François Xavier.
Le pape François ne s'est pas encore exprimé sur les raisons de son choix. Mais pour la première référence, n'oublions pas que si Saint François d'Assise est bien connu pour son humilité et son engagement auprès des plus pauvres, il est aussi le saint patron des écologistes en raison de son action en faveur de la Création. Pour l'écologiste que je suis, cela attire mon attention, même si cela fait des décennies que l’Église se préoccupe d'écologie (Cf. Paul VI, puis Jean-Paul II et Benoit XVI).

Ce qui me surprend c'est l'engouement soudain des commentateurs pour les pauvres comme si on les découvrait avec le nouveau pape, ou pire, comme si le pape François était le premier à s'en préoccuper.
Pourtant les pauvres sont au cœur de la foi chrétienne. Celui qui est petit, qui est fragile, qui est faible, qui est pauvre a toute l'attention de l’Église depuis toujours. L’Église sans le souci des pauvres ne serait pas l’Église. Tant pis pour les sourds et les aveugles qui ignorent la doctrine sociale de l’Église.

Ce que j'ai vu ?
J'attendais un pape, j'ai vu se présenter le nouvel évêque de Rome, qui s'est comporté avec la foule en simple prêtre.
Et là il y a des signes qui font sens. D'autant que dans l’Église catholique, tout fait sens, le moindre geste, toute posture, toute parole ont une signification et ne sont jamais anodins.

Je n'oublie pas non plus les dernières paroles du pontificat de Benoît XVI : «Le Seigneur m'a appelé à monter sur la montagne, à me dédier encore plus à la prière et à la méditation» et « En ce moment particulier, je vous demande de prier pour moi et pour l’Église ».
Or après une prise de contact simple,non dénuée d'humour, dans laquelle les mots « peuple » et « évêque » revenaient souvent alors que celui de pape a été délaissé, le pape François a demandé à la foule de prier pour lui, joignant le geste à la parole en s'inclinant.
Benoît XVI est parti pour prier davantage, François arrive en demandant la prière du peuple et en priant à son tour. Finalement son premier acte a été de demander aux fidèles d'agir les premiers, avant lui. On revient bien là à la relation de chacun à Dieu. Ce moment, qui a plongé la place Saint-Pierre dans le silence de la prière, était impressionnant.

Ce qui me réjouit ?
Habemus papam, nous avons un pape ! Je suppose, franchement, que, quelque soit le vote des cardinaux, j'aurais été satisfait du résultat. Je suis croyant, catholique et je ne peux que faire confiance à l'action de l'Esprit Saint. 
Pour autant, il s'est passé quelque chose mercredi soir de véritablement réjouissant, sur la place Saint-Pierre et dans le monde entier.
Les déchaînements que cette élection a déjà provoqués semblent démontrer que les cardinaux ont sans doute fait le bon choix, aidés en cela par l'Esprit.

Je n'attends pas des bouleversements extraordinaires mais depuis ce mercredi soir, il flotte comme un parfum de foi, d'espérance et de charité que le matérialisme ambiant ne parvient pas à dissiper.

Rendons grâce !

Article également publié sur le blog des "Chrétiens de gauche" : http://chretiensdegauche.com/2013/03/17/habemus-papam-bienvenue-au-pape-francois/

mardi 12 mars 2013

Quittons le sociétal pour répondre aux attentes des Français !


Lors de la manifestation de janvier dernier, le concept d'écologie humaine, développé par Benoit XVI tout au long de son pontificat, a été convoqué par certains pour justifier l'opposition au projet de loi sur le "mariage pour tous". C'est en effet cohérent, si cela s'inscrit dans une réflexion globale comme l'ont fait les papes depuis Paul VI.

Que des leaders du mouvement de la "manif pour tous"  s'appuient sur le concept d'écologie humaine, c'est leur droit. 

Pourtant ce samedi 9 mars avait lieu une chaine humaine contre le nucléaire civil et militaire : silence des opposants au "mariage pour tous". 
En ce lundi 11 mars, date anniversaire de la catastrophe japonaise, même silence de la part de ceux qui se réclament de l'écologie humaine. Même pas un simple communiqué...

Ce silence assourdissant au sujet d'une catastrophe écologique majeure comme celle de Fukushima n'en est dès lors que  peu compréhensible.

Peu compréhensible encore que...
Dans le teaser  qui annonce la manifestation du 24 mars prochain,  on entend l'ancien président de la République dire :  "Nous ne voulons pas qu'on sacrifie notre identité à la mode du moment". Quel rapport avec le "mariage pour tous" ? Et sa présence dans cette vidéo rend caduque le concept même de "manif pour tous". La "manif pour tous" est donc devenue une "manif de droite" contre un gouvernement de gauche...
Il y a de quoi s'interroger alors qu'il est plus que temps de traiter des sujets qui concernent l'ensemble des Français, c'est-à-dire le travail et la santé. Ce que je rappelle ici régulièrement à l'intention de ceux qui soutiennent la majorité vaut aussi pour ses opposants.

Or les plus grands dangers qui pèsent sur les enfants sont les atteintes à l'environnement  (nucléaire, OGM, pesticides, particules fines,...) et à la paix (cf. Message pour la paix de Benoit XVI le 1er janvier 2010) ainsi que la dureté d'une économie libérale qui transforme notre société en jungle et non pas le mariage de quelques individus, fussent-ils de même sexe. 

J'ai contesté ce projet, fort maladroit, car je suis en désaccord total avec les projets concernant la PMA et la GPA et non pas en raison de l'union de personnes de même sexe. 

La semaine dernière, j'ai vu le film de Jean-Paul Jaud "Tous cobayes ?". A la fin, en sortant, j'ai surpris cette conversation entre deux spectatrices : mais pourquoi on n'en parle pas plus de tout cela dans les médias (nucléaire et OGM, NDR) ? Et l'autre de répondre : et bien, parce qu'on nous bassine avec "le mariage pour tous".

Le projet du "mariage pour tous" a été voté par l'Assemblée Nationale. Il est maintenant discuté au Sénat. Je me retrouve parfaitement dans la déclaration prudente de la sénatrice Catherine Tasca - alors qu'elle est membre de la majorité -  le 19 février dernier :

ou aussi dans cette déclaration courageuse - car à contre-courant de la position officielle de leur parti -  de ces militants EELV publiée dans la Croix :   

Si à l'avenir je m'exprimerai sans doute à nouveau sur les questions de PMA et de GPA, ce billet est le dernier qui évoque le "mariage pour tous" : 
 
passons à ce qui préoccupe nos concitoyens, enfin !



dimanche 10 mars 2013

Plus de 20 000 personnes ont encerclé les lieux de pouvoir du nucléaire à Paris

 Page tirée du site du Réseau "Sortir du nucléaire"


Communiqué de presse commun du 9 mars 2013


Une chaîne humaine a traversé Paris de part en part cet après-midi
Venu-e-s de partout en France, de Fessenheim à Plogoff, de Nogent sur Seine à Bure et même de l’étranger, 20 000 personnes ont formé une chaîne jaune soleil d’un bout à l’autre de Paris, de Bercy à la Défense.
Nous commémorons ainsi une date tragique : voilà maintenant deux ans que dure la catastrophe de Fukushima. Cette chaîne est un message de solidarité envoyé au peuple japonais, en résonance avec les nombreuses actions qui ont lieu partout dans le monde ce même jour.
Cette chaîne est aussi un message d’indignation adressé aux décideurs qui nous imposent un système mortifère au nom d’étroits intérêts économiques et nationalistes.
Chaîne humaine pour l'arrêt du nucléaire à Paris

Photo : Alexandra Fleurantin La transition énergétique, c’est l’arrêt du nucléaire !
Alors que les probabilités d’accident nucléaire en France sont alarmantes, nos dirigeants se refusent à changer le cap de la politique énergétique de notre pays. Fessenheim n’est toujours pas arrêtée, la construction de l’EPR se poursuit, le renouvellement du parc nucléaire se prépare et le virage vers la sobriété et les alternatives est loin d’être à l’ordre du jour. Seul "changement" : un discours vidé de sens sur la transition énergétique !
Aujourd’hui, nous avons encerclé les ministères, l’Assemblée Nationale, les sièges d’EDF et d’Areva, tous ces lieux où se prennent les décisions sur le nucléaire, de façon opaque et au mépris des populations. Nous exigeons avec fermeté et détermination de reprendre en main ces choix qui nous appartiennent. Nous voulons l’arrêt du nucléaire civil et militaire, nous voulons une vraie transition énergétique maintenant !
Notre mobilisation ne s’arrêtera pas ce 9 mars ! Nous surveillerons de près la future loi de programmation énergétique et nous mobiliserons à nouveau si, comme il est à craindre, celle-ci renforce la politique pro-nucléaire.

Communiqué de presse commun du 9 mars 2013.
Signataires : Agir pour l’environnement, Alliance écologiste indépendante, les Alternatifs, Armes nucléaires STOP, ATTAC France, CAP21, CHANN (Collectif Halte Aux Nucléaires Nîmes), CIREN (Collectif citoyen d’Information sur le Nucléaire et la Radioactivité), Confluence pour sortir du nucléaire, Convergence citoyenne pour une transition énergétique, EELV (Europe Ecologie les Verts), Enercoop, FASE (Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique), France Libertés – fondation Danielle Mitterrand, Gauche Anticapitaliste, Greenpeace, La Gauche par l’exemple, Jeunes Ecologistes, Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, MOC (Mouvement des Objecteurs de Croissance), NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), Parti de Gauche, Parti Communiste des Ouvriers de France, RECH (Réaction en Chaine Humaine), Réseau « Sortir du nucléaire », Stop EPR ni à Penly ni ailleurs, Sortir du nucléaire Paris, SUD-Rail, Utopia, Vigilance Citoyenne, Yosomono-net. 
 
Retrouvez photos, vidéos et revue de presse sur http://chainehumaine.org
C’est grâce à vous que nous pouvons agir au quotidien pour un monde sans nucléaire. Pour nous aider à renforcer nos actions, faites un don ! http://www.sortirdunucleaire.org/don
Faites connaître les lettres d’informations du Réseau "Sortir du nucléaire" : http://www.sortirdunucleaire.org/listes
Vous utilisez Facebook ? Comme plus de 19 000 internautes, suivez nos infos sur notre page : http://www.facebook.com/sortirdunucleaire.org

mardi 5 mars 2013

Chrétiens Sans Frontières N° 53 est paru !

J'ai eu le plaisir de signer l'éditorial de ce nouveau numéro du journal du secteur paroissial du Pays-Haut. 
Le thème est l'écologie vue à travers cette période de Carême.
Au sommaire des pages centrales : 
- le portrait d'un catho écolo
- le message du pape Benoit XVI du 1er janvier 2010 sur l'écologie humaine
- des conseils pratiques tiré de l'ouvrage de la conférence des évêques de France "Enjeux et défis écologiques pour l'avenir"
- la présentation du Groupe d’achat solidaire des pays lorrains (GASPL)
- une interview des fondateurs de l'association "Mieux Vivre"
- la présentation d'une entreprise spécialisée dans le recyclage des déchets électroniques.

Signalons aussi en dernière page l'entretien avec le docteur Jacques Fabrizi sur la question de la fin de vie, ainsi que des articles sur la Journée mondiale du migrant et du réfugié et sur l'ouverture d'une boutique Rhodain à Longwy.

Pour lire ou télécharger Chrétiens Sans Frontières, cliquer sur l'image :