"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


samedi 22 septembre 2012

Frère Jean-Pierre, le dernier témoin de Tibhirine - Pelerin.info

 Comme il est réjouissant d'écouter la voix de cet homme, qui parle de paix et de charité :



Pour un vrai dialogue sur l’essentiel, un appel de croyants de gauche

Juifs, bouddhistes, musulmans, franc-maçons, chrétiens… signataires de ce texte, nous sommes ensemble, au-delà de nos singularités, attachés à une certaine conception de la personne humaine et de sa dignité. Nous nous situons politiquement à gauche et nous espérons beaucoup de l’impulsion portée par François Hollande, son gouvernement et sa majorité. Nous nous reconnaissons dans leur projet de bâtir une société juste, pluraliste et solidaire, ouverte sur le monde, sensible aux défis de l’écologie. Mais une société également attentive aux repères anthropologiques et éthiques transmis par nos diverses traditions. C’est pourquoi, nous nous interrogeons sur certaines mesures «sociétales» contenues dans le programme du candidat socialiste à la présidentielle et confirmées lors des législatives.

Lire la suite sur le site des Chrétiens de gauche : 

mercredi 19 septembre 2012

Appel de Mgr Dubost et de Mr Moussaoui

Texte tiré du site de l’Église catholique en France : 

Appel de Mgr Dubost et de Mr Moussaoui

 
Suite à la publication par le journal Charlie Hebdo des caricatures du prophète Mohamed le 19 septembre 2012, Mgr Michel Dubost, Président du Conseil pour les relations interreligieuses des Evêques de France et Mr Mohammed Moussaoui, Président du Conseil français du Culte Musulman publient un appel commun.

La République française a pour devise : « liberté, égalité, fraternité »
Nous défendons la liberté et, en particulier, nous soutenons la liberté de s'exprimer, dans le respect de la loi.
Mais la liberté se met elle-même en danger si elle oublie la fraternité et le respect de l'égale dignité.
Devant les offenses, les divisions, les caricatures, les films et les reportages unilatéraux, méprisants ou haineux, nous ne pouvons qu'en appeler à la conscience et la responsabilité de chacun et lancer un appel : France que fais tu du respect de l'autre ? Que fais tu de la fraternité ?

Nous voulons vivre ensemble, faisons en sorte que cela soit possible !

Paris le 19 septembre 2012
Mgr Michel Dubost
Président du Conseil pour les relations interreligieuses des Evêques de France
Mr Mohammed Moussaoui,
Président du Conseil français du Culte Musulman

Tous cobayes ?

Après "Nos enfants nous accuseront", "Severn la voix de nos enfants", voici le nouveau film de Jean-Paul Jaud :


Le site du film : http://touscobayes.tumblr.com/

Le mariage de Jésus, le retour...

 Patrice de Plunkett :

"Sauf névrose, aucun chrétien connaissant sa religion n'est tourmenté par une « question du mariage de Jésus » que les documents d'origine ne permettent pas de poser. Fils de l'homme, Ieschoua le Nazôréen est pleinement homme (sinon comment comprendre l'Incarnation ?) ; Fils du Père, sa venue s'adresse à « tous les peuples » : il ne vient pas fonder une petite famille."

lire sur le blog de Patrice de Plunkett :  

Si «Vatican III » ne se fait pas

 
A quelques jours du 11 octobre sort en librairie un nouvel ouvrage de Christine Pedotti (1) Profitant du 50e anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II, l’auteure s’interroge sur l’urgence et les conditions de la tenue d’un nouveau concile «Vatican III »
C’est en convoquant un concile que, depuis deux mille ans, l’Eglise a choisi de surmonter les crises majeures auxquelles elle s’est trouvée confrontée. Qu’il s’agisse de décider si un païen pouvait adhérer à la «nouvelle religion», sans se convertir d’abord au judaïsme (Jérusalem, environ 50 après JC) de trancher sur la nature divine du Christ, en 325 à Nicée (2), de renforcer l’identité catholique contre la Réforme protestante (Trente en 1545) ou de consacrer l’autorité pontificale mise à mal par les idées modernistes et la fin des Etats pontificaux (Vatican I, en 1870). Or, analyse Christine Pedotti «La situation de crise dans laquelle se trouve l’Eglise catholique est de celles qui ont déjà, au cours de l’histoire, légitimé la réunion d’un concile ?» (3)
Il s’agit-là, on l’aura compris, d’une «thèse», intelligemment étayée, développée avec le talent pédagogique et narratif que l’on reconnaît à l’auteure, mais

Lire la suite sur le site des Chrétiens de gauche : 



dimanche 16 septembre 2012

Oui, je crois

Revenons à  l'essentiel.

D'abord l'évangile de ce dimanche : 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Jésus s'en alla avec ses disciples vers les villages situés dans la région de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il les interrogeait : « Pour les gens, qui suis-je ? »
Ils répondirent : « Jean Baptiste ; pour d'autres, Élie ; pour d'autres, un des prophètes. »
Il les interrogeait de nouveau : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre prend la parole et répond : « Tu es le Messie. »
Il leur défendit alors vivement de parler de lui à personne.
Et, pour la première fois, il leur enseigna qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu'il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.
Jésus disait cela ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches.
Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu'un veut marcher derrière moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi et pour l'Évangile la sauvera. »

Et ce matin à la messe, lors de la communion, une jeune organiste a joué un morceau que je ne connaissais pas. Ce fut un véritable moment de grâce.
A la fin de la célébration je l'ai félicitée et elle m'a dit de quoi il s'agissait : le credo composé par Mite Balduzzi (une découverte pour moi donc) :



Oui, je crois...
Et puis comme beaucoup de gens ne savent pas, ne savent plus en quoi croient les chrétiens, voici le texte du credo : 

Je crois en Dieu,
le Père tout-puissant,
créateur du ciel et de la terre ;
et en Jésus-Christ,
son Fils unique, notre Seigneur,
qui a été conçu du Saint-Esprit,
est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate,
a été crucifié,
est mort et a été enseveli,
est descendu aux enfers,
le troisième jour est ressuscité des morts,
est monté aux cieux,
est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit-Saint,
à la sainte Eglise catholique,
à la communion des saints,
à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair,
à la vie éternelle.
Amen.

Planète sans visa » Lendemain désabusé de conférence d’État

Comment dire ? on peut craindre qu'il s'agit là du véritable bilan de la conférence environnementale, dressé par Fabrice Nicolino :

Planète sans visa » Lendemain désabusé de conférence d’État


samedi 15 septembre 2012

En guise de point Godwin...

La sagesse populaire dit que lorsque l'on veut se débarrasser de son chien, on dit qu'il a la rage, la pire chose dont on puisse accuser un chien.

Avec l’Église catholique, il existe un procédé similaire. Ses adversaires, souvent incapables de faire preuve d'une argumentation raisonnée en viennent tout de suite, sur n'importe quel sujet d'ailleurs, à lancer l'anathème ultime : l’Église catholique est un repère de pédophiles, protégés par le secret de l'Institution, l'inaction des papes, des évêques, etc,...

Nul doute qu'en cette période de débat sur les sujets dits sociétaux, les beaux esprits vont lancer de nouveau et à profusion cet anathème. A tel point que ce type d'attaque n'est pas sans rappeler ce qu'on appelle la loi de Godwin, à savoir que plus les termes d'un débat avancent, plus ils deviennent extrêmes et l'un des contradicteurs finit par qualifier l'autre de nazi, ce qui lui vaut dans la discussion l'attribution d'un point Godwin pour montrer qu'il a franchi la limite et son argument est disqualifié de fait.

Ce principe mériterait d'être appliqué à toute discussion en ligne ayant un rapport de près ou de loin avec l’Église catholique et dans laquelle le contradicteur finit invariablement - et très rapidement sinon immédiatement - par ramener l’Église à la pédophilie (le principe vaut aussi pour les questions liées au préservatif, l'intégrisme, l'inquisition,...).

Outre la pauvreté du raisonnement intellectuel de ces militants de l'insulte, il convient de souligner que cette accusation d'une politique du secret - et qui signifierait en creux un soutien aux criminels - autour de ces questions dramatiques est surtout fausse.

Un rappel sur les procédures de l’Église catholique où l'on peut voir sans peine que c'est très exactement l'inverse du secret sur ces questions qui est demandé expressément:

Mais puisque souvent ce que dit le Vatican est modifié, déformé, mal compris, on peut consulter cette page de la blogueuse Nystagmus :

 Les évêques de France ne sont pas restés silencieux non plus :

Voir aussi cet article au sujet du voyage du Pape Benoit XVI en Grande-Bretagne :

Je sais que cela ne changera en rien l'opinion de ceux qui ont le cœur rempli de haine à l'encontre des catholiques mais ce billet me permet de rappeler de façon unique et définitive que je ne m'engagerai pas dans débats inutiles et sans fin dès lors lors que le contradicteur est christianophobe ou cathophobe. 


vendredi 14 septembre 2012

En attendant la transition écologique

Une devinette : ces deux photographies ont été prises toutes deux au même endroit en Moselle, à la frontière allemande. Une photo est prise en regardant vers l'Allemagne, l'autre vers la France. Quel indice permet de reconnaitre chacun des deux pays ?... 




Interview du Cardinal Barbarin

Juste une question : 

 Le cardinal Barbarin dans une interview d'une demie heure donnée sur RCF a parlé de l'accueil des homosexuels dans l'Eglise : "vous avez votre place, on a besoin de vous, si ça se trouve vous construisez l'Eglise bien mieux que moi" 

Pourquoi personne n'a repris et mis en exergue ses propos ?  

Droit de citerCardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon

mardi 11 septembre 2012

La pollution de l’air coûte cher et réduit l’espérance de vie | La-Croix.com

 D’après l’Institut de veille sanitaire (InVS), la réduction de la pollution de l’air dans neuf villes françaises permettrait d’économiser 5 milliards d’euros par an et d’allonger l’espérance de vie. 

lire la suite : 


La pollution de l’air coûte cher et réduit l’espérance de vie | La-Croix.com

La sainte famille



La Sainte Famille
La sainte famille avec Jean le Baptiste - Noël Coypel

dimanche 9 septembre 2012

Quel(s) royaume(s) ? Quel(s) paradis ?

Lecture de la lettre de saint Jacques (Jc 2, 1-5)
Mes frères, ne mêlez pas des considérations de personnes avec la foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire.
Imaginons que, dans votre assemblée, arrivent en même temps un homme aux vêtements rutilants, portant des bagues en or, et un homme pauvre aux vêtements sales.
Vous vous tournez vers l'homme qui porte des vêtements rutilants et vous lui dites : « Prends ce siège, et installe-toi bien » ; et vous dites au pauvre : « Toi, reste là debout », ou bien : « Assieds-toi par terre à mes pieds ».
Agir ainsi, n'est-ce pas faire des différences entre vous, et juger selon des valeurs fausses ?
Écoutez donc, mes frères bien-aimés ! Dieu, lui, n'a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde ? Il les a faits riches de la foi, il les a faits héritiers du Royaume qu'il a promis à ceux qui l'auront aimé. 
 
 
Ce texte était la deuxième lecture de la messe de ce dimanche.
Dieu a choisi les pauvres, ne l'oublions jamais,  "Il les a faits riches de la foi, il les a faits héritiers du Royaume qu'il a promis à ceux qui l'auront aimé."
A méditer, en particulier en pensant à ceux qui sont en recherche d'autres royaumes, d'autres paradis, ... fiscaux notamment...
 

jeudi 6 septembre 2012

Pour une écologie de l'homme

Aujourd'hui est paru un ouvrage intitulé "Pour une écologie de l'homme" qui est une antholgie de textes de Benoit XVI que certains n'hésitent pas à qualifier de pape "vert" : 

 L'écologie humaine est une nécessité impérative. Adopter en tout une manière de vivre respectueuse de l'environnement et soutenir la recherche et l'exploitation d'énergies propres qui sauvegardent le patrimoine de la création et sont sans danger pour l'homme, doivent être des priorités politiques et économiques. Dans ce sens, il s'avère nécessaire de revoir totalement notre approche de la nature. Elle n'est pas uniquement un espace exploitable ou ludique. Elle est le lieu natif de l'homme, sa "maison" en quelque sorte." Benoît XVI.


mardi 4 septembre 2012

Antenne relais : réunion d'information à Heumont

Ratzinger – Martini : deux regards pour une même Eglise | Vu de Rome

 Ratzinger et Martini, nés la même année, pointent tous deux l’avènement du Royaume. Il serait dommage de l’oublier pour se focaliser sur le doigt qui pointe. [...] Au fond, l’Eglise ne saurait se contenter ni de Ratzinger, ni de Martini. Les deux, ensemble, lui sont indispensables. Et chacun reste libre, à leur suite et en vue du Royaume, de choisir son chemin.

Cardinal Philippe Barbarin : « N’est-il pas dangereux de redéfinir l’homme, la femme, le mariage ? » | La-Croix.com


A cette intéressante question du Cardinal Barbarin, les sénateurs EELV ont déjà répondu par cette proposition de loi : 

Morceaux choisis : 
 Au dernier alinéa de l'article 75, les mots : « mari et femme » sont remplacés par le mot : « époux ».
II. - À l'article 96, après le mot : « époux » sont insérés les mots : « ou de la future épouse ».
III. - Au premier alinéa de l'article 108, les mots : « le mari et la femme » sont remplacés par les mots : « les époux ».
IV. - Au premier alinéa de l'article 150, les mots : « l'aïeul et l'aïeule » sont remplacés par les mots : « les aïeuls ».
V. - Au premier alinéa de l'article 154, les mots : « aïeul et aïeule » sont remplacés par les mots : « les aïeuls ».
VI. - À l'article 197, les mots : « mari et femme » sont remplacés par le mot « époux ».
VII. - À l'article 206, les mots : « leur beau-père et belle-mère » sont remplacés par les mots : « leurs beaux-parents ».
VIII. - À la seconde phrase de l'article 980, les mots : « le mari et la femme » sont remplacés par les mots : « les deux époux »

Ceci est à mettre en regard de cette argumentation totalement laïque de la blogueuse Nystagmus, écrite avant même que cette proposition de loi ne soit rédigée,  les problèmes qui allaient se poser  étaient déjà pointés : 

A part ça, on a dépassé, en France, le cap des 3 millions de chômeurs, est-ce une priorité pour EELV ? L'environnement, le nucléaire, ça on a bien compris que ça n'intéressait plus mais le travail des gens ?

dimanche 2 septembre 2012

Ecologie et antispécisme

 
Les jolies images et les slogans apparemment de bon sens qui pullulent sur les réseaux sociaux sous couvert de la juste cause de la lutte contre la souffrance animale cachent en fait une idéologie anti-humaniste et anti-humaine, une forme de racisme à l'encontre des êtres humains. 

L'écologie politique est un humanisme, du moins celle en laquelle je crois, elle n'a rien à voir avec l'antispécisme qui refuse d'admettre le caractère particulier de l'humanité au sein de la nature.

L'article cité ci-dessous dénonce et démonte cette idéologie qui surfe sur les bons sentiments des gens pour avancer. Cet article provient par ailleurs d'un site assez "radical" (revue REFLEXes) et qu'on ne peut soupçonner de compromission avec le système. Sa critique de l'antispécisme n'en est que plus intéressante :

La défense des animaux est un sujet à la mode ; et comme personne n’échappe à la mode, le petit monde de l’ultraradicalité a lui aussi sa mouvance en faveur de nos frères les animaux : l’antispécisme. Mais, radicalité oblige, l’antispécisme va plus loin que la simple dénonciation des mauvais traitements infligés aux animaux, et, sous couvert de bonnes intentions, invente une nouvelle forme de sectarisme, créant une communauté d’où les « viandistes » sont exclus et considérés comme la cause de tous les maux de la planète.

Lire la suite :