"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


mardi 28 août 2012

Ecologie : un peu de sérieux ne nuirait pas... (suite)

  Écologie: un peu de sérieux ne nuirait pas...  suite et sans doute pas fin...

The Earth seen from Apollo 17  

Après avoir appris l'existence la semaine dernière du crédit annuel de ressources naturelles, j'ai enfin testé  le concept d'empreinte écologique. Je savais que c'était contesté, notamment par les géographes.

Quelques sites sont à essayer, au moins ils sont cohérents, le résultat est toujours le même. On admirera le caractère culpabilisant des questions, ce qui est loin d'être ce qu'il y a de mieux pour favoriser les prises de conscience... Au moins j'ai appris ce que je savais déjà : je suis un méchant occidental qui épuise sa planète.

http://www.wwf.fr/s-informer/calculer-votre-empreinte-ecologique

http://www.mddep.gouv.qc.ca/jeunesse/jeux/questionnaires/empreinte/questionnaire.htm

Pour faire simple, pour mesurer la richesse d'un pays on a le PIB (produit intérieur brut ou somme des valeurs ajoutées dans un pays donné). Pour mesurer le niveau de vie ou qualité de vie, on a l'IDH (indice de développement humain calculé sur trois critères principaux : espérance de vie, niveau d'éducation et pouvoir d'achat).

Avec le développement durable un nouvel indice a été créé : l'empreinte écologique (la superficie nécessaire pour fournir les ressources consommées et assimiler les rejets d’une population donnée). Le calcul est relativement "simple" : sur le site du ministère du développement durable il faut des dizaines de pages pour expliquer le calcul... et les limites de cet indicateur sont soulignées : 

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Une-expertise-de-l-empreinte,13526.html

Un géographe, Philippe Pelletier, a montré les limites de cet indicateur : Désormais, tout discours écolo convenu doit brandir les chiffres terrifiants de l’«empreinte écologique ». Il nous faudrait donc trois à six planètes : l’argument,   péremptoire, semble imparable ! En réalité, le calcul est foireux…L’objectif est ainsi atteint : nous consommons trop (même les pauvres du Tiers-Monde), nous sommes en surrégime, la planète va mourir, tout est foutu.

http://monde-nouveau.net/spip.php?article225 

Je ne peux que faire mienne sa conclusion : il convient toutefois de ne pas prendre pour argent comptant les calculs sur l’« empreinte écologique » et les discours qui les accompagnent.

Car si on pousse cette logique jusqu'à son terme, le bon terrien qui n'épuise pas sa planète est le chasseur-cueilleur qui vit dans sa caverne ou dans sa forêt, et encore convient-il qu'il ne soit pas chasseur ou pêcheur car manger de la viande ou du poisson, ce n'est pas bien non plus... 

Cet indice, extrêmement complexe, est sans doute intéressant pour les experts qui l'ont conçu mais sa traduction simpliste en fait un indicateur pour le moins contestable et limité qui ne peut qu'effrayer au lieu d'éclairer.

On reste ainsi dans le catastrophisme, l'annonce de l'apocalypse. Ce qui est paradoxal, c'est que la peur et l'angoisse ont toujours été d'excellents moteurs pour favoriser la consommation...

Cette "écologie" là n'est décidément pas la mienne.

vendredi 24 août 2012

Lettre ouverte à une fidèle de la “morale sexuelle catholique”. | A la table des chrétiens de gauche

 René Poujol : A mon tour de prolonger l’échange.



Lettre ouverte à une fidèle de la “morale sexuelle catholique”.

 
Chère Natalia, pendant longtemps vous avez été pour moi… une «voix» ! Celle qui, le lundi matin, m’accueillait au téléphone de RCF pour enregistrer l’édito qui allait être diffusé à l’antenne quelques minutes plus tard. J’étais alors directeur de la rédaction de Pèlerin. C’est dire que notre rencontre ne date pas de nos échanges d’hier ni de notre «amitié» sur FaceBook. Mercredi, j’ai posté sur le site de Chrétiens de gauche, collectif dont je suis l’un des  membres fondateurs, un article titré : Sexualité : «Et Dieu vit que cela était bon». Dans un message privé vous m’avez dit «comprendre mon point de vue» tout en étant en désaccord avec lui. Un désaccord que vous avez concrétisé, quelques heures plus tard par votre propre article : «Sexe : et si l’Eglise avait tout compris ?»
A mon tour de prolonger l’échange. Je ne l’ai pas fait plus tôt par simple souci de m’abstraire, autant que possible, des critiques parfois violentes suscitées ici et là à mon encontre, pour m’en tenir à mon propos : répondre à vos propres objections. Ce que je fais ce jour, dans une certaine sérénité retrouvée.

 Lire la suite sur :

Chacun est bienvenu à la table pour débattre

Pietro Monaco Noces de Cana


Il y a encore du chemin à faire pour que les réformes initiées par le concile de Vatican II entrent pleinement dans les mœurs des membres de l’Église catholique dont tout baptisé est pleinement membre, qu'il soit clerc ou laïc. 

On dit souvent qu'il y a un fossé entre le discours et la pratique. Ce qui vient de se passer au sujet d'un débat lancé par René Poujol, ancien directeur du Pèlerin sur le site "à la table des Chrétiens de gauche" est tout à fait révélateur. Qu'on soit d'accord ou pas avec l'auteur de l'article - et c'est tant mieux s'il y a des désaccords cela nourrit le débat - chacun peut venir sur le site des chrétiens de gauche afin de discuter tranquillement autour de la table. Cet article a longuement été pensé et réfléchi par son auteur, ce n'est en rien un manifeste, ni un coup de gueule, son intention était finalement assez claire et inoffensive.

Je le cite : "La fin de mon article énumère les richesses dont l’Eglise a le dépôt et dont elle peut faire profiter généreusement les hommes et les femmes, les jeunes de ce temps. La question est plutôt de savoir s’il est pertinent de continuer à formuler l’idéal qu’elle propose sous forme d’interdits (cf. le catéchisme de l’Eglise catholique) ou de proposer à chacun un cheminement vers plus d’humanité, à partir de ce qu’il vit, au lieu de le juger a priori."

Cet article a été très lu, il a suscité de nombreux commentaires, parfois agressifs ou sentencieux, c'est toujours le risque lorsqu'on publie mais cela devient anormal lorsque c'est plus la personne qui est visée que les idées.

Surtout un débat parallèle s'est mis en place à la suite de l'initiative du média Rue 89 de publier une réaction très personnelle, sinon intime, de la blogueuse Nystagmus. Comme je l'ai dit dans un billet précédent, son texte est beau et courageux d'autant que c'est un témoignage personnel, à la nuance près que la longue citation des propos délirants d'un autre blogueur sur la masturbation a à mon sens pour effet d'enlaidir son texte, sinon de le décrédibiliser. Mais c'est d'abord un témoignage personnel sur le blog de Nystagmus, publié ensuite sur Rue 89 et qui se trouve donc finalement hors du débat qui a lieu sur le site des chrétiens de gauche.

Certains sont visiblement tentés de transformer Nystagmus en héroïne qui défend les vraies valeurs de l'Eglise. On a même l'impression que d'un côté il y a l'Eglise qui serait d'abord et avant tout une institution avec ses défenseurs et de l'autre les méchants cathos égarés que certains commentateurs invitent à rejoindre nos frères protestants... Pour autant tous ont bien leur certificat de baptême... et il a la même valeur pour chacun.

Bref certains transforment le débat initié par les chrétiens de gauche sur leur site en  un duel entre deux personnes : la défenseure de l'Eglise et celui qui devrait la quitter pour avoir lancé un débat. Une façon de fausser et tuer le débat.

C'est un joli piège dans lequel il ne faut tomber. C'est facile d'opposer les chrétiens entre eux, de gauche et de droite, ceux qui sont plus traditionnels ou conservateurs et les progressistes, alors qu’il y des ponts et non des murs entre la pensée de René Poujol et celle de Nystagmus. Cf. ma réaction :
http://patpik.blogspot.fr/2012/08/sexe-et-si-leglise-avait-tout-compris.html

Je pense souvent que les cathophobes exagèrent la fixation de l’Église sur les questions de sexualité. Ce qui a trait à la sexualité est souvent noyé dans les flots de discours que l’Eglise catholique est capable de produire en quantité phénoménale.

Pour autant que dire de cette note  de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (à lire absolument, sans quoi on ne peut comprendre la portée et l’enjeu du texte de René Poujol) qui est une réponse aux religieuses américaines,
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20120330_nota-farley_fr.html

c’est bien une compilation et une fixation sur les interdits…

Et pourtant les lanceurs d'anathèmes se refusent à le lire et à admettre que René Poujol a montré du doigt le problème réel d'une vision de la sexualité en terme d'interdits par certains - représentants de l’Institution ou non, d'ailleurs - alors que la Parole de Dieu, à travers le Cantique des Cantiques par exemple, porte d'abord sur l'amour et la joie et c'est même un des livres centraux de la Bible :

Enfin, comme je l'ai déjà dit, tout ceci donne l’impression que d’un côté, il y a l’Eglise et de l’autre ses membres. C'est oublier qu’il y a 50 ans s’ouvrait le concile Vatican II… Ne sommes-nous pas l’Eglise en étant, tous, ses pierres vivantes ?

Chacun est donc le bienvenu pour prendre connaissance du texte de René Poujol et de venir à la table des chrétiens de gauche pour en discuter.
Et c'est ici que ça se passe : 

 Il me semble que l’Église catholique d'après Vatican II, c'est tout à fait cela.
Et en effet "Dieu vit que cela était bon"...

Méditons un peu,...

Cierges dans l'église d'Avenas

Extrait du Cantique des Cantiques :
Car l'amour est fort comme la mort, la passion est implacable comme l'abîme. Ses flammes sont des flammes brûlantes, c'est un feu divin !.
Les torrents ne peuvent éteindre l'amour, les fleuves ne l'emporteront pas.

Extrait d'une lettre de Saint Paul :  
Maintenant donc ces trois choses demeurent: la foi, l'espérance, l'amour; mais la plus grande de ces choses, c'est l'amour.


jeudi 23 août 2012

Sexe: et si l'Eglise avait tout compris? - Nystagmus

 Ce texte de la blogueuse Nystagmus est une réponse à celui de René Poujol sur l’Église et la sexualité.
Le texte de Nystagmus est beau, respectable et d'autant plus courageux qu'il s'agit d'un témoignage. 

Les propos des deux blogueurs semblent en désaccord profond. 

Pour autant lorsque l'un (René Poujol) dit  : 
"N’est-ce rien de dire à tous, à la lumière de l’Evangile, que la confiance accordée à l’autre, la fidélité, la solidarité, le dépassement de sa finitude par le don de la vie ou toute autre forme de fécondité généreuse, le total abandon dans le plaisir donné et reçu, ou le choix volontaire de la continence, offrent la plus parfaite expérience de l’amour que Dieu nous porte ? Que l’homme, homme et femme, n’a jamais fini de se construire dans la liberté, pour peu qu’il sache regarder juste, haut et loin ?"

et que l'autre (Nystagmus) répond : 
" la nature de l'homme, de tout homme, catholique ou non, est d'accéder au divin. Que ce divin, c'est l'Amour avec un grand A. Les chemins qu'elle propose, continence en Christ ou mariage en Christ, et non continence ou mariage tout court, sont basés sur l'observation très fine de ce qu'est l'humain, et sur l'aspiration ontologique de cet humain à être toujours plus et mieux en vérité que ce qu'il est à l'instant T. Tous, sur ce chemin de sainteté (appelons les choses par leur nom : l'Eglise n'a que faire d'avoir de bons catholiques, elle veut fabriquer des Saints), nous tâtonnons, nous trébuchons, nous nous relevons, avant la prochaine chute où Dieu nous tirera pour nous relever et marcher plus loin."

Ne se rejoignent-ils pas sur l'essentiel ?

Ecologie : un peu de sérieux ne nuirait pas...

The Four Horsemen of the Apocalypse by Vasili Koren'
Les quatre cavaliers de l'Apocalypse

L'article le plus lu sur le site du Monde du 22 août 2012 a pour titre : 
"Mercredi 22 août, l'humanité a déjà épuisé son crédit annuel de ressources naturelles"

Forcément le titre m'a attiré et j'ai lu l'article. J'ai été déçu, je pensais qu'on nous aurait donné en plus du jour, l'heure à laquelle "l'humanité a épuisé son crédit annuel de ressources naturelles". Après tout, autant être précis...

Je ne savais pas que nous disposions d'un tel crédit. Je savais que le concept d'empreinte écologique est plus que discuté, voire contesté. Cf. par exemple les travaux de la géographe Yvette Veyret*, spécialiste du développement durable.

Mais là le concept de crédit annuel de ressources naturelles, c'est encore plus fort comme trouvaille.
D'ailleurs il y a des chiffres pour étayer et c'est bien connu, l'usage de statistiques ça rend sérieux et crédible...
Un seul exemple : 
"Il existerait sur Terre entre 15 et 20 millions d'espèces animales et végétales. Parmi elles, 19 817 sont en train de disparaître"
Alors, d'un côté un conditionnel pour dire qu'entre 15 et 20 millions d'espèces existeraient. Un écart de 5 millions dans le décompte ce n'est pas rien. C'est au contraire tellement gigantesque qu'on ne  peut même pas concevoir ce que représentent 5 millions. Et de l'autre côté, une affirmation : 19817 espèces sont en train de disparaître. 19817, pas 19816 ou 19818. Très exactement 19817. Mais que pèse ce chiffre précis dans un gigantesque flou de 5 millions ? Quand bien même ce serait vrai. 19817 sur 5 millions ! Une paille !

Ce qui ressemble de plus en plus à une vérité scientifique, c'est qu'on se moque de nous avec ces affirmations discutables. Est-ce ainsi que l'écologie va progresser et être prise au sérieux ? J'ai comme un très grand doute, voire même une certitude.

En attendant, peuple de la terre : tremble ! l'Apocalypse est pour demain !

Lire l'article sur le site du Monde : 

mercredi 22 août 2012

Sexualité : “Et Dieu vit que cela était bon.”




Sexualité : “Et Dieu vit que cela était bon.”


 
Qu’il s’agisse du «différent» qui oppose Rome aux religieuses américaines, des positions de l’Eglise catholique sur l’homosexualité en lien avec les projets de mariage gay et d’homoparentalité, c’est la «vision» catholique de la sexualité qui est en jeu et qui semble aujourd’hui, à beaucoup, d’un autre âge !

Lire la suite de cet article de René POUJOL sur le site des chrétiens de gauche  :

mardi 21 août 2012

Gentle people with flowers in their hair

En mémoire de Scott McKenzie

J'ai connu cette époque, mais trop jeune pour la comprendre et m'en souvenir mais ces paroles me plaisent bien :

If you're going to San Francisco
Be sure to wear some flowers in your hair
If you're going to San Francisco
You're gonna meet some gentle people there

Je trouve que notre monde manque cruellement de "Gentle people with flowers in their hair"


lundi 20 août 2012

Petit festival contre la grosse poubelle -3ème édition !

de la part de la Maison de la Résistance à la poubelle nucléaire de Bure, en Lorraine, gérée par l'asso Bure Zone Libre :

 

Petit festival contre la grosse poubelle -3ème édition !

Cette année encore, il revient...
LE (petit) FESTIVAL CONTRE LA (grosse) POUBELLE NUCLÉAIRE DE BURE
  les 14-15 et 16 septembre, toujours à Bonnet (55, Meuse), toujours à prix libre, toujours sous chapiteaux !

Affiche festival Bonnet

Cette année il s'offre une soirée supplémentaire le vendredi soir avec repas, cirque et jazz manouche ! Et à suivre tout au long du week-end et comme tous les ans, une vraie info indépendante sur les déchets, l'enfouissement, et le nucléaire en général.
La première conférence-débat portera donc sur l'actualité du projet de Bure (CIGEO), et le dimanche on ouvrira l'après-midi avec une présentation des luttes abouties contre les projets d'enfouissement en France, avec des intervenants de Mayenne, du Maine,  et, on l'espère, du Gard et des Deux-Sèvres, qui viendront parler de leurs luttes contre l'ANDRA. Hé oui, ce ne sont pas toujours les nucléocrates qui gagnent ! Pour s'en souvenir on pourra aussi visionner le documentaire "Plogoff, des pierres contre des fusils" et débattre avec Nicole et Félix Le Garrec, les réalisateurs.
Enfin, pour replacer le projet de Bure dans un contexte plus général et faire le lien avec d'autres projets d'actualité, la compagnie Un Pas de Côté viendra jouer la pièce "Avenir Radieux, une fission française", deuxième volet (après "Elf, la pompe Afrique") de la trilogie BLEU-BLANC-ROUGE de Nicolas Lambert. A partir, entre autres, de scènes tirées des débats publics sur l'EPR (tiens ? on aurait pas un débat public sur le feu chez nous aussi ?), la pièce explore le discours officiel du pouvoir et la confiscation de la possibilité de débattre.

Évidemment il y aura aussi du bon son pour toutes les oreilles (bal folk, jazz manouche, dub-tek, hip-hop, etc),
du cirque avec les Gones et les Rouages,
de la danse avec Man'ok (spectacle participatif),
de la magie pour les petits,
des ateliers : écriture, cirque, énergies renouvelables, sérigraphie (si vous voulez un beau t-shirt du festival à prix libre ramenez un tee-shirt uni de votre placard !),
un jeu de piste pour les enfants,
des expos, des stands d'info,
et, grande nouveauté, une expo d'art contemporain d'Adeline Carrion Reyna sur les travailleurs du nucléaire, à la salle des fêtes de Bonnet ! Puisque CIGEO est censé nous amener du boulot autant qu'on sache tout de suite à quoi s'attendre...

Plus d'infos sur le programme :
http://festivaldebonnet2012.noblogs.org


Pour le côté pratique : le dortoir et les chambres de la Maison de Bure seront reserves aux artistes et intervenants (qui viennent de loin pour jouer gratis...) Il y aura possibilité de camper sur place ou dans une salle de la mairie de Bonnet : amenez vos tentes ! Côté cuisine la Marmijotte, cantine à prix libre, sera présente comme l'an passé pour nous régaler...

Merci de diffuser l'info à tous les vents lorrains et champenois
!

A bientôt !

Les Pussy Riot condamnées : quand les commentaires sombrent dans le manichéisme - le Plus

Madonna doit-elle être l'arbitre des élégances de l'évolution des libertés publiques en Russie ?
Pascal BONIFACE, directeur de l'IRIS  

La condamnation à deux ans de camp des Pussy Riot a donné lieu à un déluge de commentaires, qui dans l'ensemble ont une fois encore cédé au manichéisme, laissant peu de place à une réflexion plus complexe. Or, comme souvent la réalité ne peut être résumée de façon de façon binaire (bien/mal) et comme souvent le jugement dépend autant de l'auteur des faits que de leur gravité.

lire la suite : 
Les Pussy Riot condamnées : quand les commentaires sombrent dans le manichéisme - le Plus

dimanche 19 août 2012

Blaise PASCAL (19 juin 1623 - 19 août 1662)

Pascal Pajou Louvre RF2981

Le pari de Blaise PASCAL :

Vous avez deux choses à perdre: le vrai et le bien, et deux choses à engager: votre raison et votre volonté, votre connaissance et votre béatitude ; et votre nature a deux choses à fuir : l'erreur et la misère. Votre raison n'est pas plus blessée, en choisissant l'un que l'autre, puisqu'il faut nécessairement choisir. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude ? Pesons le gain et la perte, en prenant croix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout ; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu'il est, sans hésiter. » 1670 

Blaise PASCAL, le coeur et la raison, Le Jour du Seigneur

vendredi 17 août 2012

Préoccupations...



Un sondage* de fin mai dernier, publié en juin 2012, présentait les principales préoccupations des Français. 
Voici les cinq premières par ordre d'importance : 
Le chômage et l'emploi (très loin devant les autres)
La santé et la qualité des soins
L'évolution du pouvoir d'achat
L'école et la qualité de l'enseignement
Le financement des retraites

Bref, les deux premières préoccupations sont le travail et la santé. Quoi d'étonnant ? 

Le rôle de la famille n'arrive qu'en quatorzième position sur seize items...

Dès lors pourquoi une petite prière universelle classique lue dans des églises provoque t'elle tant de débats et de remous dans notre pays alors que les Français souhaitent d'abord du travail et la santé ?

Et si on revenait aux fondamentaux et à ce qui concerne le bien commun ?
N'est-ce pas ce que rappelait et demandait cette prière ? N'est-ce pas ce qu'attendent également les Français ?
Voilà peut-être la raison pour laquelle prier dérange tant certaines personnes...

* baromètre La Croix- TNS Sofrès-Covéa finance, juin 2012

mercredi 15 août 2012

Prière pour l'Assomption 2012 - Église Catholique en France



 Puisqu'il va être tordu, déformé dans tous les sens et cela a déjà commencé aussi bien dans la presse que dans les réseaux sociaux, voici le texte de la prière proposée par l’Église catholique de France pour la fête de l'Assomption, bref un texte qui ne concerne que les cathos mais qui est déjà bien commenté dans d'autres cercles et avec une malhonnêteté intellectuelle confondante. Après tout autant s'en réjouir c'est que notre audience n'est pas si mauvaise que cela...

Frères et Sœurs,

En ce jour où nous célébrons l'
Assomption de la Vierge Marie, sous le patronage de qui a été placée la France, présentons à Dieu, par l'intercession de Notre-Dame, nos prières confiantes pour notre pays :


1. En ces temps de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l'avenir avec inquiétude ; prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu'il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables.


2. Pour celles et ceux qui on été récemment élus pour légiférer et gouverner ; que leur sens du bien commun de la société l'emporte sur les requêtes particulières et qu'ils aient la force de suivre les indications de leur conscience.


3. Pour les familles ; que leur attente légitime d'un soutien de la société ne soit pas déçue ; que leurs membres se soutiennent avec fidélité et tendresse tout au long de leur existence, particulièrement dans les moments douloureux. Que l'engagement des époux l'un envers l'autre et envers leurs enfants soient un signe de la fidélité de l'amour.


4. Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur ; qu'ils cessent d'être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l'amour d'un père et d'une mère.


Seigneur notre Dieu, nous te confions l'avenir de notre pays. Par l'intercession de Notre-Dame, accorde-nous le courage de faire les choix nécessaires à une meilleure qualité de vie pour tous et à l'épanouissement de notre jeunesse
grâce à des familles fortes et fidèles. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur


lundi 13 août 2012

La prière pour la France, entre large adhésion et quelques réserves | La-Croix.com

 « J’ai l’impression que les gens ont généralement compris le sens de la démarche »,  estime toutefois Mgr Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France. « Ils ont perçu que c’était une prière, et d’abord pour les personnes victimes de la crise, pour demander la lumière spirituelle pour éclairer les choix graves de société. Les reproches sont venus de personnes qui y ont vu une volonté d’instrumentaliser la prière, mais celle-ci ne peut être un instrument politique. Chaque chose en son temps. On prie sur des choses importantes pour la France et pour le monde. Ensuite on pourra débattre. » 

Prier ce n’est pas jouer avec la laïcité | A la table des chrétiens de gauche



Prier ce n’est pas jouer avec la laïcité

André Vingt-Trois, archevêque de Paris a proposé à ses frères dans l’épiscopat une prière pour la France lors de la fête du 15 août, l’Assomption. Beaucoup d’avis ont été postés sur le net à ce propos, souvent de façon caricaturale ou polémique. Il est difficile de se contenter d’une telle position ; les évêques ne cherchent pas à faire de cette prière un sujet politique mais à aider les catholiques à unir leur prière devant tant d’enjeux cruciaux pour l’avenir de notre société et de notre pays.
  


Ce sont quatre intentions de prière que propose le cardinal Vingt-Trois. Elles sont assez classiques dans les thèmes abordés et ressemblent à celles prononcées chaque dimanche.




Que faire en ces moments ?

Que faire en ces moments ? Lire la Bible, tout simplement. 



Rendons grâce à l'Église qui nous a transmis ce trésor. A toutes les Églises puisque tous les chrétiens, catholiques, orthodoxes et protestants ont participé à sa conservation et à sa transmission. 
Rendons grâce à nos aînés dans la foi les juifs qui nous fait connaitre le premier testament. 
Rendons grâce à tous les moines copistes sans lesquels ce trésor serait perdu . 
Rendons grâce à Dieu de nous avoir insufflé sa Parole à travers ce livre, de nous avoir envoyé Son Fils unique pour l'annoncer à travers l’Évangile et de nous avoir offert son Esprit pour la lire et la méditer.
Car ce n'est seulement d'un livre dont il s'agit : c'est Sa Parole que nous proclamons et que nous acclamons. 

"C'est le champ où Isaac quand le jour décline va pour méditer"




"Vraiment, mes frères, quand le trouble intérieur ou les ennuis nous abattent, nous trouvons dans les Saintes Écritures la consolation qu'il nous faut. «En effet, tout ce qui a été écrit, le fut pour notre instruction, afin que la consolation des Écritures nous procure l'espérance» (Rm 15,4). Je vous assure, aucune contrariété ne peut survenir, aucune tristesse, aucune amertume qui, dès que s'ouvre à nous le texte sacré, ne s'évanouisse bientôt, ou ne soit rendue tolérable. C'est le champ où Isaac quand le jour décline va pour méditer, et Rébecca venue à sa rencontre apaise par sa douceur la douleur qui l'avait saisi (Gn 24,64). Que de fois, Jésus, le jour décline et vient la nuit, que de fois tout tourne à dégoût et tout ce que je vois m'est un fardeau. Si quelqu'un parle, je l'entends à peine. Mon cœur se durcit comme une pierre. Que faire en ces moments? Je sors pour méditer dans le champ, j'ouvre le livre sacré, je lis et je grave dans cette cire mes pensées; et soudain Rébecca, c'est-à-dire votre grâce, Seigneur, vient vers moi, sa lumière dissipe mes ténèbres, chasse l'ennui, brise ma dureté. Qu'ils sont à plaindre ceux qui, troublés par la tristesse, n'entrent pas dans ce champ pour y trouver la joie."

Saint Aelred*, abbé de Rievaulx, moine cistercien qui naquit et vécut au XIIème siècle,  Homélies sur Isaïe 26


"Qu'ils sont à plaindre ceux qui, troublés par la tristesse, n'entrent pas dans ce champ pour y trouver la joie."





ou AELF



dimanche 12 août 2012

Nous sommes avec toi. Malgré la présence du mal et la méchanceté de beaucoup

Certaines personnes sur le web pensent s'être découvert une pensée politique courageuse en s'adonnant à la désinformation et à la déformation systématique au sujet de tout ce que dit et fait l’Église catholique. 
Ainsi ressort sur certains réseaux sociaux la triste affaire de Récife (une très jeune fille violée pendant plusieurs années par son beau-père avait dû avoir recours à l'avortement) qui s'est produite en 2009. 

Les mêmes personnes profitent des années qui se sont écoulées pour véhiculer des propos mensongers au sujet de l’Église catholique.
Alors pour mémoire et pour rétablir les faits, voici quelle a été la réaction officielle du Vatican, donc de l’Église catholique à travers une tribune de Mgr Rino Fisichella*, alors président de l'Académie pontificale pour la Vie, assurant la fillette de la proximité de l’Église et condamnant de fait la position de l'archévêque local : 

Carmen**, nous sommes avec toi. Nous partageons avec toi la souffrance que tu as éprouvée, nous voudrions tout faire pour te rendre la dignité dont tu as été privée et l'amour dont tu auras encore plus besoin. Ce sont d'autres personnes qui méritent l'excommunication et notre pardon, pas ceux qui t'ont permis de vivre et t'aideront à retrouver l'espoir et la confiance. Malgré la présence du mal et la méchanceté de beaucoup.

©L'Osservatore Romano - 15 Mars 2009
http://www.la-croix.com/Religion/Approfondir/Documents/Tribune-de-Mgr-Fisichella-sur-l-affaire-de-la-fillette-ayant-avorte-au-Bresil-_NG_-2009-03-15-532476

Cf. également cette note de Patrice de Plunkett : 

Cette exploitation de ce drame par certains n'honore pas la cause qu'ils prétendent servir et n'aide en aucun cas la victime.

* Mgr Rino Fisichella est désormais président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation.
** Le prénom de l'enfant a été modifié.

vendredi 10 août 2012

Nouvelle expulsion d'un campement de Roms : le coup de gueule du père Arthur - France - La Vie

 Depuis des années, le père Arthur, qui vit à Lille, a pris fait et cause pour ces familles « rejetées de partout ». Soucieux de défendre le droit des plus faibles et des exclus, ce prêtre atypique n'avait pas hésité à venir accompagné d'une délégation de Roms lors des premiers Etats généraux du christianisme