"La voix de celui qui crie dans le désert". Jean 1, 23
" Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire". Bernadette Soubirous

Et ma voix n'engage que... moi.

La République française respecte toutes les croyances (article 1er de la Constitution)

Visiteur, tu es le bienvenu et ne crains pas de déposer des commentaires !


lundi 13 août 2012

Que faire en ces moments ?

Que faire en ces moments ? Lire la Bible, tout simplement. 



Rendons grâce à l'Église qui nous a transmis ce trésor. A toutes les Églises puisque tous les chrétiens, catholiques, orthodoxes et protestants ont participé à sa conservation et à sa transmission. 
Rendons grâce à nos aînés dans la foi les juifs qui nous fait connaitre le premier testament. 
Rendons grâce à tous les moines copistes sans lesquels ce trésor serait perdu . 
Rendons grâce à Dieu de nous avoir insufflé sa Parole à travers ce livre, de nous avoir envoyé Son Fils unique pour l'annoncer à travers l’Évangile et de nous avoir offert son Esprit pour la lire et la méditer.
Car ce n'est seulement d'un livre dont il s'agit : c'est Sa Parole que nous proclamons et que nous acclamons. 

"C'est le champ où Isaac quand le jour décline va pour méditer"




"Vraiment, mes frères, quand le trouble intérieur ou les ennuis nous abattent, nous trouvons dans les Saintes Écritures la consolation qu'il nous faut. «En effet, tout ce qui a été écrit, le fut pour notre instruction, afin que la consolation des Écritures nous procure l'espérance» (Rm 15,4). Je vous assure, aucune contrariété ne peut survenir, aucune tristesse, aucune amertume qui, dès que s'ouvre à nous le texte sacré, ne s'évanouisse bientôt, ou ne soit rendue tolérable. C'est le champ où Isaac quand le jour décline va pour méditer, et Rébecca venue à sa rencontre apaise par sa douceur la douleur qui l'avait saisi (Gn 24,64). Que de fois, Jésus, le jour décline et vient la nuit, que de fois tout tourne à dégoût et tout ce que je vois m'est un fardeau. Si quelqu'un parle, je l'entends à peine. Mon cœur se durcit comme une pierre. Que faire en ces moments? Je sors pour méditer dans le champ, j'ouvre le livre sacré, je lis et je grave dans cette cire mes pensées; et soudain Rébecca, c'est-à-dire votre grâce, Seigneur, vient vers moi, sa lumière dissipe mes ténèbres, chasse l'ennui, brise ma dureté. Qu'ils sont à plaindre ceux qui, troublés par la tristesse, n'entrent pas dans ce champ pour y trouver la joie."

Saint Aelred*, abbé de Rievaulx, moine cistercien qui naquit et vécut au XIIème siècle,  Homélies sur Isaïe 26


"Qu'ils sont à plaindre ceux qui, troublés par la tristesse, n'entrent pas dans ce champ pour y trouver la joie."





ou AELF



Aucun commentaire: